Nous sommes le 21 sept. 2018, 06:02

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 369 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 625 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 15:41 
jj a écrit :
Par contre si on croît leurs déclarations où ils passent à hauteur de la 304 au moment où le type + la petite commencent à grimper le talus, on peut se poser la question pour l'absence de description des lunettes. Mais dans ce cas (ils ont aussi vu le type qui est alors CR sortir par la portière gauche) il semble superflu d'en parler.


NOn ce n'est pas ce que disent les Aubert dans leurs déclarations à l'Evêché.

M Aubert :"Après avoir parcouru une distance de 1 à 2 kilomètres, la 304 Peugeot s'est immobilisée au bord de la route. À ce moment, je me trouvais à environ deux ou trois cents mètres de lui. Je l'ai rejoint quelques secondes
plus tard. Au moment où je suis arrivé à la hauteur de la voiture, j'ai assisté à la scène suivante: j'ai vu cet individu tirer par le bras un enfant qui se trouvait à l'intérieur du véhicule. Je me souviens notamment que cet enfant portait un short ou une culotte de couleur blanche. En revanche, je dois vous dire que ces faits se sont passés si rapidement que je n'ai pas réalisé dans ce mouvement s'il s'agissait d'un garçon ou d'une fille.
L'individu a tiré l'enfant par le bras, l'a tiré dans les broussailles qui bordaient la route. À partir de ce moment, je n'ai plus vu l'individu ni l'enfant qui avaient disparu dans les broussailles."


Mme Aubert : "Nous avons parcouru environ un kilomètre et, à la sortie d'un virage, nous nous sommes aperçus que la voiture s'était arrêtée et, arrivés à sa hauteur, sans descendre de notre véhicule, j'ai constaté qu'un homme avait ouvert la portière droite et tirait un enfant par le bras. J'avais la vitre baissée."

Ce qu'ils ont vu, se passe du côté passager donc du côté droit.
Il n'est pas superflu de décrire un type qui a enlevé une petite fille.
A en croire leur déclaration, on pourrait croire qu'ils ne leur ont pas posé la question.
Curieusement, sur interpellation (S.I.), on leur demande quel était l'âge de l'enfant. Y avait il vraiment un doute sur ce point ?
Pourquoi ne pas poser la question sur interpellation : "l'homme qui s'est enfui avec l'enfant portait il des lunettes ?"
Je ne vois absolument rien de superflu dans cette question.
Mais je pense que les policiers ont eu la réponse entre les deux tapissages et se sont rendus compte qu'il y avait une fragilité dans le témoignage des Aubert.
Ont ils vu le même homme à deux endroits différents ?
Voilà la question fondamentale qu'ils ont forcément du leur poser.
Mais les Aubert n'ont pas su répondre. Etaient ils trop loin ou bien ont ils vu un autre homme ?
Si un type porte des lunettes, on le dit volontiers. S'il n'en porte pas, on ne pensera pas à le dire spontanément.

Les lunettes ont forcément posé un problème puisqu'elles ne sont mentionnées dans aucune des déclarations des témoins. Le petit Jean, M Spinelli et les Aubert n'en parlent pas.
A part M Martinez. Mais là, il ne risquait pas de se tromper !


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 16:40 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4408
Localisation : Paris
A G.Bouladou, M.Aubert parle des lunettes que le conducteur de la 304 portait dans sa voiture. Il affirme qu'il l'a toujours dit... Cependant rien ne figure dans les PV de ses déclarations en 74 ... Alors qui ment : M.Aubert à G.Bouladou ou les PV ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 16:59 
effectivement, dans le 1er livre de G Bouladou, on lit :
"V. G - Vous souvenez-vous des lunettes? Cela vous a marqué?
A. A. - Il avait des montures noires, des grosses lunettes. Il les portait dans la voiture. J'ai vu son visage quand il l'a tourné. Je ne peux rien vous dire d'autre que je n'ai dit le jour de ma déclaration."

Pourquoi G Bouladou ne renchérit pas en demandant à M Aubert si le type qui s'est enfui avec un enfant portait les mêmes lunettes que celels qu'il a vues au carrefour ?

Jean-Jacques dit que c'est un détail superflu.
Non je ne suis pas d'accord.
Pourquoi M Martinez parle des lunettes sur interpellation (S.I.) dans sa déclaration du 6 juin à l'Evêché et pas les Aubert ce même jour ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 17:00 
Jpasc a écrit :
A part M Martinez. Mais là, il ne risquait pas de se tromper !

Dans sa déposition du 3 juin, à la gendarmerie de Greasque, Martinez ne parle pas de lunettes.
Il en parle le 6, vraisemblablement après avoir vu Ranucci.
Le 10 devant la juge, il parlera des yeux et du regard de Ranucci. Il ne dira rien sur les lunettes.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 17:13 
« Jpasc » a écrit:A part M Martinez. Mais là, il ne risquait pas de se tromper !

Arlaten a écrit :
Dans sa déposition du 3 juin, à la gendarmerie de Greasque, Martinez ne parle pas de lunettes.
Il en parle le 6, vraisemblablement après avoir vu Ranucci.
Le 10 devant la juge, il parlera des yeux et du regard de Ranucci. Il ne dira rien sur les lunettes.


Dans sa déclaration du 3 juin à Gréasque, effectivement il n'en parle pas.
A ce moment là, il ne s'agit que d'un accident et d'un délit de fuite.
L'essentiel est qu'il a pu avori le n° d'immatriculation. A ce moment là, le reste n'a pas d'importance.

Le 6 juin à l'Evêché, il parle des lunettes sur interpellation.
Voilà ce qu'il dit à G Bouladou de son passage à l'Evêché le 6 juin 74 :
"Il y avait des gars sur une estrade et ils m'ont demandé s'il était là. J'ai dit à Alessandra: « Non, il n'est pas là, par contre, il est là. » Il était à peu près à une dizaine de mètres de moi, légèrement côté gauche, de profil, et il était assis. Il était un petit peu comme s'il avait été en position de conduire une voiture, comme ça, en serrant le volant entre les mains. Je l'ai reconnu tout de suite. Il y avait un seul truc et je l'ai dit à Alessandra: il lui manque les lunettes. Et ils lui ont fait mettre les lunettes."

Le 10 devant la juge, il dit qu'il maintient sa déclaration du 6 juin devant les policiers. Cela inclut les lunettes.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 17:18 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4408
Localisation : Paris
jpasc95 a écrit :
effectivement, dans le 1er livre de G Bouladou, on lit :
"V. G - Vous souvenez-vous des lunettes? Cela vous a marqué?
A. A. - Il avait des montures noires, des grosses lunettes. Il les portait dans la voiture. J'ai vu son visage quand il l'a tourné. Je ne peux rien vous dire d'autre que je n'ai dit le jour de ma déclaration."

Pourquoi G Bouladou ne renchérit pas en demandant à M Aubert si le type qui s'est enfui avec un enfant portait les mêmes lunettes que celels qu'il a vues au carrefour ?

Jean-Jacques dit que c'est un détail superflu.
Non je ne suis pas d'accord.
Pourquoi M Martinez parle des lunettes sur interpellation (S.I.) dans sa déclaration du 6 juin à l'Evêché et pas les Aubert ce même jour ?


Quand j'ai fait remarquer cela à M.Bouladou sur le forum, il m'a d'abord répondu que c'était en rejoignant la 304 que M.Aubert avait vu la visage de Ranucci se tournant dans la voiture... Comme cette interprétation était insoutenable, M.Aubert étant beaucoup trop loin pour observer qui que ce soit dans la voiture s'arrêtant le long de la nationale, il a modifié son point de vue et il a convenu que c'était lors de l'accident que M.Aubert avait vu le visage de Ranucci. Pour autant il n'en a pas tiré les conséquences qui s'imposent :
comme en témoigne sa déposition le 6 juin, M.Aubert n'est formel (il n'y a aucun doûte à ce sujet) que sur le fait que Ranucci ait été le conducteur de la 304 lors de l'accident. La suite est moins certaine...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 17:57 
Jpasc a écrit :
Dans sa déclaration du 3 juin à Gréasque, effectivement il n'en parle pas.
A ce moment là, il ne s'agit que d'un accident et d'un délit de fuite.

Il ne s’agissait peut être que d’un accident et d’un délit de fuite, toujours est-il que le gendarme a noté le propos de Martinez:
Citation :
Je ne puis vous donner son signalement. Il me semble qu'il était jeune , mais je n'ai aucune idée du reste.

C’est on ne peut plus clair.


Jpasc a écrit :
Le 10 devant la juge, il dit qu'il maintient sa déclaration du 6 juin devant les policiers. Cela inclut les lunettes.
Ben voyons.
Devant la juge Martinez se croit obligé de donner des détails sur les yeux de Ranucci. Ces yeux, il n’a pu les voir qu’à travers les lunettes si particulières de Ranucci. Pourquoi ne donne–t-il pas de détails sur le lunettes ? Détails qu’il n’a pas donnés aux policiers.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 18:09 
Arlaten a écrit :
Devant la juge Martinez se croit obligé de donner des détails sur les yeux de Ranucci. Ces yeux, il n’a pu les voir qu’à travers les lunettes si particulières de Ranucci. Pourquoi ne donne–t-il pas de détails sur le lunettes ? Détails qu’il n’a pas donnés aux policiers.


C Ranucci portait des lunettes de vue. Il avait également des lunettes de soleil retouvées dans sa voiture.

Sait on lesquelles il portait ce 3 juin ?

Vous vouliez qu'il donne des détails sur les lunettes ?
Vous exagérez un peu. Pourquoi pas aussi la couleur de ses yeux ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 21:09 
jpasc95 a écrit :
[...]

C Ranucci portait des lunettes de vue. Il avait également des lunettes de soleil retouvées dans sa voiture.

Sait on lesquelles il portait ce 3 juin ?

Vous vouliez qu'il donne des détails sur les lunettes ?
Vous exagérez un peu. Pourquoi pas aussi la couleur de ses yeux ?


Si on en croit Martinez, il portait les lunettes de vue. A travers les lunettes de soleil, Martinez n'aurait jamais pu percevoir que les yeux de Ranucci donnaient "une expression de crainte". Là, il ne donne pas la couleur, mais c'est tout comme.
Les lunettes de Ranucci n'étaient pas ordinaires. Alors si Martinez parle de l'expression donnée par les yeux de Ranucci, pourquoi ne parle-t-il pas de ses lunettes, si particulières ?

L'essentiel, c'est que Martinez n'a pas parlé de lunettes le 3 au gendarme de Greasque. Pourtant, il a vue Ranucci de très près. Les Aubert, on ne sait pas où ils étaient quand ils ont vu Ranucci.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 août 2007, 22:00 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4408
Localisation : Paris
arlaten a écrit :
[...]

Si on en croit Martinez, il portait les lunettes de vue. A travers les lunettes de soleil, Martinez n'aurait jamais pu percevoir que les yeux de Ranucci donnaient "une expression de crainte". Là, il ne donne pas la couleur, mais c'est tout comme.
Les lunettes de Ranucci n'étaient pas ordinaires. Alors si Martinez parle de l'expression donnée par les yeux de Ranucci, pourquoi ne parle-t-il pas de ses lunettes, si particulières ?

L'essentiel, c'est que Martinez n'a pas parlé de lunettes le 3 au gendarme de Greasque. Pourtant, il a vue Ranucci de très près. Les Aubert, on ne sait pas où ils étaient quand ils ont vu Ranucci.


M.Aubert, mais pas Madame dont la visibilité était barrée par le camion que son mari allait doubler, a vu Ranucci pendant son demi tour. Il affirme à G.Bouladou avoir parlé des lunettes aux enquêteurs... or on ne le retrouve pas dans ses dépositions...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 août 2007, 12:18 
Henri a écrit :
Tenant compte des expérience faites sur place, peux-tu estimer le nombre de secondes entre le moment où les Aubert débouchent du virage et celui où ils passent à hauteur de la 304 ?


cité par jp a écrit :
Alain Aubert le 6 juin 74:
Je l'ai rejoint quelques secondes plus tard. Au moment où je suis arrivé à la hauteur de la voiture, j'ai assisté à la scène suivante ...
Aline Aubert le 6 juin 74:
nous nous sommes aperçus que la voiture s'était arrêtée et, arrivés à sa hauteur, sans descendre de notre véhicule ...


Effectivement pourquoi zapper la description de ce qui s’est passé entre le moment où les Aubert débouchent du virage et celui où ils passent à hauteur de la 304, alors qu’il est facile de s’en souvenir ?

On peut n’y voir aucune « manœuvre » particulière, tout le monde admettant qu’il n’y a aucun doute sur le fait qu’il s’agisse du conducteur de la 304 ; et donc que les Aubert l’ont bien vu sortir par la gauche, … Mais là aussi il y a un problème puisqu’il (CR) est dans ce cas censé sortir pour son problème de frottement pneu/carrosserie et qu’il ne se mettrait à contourner la voiture pour aller extraire MD que lorsque la R15 débouche du virage …

Le plus probable est donc, contrairement aux déclarations d’Alain Aubert en 1985 et 2004, qu’ils ont vu la scène décrite à partir du moment où ils débouchaient du virage. Il faut alors 5 à 8 secondes selon le taux de décélération pour arriver à hauteur de la 304 et pendant ce temps on a juste le temps de voir l’homme et la petite gravir le talus (sans remarquer s’il avait ou non des lunettes).

Si les Aubert suivaient le camion de près (question que ne leur pose hélas pas Gérard en 2004), il est possible (proba 50 %) qu’ils aient pu voir ses lunettes quand il commence à s’éloigner, puisqu’ils diront qu’ils commencent la poursuite quand ils le voient disparaître dans le premier virage.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 août 2007, 14:42 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4408
Localisation : Paris
Jean-Jacques a écrit :
[...]


Si les Aubert suivaient le camion de près (question que ne leur pose hélas pas Gérard en 2004), il est possible (proba 50 %) qu’ils aient pu voir ses lunettes quand il commence à s’éloigner, puisqu’ils diront qu’ils commencent la poursuite quand ils le voient disparaître dans le premier virage.


Pour cela, on a au moins la déposition de Madame Aubert le 6 juin à 12:50 auprès de M.Porte :

"Au lieu dit "La Pomme", mon mari s'apprêtait à doubler un camion et pour ce faire, a déporté son véhicule légèrement sur la gauche. En ce qui me concerne je n'ai pas vu l'accident qui s'est produit entre deux véhicules qui précédaient le camion. J'ai seulement vu un gros nuage de poussière et entendu un grand bruit. Cet accident s'est produit au carrefour formé par les RN96 et 8bis "

Je profite de cette dernière phrase pour faire remarquer à ceux qui pensent que les dépositions sont la reroduction fidèle exhaustive et limitée de ce qu'a dit le déposant, qu'il est assez invraisemblable que Mme Aubert, qui a précisé déjà qu'elle parlait du lieu dit "la Pomme", soit en mesure d'indiquer d'elle même le n° des routes arrivant à ce carrefour... combien d'entre nous connaissent cette précision sur un itinéraire ?

Ceci dit, si j'en crois Mme Aubert, au moment de l'accident leur voiture était au carrefour de la Pomme, à quelques mètres de M.Martinez qui lui même précédait le camion... lequel camion est le plus beau fantôme de cette enquête qui retient ce qui l'intéresse et conforte sa thèse et rejette le reste !


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 août 2007, 20:18 
Webrider a écrit :
Arlaten a écrit :
L'essentiel, c'est que Martinez n'a pas parlé de lunettes le 3 au gendarme de Greasque. Pourtant, il a vue Ranucci de très près. Les Aubert, on ne sait pas où ils étaient quand ils ont vu Ranucci.

M.Aubert, mais pas Madame dont la visibilité était barrée par le camion que son mari allait doubler, a vu Ranucci pendant son demi tour. Il affirme à G.Bouladou avoir parlé des lunettes aux enquêteurs... or on ne le retrouve pas dans ses dépositions...

Dans sa déposition du 6 juin, Alain Aubert est formel. Il reconnaît Ranucci comme étant dans la 304 au moment de l’accident. Il précise bien : « Il n’y a aucun doute possible à ce sujet….. ».Il oublie simplement de parler de ce qui pouvait mettre un doute sur son témoignage, à savoir, de préciser qu’il était derrière le camion.
Comme dans sa déposition, il ne reconnaît que l’auteur de l’accident, il me semble que le jour de la reconstitution, il aurait été nécessaire d’en vérifier la possibilité, or ce jour là, au carrefour de « La pomme », les Aubert n’ont joué aucun rôle.

En écrivant : « Les Aubert, on ne sait pas où ils étaient quand ils ont vu Ranucci. », je ne parlais pas du croisement, mais de la proximité de l’arrêt de la 304.
Là, on ne peut rien tirer de ce que disent les Aubert.
Par rapport à la reconstitution justement, Aubert descendra de voiture avant le demi tour, alors que dans leurs déclarations à tous les deux, il est précisé qu’il est descendu après le demi tour.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 août 2007, 20:35 
Jean-Jacques a écrit :
Il faut alors 5 à 8 secondes selon le taux de décélération pour arriver à hauteur de la 304 et pendant ce temps on a juste le temps de voir l’homme et la petite gravir le talus (sans remarquer s’il avait ou non des lunettes).

Cela dépend de beaucoup de chose.
Il faut déjà savoir s'il faut prendre 100 m(version gendarmerie) ou 2 à 300 mètres (version policiers) de la sortie du virage.
Il faut imaginer aussi que Aubert (courageux) ne s'est pas arrêté à la sortie du virage pour observer la scéne.
Il faut envisager enfin, que dans la mesure ou ils n'ont pas dit, avoir vu l'individu faire le tour de la voiture, c'est que Ranucci avait vu ou entendu la voiture des Aubert, avant qu'elle ne débouche du virage.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 02 août 2007, 21:06 
Webrider a écrit :
Ceci dit, si j'en crois Mme Aubert, au moment de l'accident leur voiture était au carrefour de la Pomme, à quelques mètres de M.Martinez qui lui même précédait le camion...

Et si on reconstitue la scène, l'écart entre la voiture de Martinez et celle des Aubert ne se mesure pas en mètre, mais plutôt en dizaine de mètres.

Webrider a écrit :
lequel camion est le plus beau fantôme de cette enquête qui retient ce qui l'intéresse et conforte sa thèse et rejette le reste !

Il ne peut être contesté que le camion, il était bien là. Si les indications apportées par Martinez, trente ans après, sont vraies, ce camion etait facilement identifiable par des gendarmes ou des policiers. Alors peut-être que l'on a pas voulu le chercher.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 369 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 625 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com