Nous sommes le 10 déc. 2018, 16:17

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 5 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : Le déni des Aubert
Message non luPosté : 17 sept. 2007, 13:41 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 18 août 2006, 13:30
Messages : 1383
Localisation : Dreux
Je me suis longtemps posé la question : pourquoi les Aubert, si ils n'ont rien vu, ont-ils sans raison apparente chargé Ranucci? Je trouvais ça absurde.

Je me suis donc résolu à croire en la sincérité de leur déclaration. Mais pourquoi ces évolutions? Pourquoi un couple comme eux ne savent pas dire une bonne fois ce qu'ils ont vu?

Je vais donc retranscrire mon opinion sur la scène impliquant les Aubert.

M. et Mme Aubert double un camion lorsqu'il constate l'accrochage entre Ranucci, et M. Martinez. Le couple s'arrête à hauteur de la R16 du malheureux conducteur, alors que le coupé fautif prend la fuite direction Marseille. M. Aubert échange quelques mots avec M. Martinez pour s'assurer que tout va bien, et celui-ci lui précise qu'il n'a pas retenu l'intégralité du numéro d'immatriculation. Les Aubert décide donc de poursuivre Ranucci pour confirmer l'indice.

Les Aubert s'engage à vive allure vers Marseille, quelques secondes après la 304. Quelques centaine de mètres plus loin ils aperçoivent la 304 arrêtée sur le bas côté. Son conducteur se tient sur la gauche du véhicule. Ranucci, voyant une voiture se rapprocher dangereusement, s'enfuit sur le talus. Les Aubert distinguent que Ranucci transporte quelque chose.

Les Aubert font quelques dizaines de mètres et font demi-tour. Ils s'arrêtent à hauteur de la Peugeot, relevant ainsi le numéro. Il interpelle le conducteur enfuit, afin de régler tout cela à l'amiable. L'homme répond aux Aubert de partir devant, qu'il arrive dans peu de temps. Pas dupe, Alain Aubert retourne au carrefour, persuadé qu'il ne reverra jamais ce chauffard, et donne les indications à V. Martinez.

Les premières déclarations des Aubert aux gendarmes respectent ce tableau. Mais la 3ème à l'Evêché, est plus précise, plus grave et surtout plus importante.

Il est intéressant de ce demander ce qui a bien pu se passer avant cette troisième déclaration. J'ai mon idée sur la question.

Ranucci est en garde à vue, mais les enquêteurs ne parviennent pas à le faire craquer, eux qui sont convaincus de sa culpabilité. Le comissaire Allessandra fait venir des témoins, mais rien n'y fait, ces derniers le desservent plutôt qu'autre chose. Reste les Aubert. Allessandra sait qu'un nouvel échec serait la fin de ses espoirs. Il accueillent donc le couple, lui expliquant la situation, que le meurtrier de la fillette est là, derrière une porte. Il explique que les éléments retenus ne suffiront pas à le garder enfermé, que si rien ne bouge, il sortira le soir même. Il a tué une fillette sous les yeux des Aubert, ce sera l'argument d'Alessandra.

Les Aubert réfléchissent, culpabilisent, et acceptent finalement "d'aider' la police en transformant le paquet en fillette. Et à partir de ce moment, ils vont se persuader qu'ils ont bien vu une fillette.

J'ai lu beaucoup de choses sur l'éventuel déni de Ranucci, mais il semblerait que ce déni soit une raison plausible au comportement des Aubert. Du moins est-ce une forme de déni?

Les Aubert se sont donc persuadés d'avoir vu une fillette. Et je pense aujourd'hui qu'ils le croient encore sincèrement. A tort ou à raison.

Je rappelle que ceci est une hypothèse, je ne veut pas en faire une vérité universelle... :mrgreen:

_________________
Parce qu'ils n'ont pas été partisans, les jurés ne sont pas responsables de la débacle de 1976.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le déni des Aubert
Message non luPosté : 17 sept. 2007, 14:10 
Citation :
Je me suis longtemps posé la question : pourquoi les Aubert, si ils n'ont rien vu, ont-ils sans raison apparente chargé Ranucci? Je trouvais ça absurde.

Je me suis donc résolu à croire en la sincérité de leur déclaration. Mais pourquoi ces évolutions? Pourquoi un couple comme eux ne savent pas dire une bonne fois ce qu'ils ont vu?

Je vais donc retranscrire mon opinion sur la scène impliquant les Aubert.

M. et Mme Aubert double un camion lorsqu'il constate l'accrochage entre Ranucci, et M. Martinez. Le couple s'arrête à hauteur de la R16 du malheureux conducteur, alors que le coupé fautif prend la fuite direction Marseille. M. Aubert échange quelques mots avec M. Martinez pour s'assurer que tout va bien, et celui-ci lui précise qu'il n'a pas retenu l'intégralité du numéro d'immatriculation. Les Aubert décide donc de poursuivre Ranucci pour confirmer l'indice.

Les Aubert s'engage à vive allure vers Marseille, quelques secondes après la 304. Quelques centaine de mètres plus loin ils aperçoivent la 304 arrêtée sur le bas côté. Son conducteur se tient sur la gauche du véhicule. Ranucci, voyant une voiture se rapprocher dangereusement, s'enfuit sur le talus. Les Aubert distinguent que Ranucci transporte quelque chose.

Les Aubert font quelques dizaines de mètres et font demi-tour. Ils s'arrêtent à hauteur de la Peugeot, relevant ainsi le numéro. Il interpelle le conducteur enfuit, afin de régler tout cela à l'amiable. L'homme répond aux Aubert de partir devant, qu'il arrive dans peu de temps. Pas dupe, Alain Aubert retourne au carrefour, persuadé qu'il ne reverra jamais ce chauffard, et donne les indications à V. Martinez.

Les premières déclarations des Aubert aux gendarmes respectent ce tableau. Mais la 3ème à l'Evêché, est plus précise, plus grave et surtout plus importante.

Il est intéressant de ce demander ce qui a bien pu se passer avant cette troisième déclaration. J'ai mon idée sur la question.

Ranucci est en garde à vue, mais les enquêteurs ne parviennent pas à le faire craquer, eux qui sont convaincus de sa culpabilité. Le comissaire Allessandra fait venir des témoins, mais rien n'y fait, ces derniers le desservent plutôt qu'autre chose. Reste les Aubert. Allessandra sait qu'un nouvel échec serait la fin de ses espoirs. Il accueillent donc le couple, lui expliquant la situation, que le meurtrier de la fillette est là, derrière une porte. Il explique que les éléments retenus ne suffiront pas à le garder enfermé, que si rien ne bouge, il sortira le soir même. Il a tué une fillette sous les yeux des Aubert, ce sera l'argument d'Alessandra.

Les Aubert réfléchissent, culpabilisent, et acceptent finalement "d'aider' la police en transformant le paquet en fillette. Et à partir de ce moment, ils vont se persuader qu'ils ont bien vu une fillette.

J'ai lu beaucoup de choses sur l'éventuel déni de Ranucci, mais il semblerait que ce déni soit une raison plausible au comportement des Aubert. Du moins est-ce une forme de déni?

Les Aubert se sont donc persuadés d'avoir vu une fillette. Et je pense aujourd'hui qu'ils le croient encore sincèrement. A tort ou à raison.

Je rappelle que ceci est une hypothèse, je ne veut pas en faire une vérité universelle... :mrgreen:
Ton scénario est convaincant. C'est, dans l'ensemble, le scénario avancé par Gilles Perrault, à cela près qu'il ne conclut pas formellement, comme tu le fais, que les Aubert se sont eux-mêmes persuadés qu'ils avaient vu une fillette.

Je me souviens avoir un jour, il y a un an ou plus, exposé à peu près la même théorie que toi. Je continue à la trouver très vraisemblable. Mais sans être tout de même totalement convaincue qu'elle est la bonne.

Il y a quand même quelque chose qui n'est pas très clair pour moi dans ta théorie : selon toi, qu'auraient vu les Aubert en réalité ?
L'homme s'enfuir avec un paquet ? Avec quelque chose de totalement indéfinissable ? Avec quelque chose que l'un des Aubert avait pris pour un paquet et l'autre pour un enfant ?

S'ils n'ont vu qu'un paquet, il faudrait alors admettre qu'ils n'ont pas parlé d'enfant à Martinez et que ce dernier a menti.

S'ils ont vu (ou si l'un des deux a vu) un enfant, cela pourrait expliquer qu'ils aient aussi facilement été convaincus par Alessandra qu'ils tenaient le coupable, même s'ils n'avaient pas reconnu tout d'abord CR. Ils ont pu se dire que, puisqu'ils avaient vu un enfant et que, selon Alessandra, on avait retrouvé un enfant assassiné à l'endroit où ils avaient vu l'homme s'enfuir, c'était obligatoirement le même type.
Il leur a été d'autant plus facile de s'en convaincre que, d'après les reconstitutions du 18/19 mai, il est à peu près certain que les Aubert n'ont pu voir l'homme que très furtivement. Pour peu que celui qui ont vu ait eu dans l'ensemble une apparence globalement compatible avec celui qui avaient aperçu quelques secondes (et peut-être même de dos seulement), ils n'ont eu aucun mal à se persuader eux-mêmes qu'ils avaient bien vu celui que les policiers leur présentaient comme le meurtrier certain.

Mais j'aimerais quand même que tu me précises ce qu'ils ont vu d'après toi. Du moins ce qui te parait le plus probable


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 17 sept. 2007, 14:29 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 18 août 2006, 13:30
Messages : 1383
Localisation : Dreux
Je pense tout bonnement qu'ils ne savent pas dire ce qu'ils ont vu. Un enfant? Un paquet? Je pense qu'ils sont simplement en mesure dire que Ranucci transportait quelque chose. De la même manière que M. Martinez déclare que Ranucci lui semblait seul à bord. Tout ça s'est passé très vite. Ils ne sont pas sûrs d'eux, ce qui est logique.

Pour la conviction d'avoir vu un enfant, je suis convaincu que le commissaire avait les arguments pour. Les Aubert a défaut d'avoir vu avec certitude un enfant, ont dû s'en convaincre pour y croire.

Ils n'ont pas su définir avec certitude les détails de cette scène. Ils ont dû la voir de loin. Je crois également que les Aubert ne s'imaginaient pas être un élément aussi lourd du dossier. Et ils n'ont pas eu un seul instant l'impression d'enfoncer un innocent. Ils ont fait confiance à la police marseillaise, qui leur a certiié la culpabilité de Ranucci. Les Aubert, je pense, ont cru bien faire.

_________________
Parce qu'ils n'ont pas été partisans, les jurés ne sont pas responsables de la débacle de 1976.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 17 sept. 2007, 14:59 
Citation :
Je pense tout bonnement qu'ils ne savent pas dire ce qu'ils ont vu. Un enfant? Un paquet? Je pense qu'ils sont simplement en mesure dire que Ranucci transportait quelque chose. De la même manière que M. Martinez déclare que Ranucci lui semblait seul à bord. Tout ça s'est passé très vite. Ils ne sont pas sûrs d'eux, ce qui est logique.

Pour la conviction d'avoir vu un enfant, je suis convaincu que le commissaire avait les arguments pour. Les Aubert a défaut d'avoir vu avec certitude un enfant, ont dû s'en convaincre pour y croire.

Ils n'ont pas su définir avec certitude les détails de cette scène. Ils ont dû la voir de loin. Je crois également que les Aubert ne s'imaginaient pas être un élément aussi lourd du dossier. Et ils n'ont pas eu un seul instant l'impression d'enfoncer un innocent. Ils ont fait confiance à la police marseillaise, qui leur a certiié la culpabilité de Ranucci. Les Aubert, je pense, ont cru bien faire.
Oui, je suis assez d'accord avec toi sur cette manière de voir les choses.

Cette forme de déni est d'ailleurs assez fréquente.

Beaucoup plus que le contraire.
Les gens dotés d'une extrême rigueur intellectuelle, capables de maintenir une position contre vents et marées, les gens qui ne s'en laissent pas conter et qui sont incapables de se mentir à eux-mêmes (ce qui est déjà le début du déni) sont assez rares.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 17 sept. 2007, 18:23 
Citation :
S'ils n'ont vu qu'un paquet, il faudrait alors admettre qu'ils n'ont pas parlé d'enfant à Martinez et que ce dernier a menti.
C'est le 6, devant les policiers que Martinez parle du gosse vu par les Aubert. Donc après l'entretien d'Alessandra avec les Aubert, entretien auquel, nous ne pouvons exclure qu'il ai participé.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le déni des Aubert
Message non luPosté : 18 sept. 2007, 13:24 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mai 2006, 21:13
Messages : 3530
Citation :
Je me suis longtemps posé la question : pourquoi les Aubert, si ils n'ont rien vu, ont-ils sans raison apparente chargé Ranucci? Je trouvais ça absurde.

Je me suis donc résolu à croire en la sincérité de leur déclaration. Mais pourquoi ces évolutions? Pourquoi un couple comme eux ne savent pas dire une bonne fois ce qu'ils ont vu?

Je vais donc retranscrire mon opinion sur la scène impliquant les Aubert.

M. et Mme Aubert double un camion lorsqu'il constate l'accrochage entre Ranucci, et M. Martinez. Le couple s'arrête à hauteur de la R16 du malheureux conducteur, alors que le coupé fautif prend la fuite direction Marseille. M. Aubert échange quelques mots avec M. Martinez pour s'assurer que tout va bien, et celui-ci lui précise qu'il n'a pas retenu l'intégralité du numéro d'immatriculation. Les Aubert décide donc de poursuivre Ranucci pour confirmer l'indice.

Les Aubert s'engage à vive allure vers Marseille, quelques secondes après la 304. Quelques centaine de mètres plus loin ils aperçoivent la 304 arrêtée sur le bas côté. Son conducteur se tient sur la gauche du véhicule. Ranucci, voyant une voiture se rapprocher dangereusement, s'enfuit sur le talus. Les Aubert distinguent que Ranucci transporte quelque chose.

Les Aubert font quelques dizaines de mètres et font demi-tour. Ils s'arrêtent à hauteur de la Peugeot, relevant ainsi le numéro. Il interpelle le conducteur enfuit, afin de régler tout cela à l'amiable. L'homme répond aux Aubert de partir devant, qu'il arrive dans peu de temps. Pas dupe, Alain Aubert retourne au carrefour, persuadé qu'il ne reverra jamais ce chauffard, et donne les indications à V. Martinez.

Les premières déclarations des Aubert aux gendarmes respectent ce tableau. Mais la 3ème à l'Evêché, est plus précise, plus grave et surtout plus importante.

Il est intéressant de ce demander ce qui a bien pu se passer avant cette troisième déclaration. J'ai mon idée sur la question.

Ranucci est en garde à vue, mais les enquêteurs ne parviennent pas à le faire craquer, eux qui sont convaincus de sa culpabilité. Le comissaire Allessandra fait venir des témoins, mais rien n'y fait, ces derniers le desservent plutôt qu'autre chose. Reste les Aubert. Allessandra sait qu'un nouvel échec serait la fin de ses espoirs. Il accueillent donc le couple, lui expliquant la situation, que le meurtrier de la fillette est là, derrière une porte. Il explique que les éléments retenus ne suffiront pas à le garder enfermé, que si rien ne bouge, il sortira le soir même. Il a tué une fillette sous les yeux des Aubert, ce sera l'argument d'Alessandra.

Les Aubert réfléchissent, culpabilisent, et acceptent finalement "d'aider' la police en transformant le paquet en fillette. Et à partir de ce moment, ils vont se persuader qu'ils ont bien vu une fillette.

J'ai lu beaucoup de choses sur l'éventuel déni de Ranucci, mais il semblerait que ce déni soit une raison plausible au comportement des Aubert. Du moins est-ce une forme de déni?

Les Aubert se sont donc persuadés d'avoir vu une fillette. Et je pense aujourd'hui qu'ils le croient encore sincèrement. A tort ou à raison.

Je rappelle que ceci est une hypothèse, je ne veut pas en faire une vérité universelle... :mrgreen:
Citation :
Ton scénario est convaincant. C'est, dans l'ensemble, le scénario avancé par Gilles Perrault, à cela près qu'il ne conclut pas formellement, comme tu le fais, que les Aubert se sont eux-mêmes persuadés qu'ils avaient vu une fillette.

Je me souviens avoir un jour, il y a un an ou plus, exposé à peu près la même théorie que toi. Je continue à la trouver très vraisemblable. Mais sans être tout de même totalement convaincue qu'elle est la bonne.

Il y a quand même quelque chose qui n'est pas très clair pour moi dans ta théorie : selon toi, qu'auraient vu les Aubert en réalité ?
L'homme s'enfuir avec un paquet ? Avec quelque chose de totalement indéfinissable ? Avec quelque chose que l'un des Aubert avait pris pour un paquet et l'autre pour un enfant ?

S'ils n'ont vu qu'un paquet, il faudrait alors admettre qu'ils n'ont pas parlé d'enfant à Martinez et que ce dernier a menti.

S'ils ont vu (ou si l'un des deux a vu) un enfant, cela pourrait expliquer qu'ils aient aussi facilement été convaincus par Alessandra qu'ils tenaient le coupable, même s'ils n'avaient pas reconnu tout d'abord CR. Ils ont pu se dire que, puisqu'ils avaient vu un enfant et que, selon Alessandra, on avait retrouvé un enfant assassiné à l'endroit où ils avaient vu l'homme s'enfuir, c'était obligatoirement le même type.
Il leur a été d'autant plus facile de s'en convaincre que, d'après les reconstitutions du 18/19 mai, il est à peu près certain que les Aubert n'ont pu voir l'homme que très furtivement. Pour peu que celui qui ont vu ait eu dans l'ensemble une apparence globalement compatible avec celui qui avaient aperçu quelques secondes (et peut-être même de dos seulement), ils n'ont eu aucun mal à se persuader eux-mêmes qu'ils avaient bien vu celui que les policiers leur présentaient comme le meurtrier certain.

Mais j'aimerais quand même que tu me précises ce qu'ils ont vu d'après toi. Du moins ce qui te parait le plus probable
Citation :
Je pense tout bonnement qu'ils ne savent pas dire ce qu'ils ont vu. Un enfant? Un paquet? Je pense qu'ils sont simplement en mesure dire que Ranucci transportait quelque chose. De la même manière que M. Martinez déclare que Ranucci lui semblait seul à bord. Tout ça s'est passé très vite. Ils ne sont pas sûrs d'eux, ce qui est logique.

Pour la conviction d'avoir vu un enfant, je suis convaincu que le commissaire avait les arguments pour. Les Aubert a défaut d'avoir vu avec certitude un enfant, ont dû s'en convaincre pour y croire.

Ils n'ont pas su définir avec certitude les détails de cette scène. Ils ont dû la voir de loin. Je crois également que les Aubert ne s'imaginaient pas être un élément aussi lourd du dossier. Et ils n'ont pas eu un seul instant l'impression d'enfoncer un innocent. Ils ont fait confiance à la police marseillaise, qui leur a certiié la culpabilité de Ranucci. Les Aubert, je pense, ont cru bien faire.
Citation :
Oui, je suis assez d'accord avec toi sur cette manière de voir les choses.

Cette forme de déni est d'ailleurs assez fréquente.

Beaucoup plus que le contraire.
Les gens dotés d'une extrême rigueur intellectuelle, capables de maintenir une position contre vents et marées, les gens qui ne s'en laissent pas conter et qui sont incapables de se mentir à eux-mêmes (ce qui est déjà le début du déni) sont assez rares.
Finalement, je constate que vous avez fini par admettre ce que certains vous disent depuis pas mal de temps, à savoir que les Aubert n'ont finalement pas vu grand chose, pas assez en tout cas pour affirmer que Ranucci s'enfuyait avec une fillette, que la police sans aucune preuve et à contrario des témoins de l'enlèvement s'est convaincue de la culpabilité de Ranucci, que la police a du faire preuve de toute son influence pour convaincre les Aubert (et Martinez, d'ailleurs), à tel point que ceux-ci ont accepté de mentir en connaissance de cause - de bonne foi ou pas ça reste un faux témoignage - malgré qu'ils aient prêté serment.

C'est pas joli joli tout ça.

Je ne vous souhaite pas d'avoir un jour sur le dos des ripoux et des enfoirés de ce genre-là.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le déni des Aubert
Message non luPosté : 18 sept. 2007, 13:34 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 18 août 2006, 13:30
Messages : 1383
Localisation : Dreux
Citation :
Finalement, je constate que vous avez fini par admettre ce que certains vous disent depuis pas mal de temps, à savoir que les Aubert n'ont finalement pas vu grand chose, pas assez en tout cas pour affirmer que Ranucci s'enfuyait avec une fillette, que la police sans aucune preuve et à contrario des témoins de l'enlèvement s'est convaincue de la culpabilité de Ranucci, que la police a du faire preuve de toute son influence pour convaincre les Aubert (et Martinez, d'ailleurs), à tel point que ceux-ci ont accepté de mentir en connaissance de cause - de bonne foi ou pas ça reste un faux témoignage - malgré qu'ils aient prêté serment.

C'est pas joli joli tout ça.

Je ne vous souhaite pas d'avoir un jour sur le dos des ripoux et des enfoirés de ce genre-là.
Oula Henri, que t'arrive-t-il??? Etant cité (c'est gratuit, je ne fais pas pyer les droits...), je me sens concerné par ta réfléxion. Je t'invite donc à répondre à ceci :
- quand ai-je affirmé que les Aubert avait bien distingué Ranucci accompagné d'une fillette?
- quand ai-je affirmé que la police ne s'était pas convaincue de la culpabilité de Ranucci sans preuve?
- quand ai-je affirmé que le commissaire Alessandra n'avait pas fait pression sur les Aubert?
- quand ai-je affirmé qu'un faux témoignage pouvait être défendu?

Je t'invite à vérifier, mais tu ne trouveras pas. Je pense que sous la pression, les Aubert ont modifié une partie de leur témoignage, car les policiers ont réussi à induire le doute dans leurs propos. Ca peut se comprendre, même si ça n'est pas bien.

Et cette réfléxion est vraie également auprès de Mme Mattéi.

_________________
Parce qu'ils n'ont pas été partisans, les jurés ne sont pas responsables de la débacle de 1976.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 18 sept. 2007, 13:58 
Mais enfin, Henri, qu'est-ce qui te prend de nous engueuler comme ça ?

En ce qui me concerne : je pense que tu n'as toujours pas compris ma manière de fonctionner.
Si je peux donner l'impression de dire tout et son contraire, c'est parce que je raisonne presque toujours à partir d'hypothèses de travail (du genre : CR supposé coupable / innocent, l'homme au pull over-rouge supposé meurtrier de MDR, etc.) qui ne sont absolument pas des certitudes. Cela m'amène à formuler des thèses qui paraissent parfois contradictoires mais ne qui sont que des thèses. Je tâtonne, je m'interroge, j'essaie de réfléchir sans à-prioris, c'est tout.

Lorsque je réponds à un post - comme je l'ai fait à celui de Jayce -, je dis ce qui me semble possible, impossible ou douteux dans ce qui est dit et, à partir de ce qui me semble se tenir à peu près, j'essaie de bâtir une hypothèse (qui peut fort bien en contredire une autre, que j'ai formulée il y a une semaine ou un an).
Cela ne veut absolument pas dire que je suis convaincue que cette hypothèse est la bonne. C'est simplement un raisonnement de travail.

Si cette affaire était simple, il me semble que ça ce saurait.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le déni des Aubert
Message non luPosté : 18 sept. 2007, 15:24 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mai 2006, 21:13
Messages : 3530
Citation :
- quand ai-je affirmé que les Aubert avait bien distingué Ranucci accompagné d'une fillette?
Relis bien et tu verras que je n'ai pas dit que tu avais affirmé ça mwink:
Citation :
- quand ai-je affirmé que la police ne s'était pas convaincue de la culpabilité de Ranucci sans preuve?
- quand ai-je affirmé que le commissaire Alessandra n'avait pas fait pression sur les Aubert?
- quand ai-je affirmé qu'un faux témoignage pouvait être défendu?
Donc, tu confirmes bien que, selon toi,
- la police s'est convaincue de la culpabilité de Ranucci sans preuve ?
- Alessandra a fait pression sur les Aubert ?
- les Aubert ont livré un faux témoignage ?

Oui ou non ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 18 sept. 2007, 15:28 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mai 2006, 21:13
Messages : 3530
Citation :
Mais enfin, Henri, qu'est-ce qui te prend de nous engueuler comme ça ?
Danou, Jayce,

Mon intention n'était pas de vous engueuler enaughty

Vous me connaissez, quant même eangel

Si vous l'avez pris comme ça, veuillez m'excuser.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 18 sept. 2007, 15:34 
Citation :
[...]
Danou, Jayce,

Mon intention n'était pas de vous engueuler enaughty

Vous me connaissez, quant même eangel

Si vous l'avez pris comme ça, veuillez m'excuser.
Ben .. on aurait dit :?

Mais bon ... puisque tu le dis alc

D'accord ... ::fouamoureux::


Haut
   
 Sujet du message : Re: Le déni des Aubert
Message non luPosté : 18 sept. 2007, 16:49 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 18 août 2006, 13:30
Messages : 1383
Localisation : Dreux
Citation :
Donc, tu confirmes bien que, selon toi,
- la police s'est convaincue de la culpabilité de Ranucci sans preuve ?
Oui sans aucun doute.
Citation :
- Alessandra a fait pression sur les Aubert ?
Egalement, c'est la seule raison pour que les Aubert fassent évoluer les premières déclarations.
Citation :
- les Aubert ont livré un faux témoignage ?
Oui, dans la mesure où apporter des détails dont on n'est sûr de rien est considéré comme faux. Le gros du témoignage est vrai (selon moi), mis à part la scène finale. Je pense d'ailleurs la même chose du témoignage de Mme Mattéi (la scène qu'elle a vu est véridique, mais je doute qu'elle soit sûre de son coup dans le détail).
Citation :
- quand ai-je affirmé que les Aubert avait bien distingué Ranucci accompagné d'une fillette?
Citation :
Relis bien et tu verras que je n'ai pas dit que tu avais affirmé ça
Citation :
Finalement, je constate que vous avez fini par admettre ce que certains vous disent depuis pas mal de temps, à savoir que les Aubert n'ont finalement pas vu grand chose, pas assez en tout cas pour affirmer que Ranucci s'enfuyait avec une fillette
Je n'avais pas besoin de l'admettre. Je ne l'avais jamais admis (et donc jamais affirmé eangel ) car le témoignage du couple est trop évolutif. J'ai en revanche accordé c'est vrai, et j'accorde toujours de la valeur au témoignage de ce couple même si je ne crois pas aux détails de dernières minutes.

_________________
Parce qu'ils n'ont pas été partisans, les jurés ne sont pas responsables de la débacle de 1976.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 21 oct. 2007, 10:30 
« Henri » :
Finalement, je constate que vous avez fini par admettre ce que certains
vous disent depuis pas mal de temps, à savoir que les Aubert n'ont finalement pas vu grand chose, pas assez en tout cas pour affirmer que Ranucci s'enfuyait avec une fillette


Si les Aubert n'avaient rien vu, comme tu le penses, il n'y aurait jamais eu d'affaire Ranucci inculpé de l'enlèvement et du meurtre de la petite Marie-Dolorès.

Selon toi, ils auraient fait le lien entre l'enlèvement de la petite et l'accident suivi de la fuite au carrefour et auraient inventé cette histoire du conducteur de la 304 s'enfuyant avec soit un enfant soit un paquet.

On a bien deux déclarations de leur part, une à la gendarmerie et l'autre à l'Evêché. Je suis bien d'accord pour dire qu'elles ne nous aident pas à trouver la vérité de manière certaine.
Mais quand même, l'une parle d'un paquet assez volumineux et l'autre d'un enfant.
On ne peut donc pas dire qu'ils n'ont rien vu.

On sait aujourd'hui que les Aubert nient avoir appelé les gendarmeries.
J'ai du mal à croire que le capitaine Gras ait inventé cette histoire.
Ce sont donc les Aubert qui mentiraient.
On peut le comprendre. Quand ils entendent parler de l'enlèvement d'une petite fille à Marseille, ils craignent le pire pour elle.
Alors, pour éviter d'être accusés de non assistance, ils vont se protéger en parlant d'un paquet.
Aujourd'hui, ils nient avoir parlé de paquet assez volumineux et avoir téléphoné aux gendarmeries pour ne pas avoir à s'expliquer sur le sujet.
Et on ne pourra jamais vérifier puisque les télécoms de l'époque ne conservent pas les appels téléphoniques.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 21 oct. 2007, 10:58 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 12:12
Messages : 3461
Localisation : 57
C'est le coup de fil de V.Martinez qui va faire bouger les choses.....

Martinez , qui, rappelons-le...n'a rien vu du tout.

Pourquoi se serait-il permis de parler de Mr et Mme Abert et de ce qu'ils ont vu sans même les consulter? Il faut qu'au moins un des 2 lui ait dit quelque chose ou qu'ils se soient mis d'accord pour un même et unique scénario ce qui me semble un peu tiré par les cheveux.

Moi, c'est le paquet qui m'ennuye .....


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 21 oct. 2007, 11:33 
Ce que j'aimerais savoir :

est ce que M Martinez a évoqué ce que lui a dit M Aubert en revenant au carrefour à propos du type s'enfuyant avec un gosse dans la colline ?

Ou bien a t-il juste appelé pour dire qu'un enfant pouvait peut-être se trouver dans la 304, contrairement à sa déclaration du 3 à Gréasque ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 5 Suivante

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com