Nous sommes le 17 oct. 2018, 02:50

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante
Auteur Message
Message non luPosté : 15 déc. 2012, 02:43 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Je me suis donc aperçu que personne ne s'était interrogé sur la structure des témoignages.

Il y aurait des vérifications à faire :

L'homme vient un première fois le vendredi 31. Là ce sont les deux fillettes, qui sont collégiennes, qui n'ont pas cours le vendredi après-midi qui sont abordées par lui qui prétend avoir perdu un caniche noir très gentil.
Elle fréquentent visiblement le collège privé qui se trouve dans la rue du Merlan.
Pas cours l'après-midi ? Cela peut provenir de la structure de leur emploi du temps.

Le samedi matin - et cela ne peut pas être à un autre moment - cette fois ce sont les deux petits du primaire qui n'ont pas école... Là Mme Mattéi le voit de sa fenêtre. Est-ce que serait la journée du maire, tandis qu'on entame le long week end de la Pentecôte ?

à midi ce même samedi, elle va chercher ses gamines à l'école et là, elle le croise et il vient lui parler pour dire qu'il arrête (ses agressions) donc il cherche à prévenir un dépôt de plainte contre lui.

Notons qu'il n'est pas du tout dépourvu de culot.

Donc je me suis aperçu que les témoins se mélangent, situent de façon visiblement erronée l'épisode d'Alain Baracco l'après midi. Mais en ce cas, comment peut-il se produire l'épisode de l'école ?

Donc à vérifier : les primaires n'avaient pas école ? Est-ce que du point de vue du déroulement, cette structure tient ou pas ?

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 15 déc. 2012, 12:55 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Citation :
Gihel :
Je me suis donc aperçu que personne ne s'était interrogé sur la structure des témoignages.

Il y aurait des vérifications à faire :

L'homme vient un première fois le vendredi 31. Là ce sont les deux fillettes, qui sont collégiennes, qui n'ont pas cours le vendredi après-midi qui sont abordées par lui qui prétend avoir perdu un caniche noir très gentil.
Elle fréquentent visiblement le collège privé qui se trouve dans la rue du Merlan.
gihel:
Pas cours l'après-midi ? Cela peut provenir de la structure de leur emploi du temps.

Le samedi matin - et cela ne peut pas être à un autre moment - cette fois ce sont les deux petits du primaire qui n'ont pas école... Là Mme Mattéi le voit de sa fenêtre. Est-ce que serait la journée du maire, tandis qu'on entame le long week end de la Pentecôte ?
Par rapport au titre ''Mettre en ordre et à plat les Cerisiers'', ne parlez-vous pas plutôt de l'épisode des Tilleuls?
Citation :
Gihel:
...à midi ce même samedi, elle va chercher ses gamines à l'école et là, elle le croise et il vient lui parler pour dire qu'il arrête (ses agressions) donc il cherche à prévenir un dépôt de plainte contre lui...
Excusez-moi, mais d'où tenez'vous cet épisode concernant le témoignage Mattéi? Dans le pull-over rouge, il est raconté que Mme Mattéi voit de la fenêtre de sa salle de bain le satyre entrain d'essayer de tirer à l'intérieur de sa voiture le ''petit frisé'' qui hurle et résiste. Madame Mattéi ouvre la fenêtre et se met à parler à l'homme au pull-over rouge qui lui répond sèchement "J'arrête'', puis démarre sa voiture et s'en va. Elle n'aura que le temps d'identifier seulement une partie de la plaque minéralogique de la voiture.
Citation :
Gihel:
Notons qu'il n'est pas du tout dépourvu de culot.
Quand on regarde l'attitude qu'il montre lorsqu'il opère dans le pré en haut de la rue des Polytres ... (hé oui, pour moi, géographiquement parlant, il faut dissocier l'épisode Agnès Mattéi / Carole Barocco et le jeune frère Barocco / le petit frisé. Le 1er concerne la cité la Renaude et le 2ème la cité des Tilleuls) ... aux Tilleuls et aux Cerisiers, on sent quelqu'un qui fait comme s'il avait intégré en lui le fait que les risques qu'il se fasse prendre sont pratiquement nuls. En quelque sorte, et cela se ramène à ce que vous dites: il est sûr de lui..
Citation :
Gihel:
Donc je me suis aperçu que les témoins se mélangent, situent de façon visiblement erronée l'épisode d'Alain Baracco l'après midi. Mais en ce cas, comment peut-il se produire l'épisode de l'école
Donc à vérifier : les primaires n'avaient pas école ? Est-ce que du point de vue du déroulement, cette structure tient ou pas ?


Haut
   
Message non luPosté : 27 déc. 2012, 22:00 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Citation :

Par rapport au titre ''Mettre en ordre et à plat les Cerisiers'', ne parlez-vous pas plutôt de l'épisode des Tilleuls?
Oui c'est ce que je voulais dire, l'épisode des Tilleuls
Citation :
Excusez-moi, mais d'où tenez'vous cet épisode concernant le témoignage Mattéi? Dans le pull-over rouge, il est raconté que Mme Mattéi voit de la fenêtre de sa salle de bain le satyre entrain d'essayer de tirer à l'intérieur de sa voiture le ''petit frisé'' qui hurle et résiste. Madame Mattéi ouvre la fenêtre et se met à parler à l'homme au pull-over rouge qui lui répond sèchement "J'arrête'', puis démarre sa voiture et s'en va. Elle n'aura que le temps d'identifier seulement une partie de la plaque minéralogique de la voiture.
Dans le récapitulatif par exemple, mais je vous invite à découvrir ceci:

http://www.republiquedesombres.com/2012 ... -ecarlate/

et puis surtout ceci :

http://www.republiquedesombres.com/2012 ... ei-martel/

Et ensuite, il faut mettre de l'ordre dans ce fourbi.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 07 janv. 2013, 19:11 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Gihel concernant les diverses sources relatant l'épisode des tilleuls.
...il faut mettre de l'ordre dans ce fourbi...
...je me suis aperçu que les témoins se mélangent...

Je suis entièrement d'accord avec vous. Autant du côté des Cerisiers, sur ce plan là les choses sont assez claires, autant pour les Tilleuls c'est le bordel.

Essayer de remettre de l'ordre du côté des Tilleuls, oui, d'accord, mais comment? Par où commencer? A l'instant, la première chose qui me viendrait à l'esprit comme base de départ ce serait de lister toutes les sources qui relatent (ou semble relater) les épisodes Mattéi. Je dis les épisodes, parce il y en a plusieurs. Je dois vous confesser que je ne sais pas pourquoi, je n'ai jamais pu aller jusqu'au bout de la lecture du récapitulatif de C. Ranucci. J'ignorais donc ce qu'il disait à propos des Tilleuls.
Citation :
Christian Ranucci:
« Elle conta à ma mère ces faits extraordinaires : (Pour des raisons de clarification, je vais rapporter en une seule fois tous ces faits; mais ma mère ne put prendre connaissance du tout qu’après avoir revu ultérieurement Mme Mattéi.)
Le premier eut lieu quatre jours avant le rapt et le meurtre de Maria-Dolorès Rambla.
[Mme Mattéi]: « Le vendredi 31 mai 1974, l’une de mes filles Agnès, qui a 12 ans, jouait en bas de l’immeuble de notre cité avec son amie Carole Barraco, 13 ans, lorsqu’un homme s’approcha de ma fille et son amie. Il leur expliqua qu’il venait de perdre son petit chien noir et demanda si elles voulaient bien l’aider à le chercher avec lui et proposa de monter dans sa voiture. Ma fille et son amie ont refusé. L’homme insista. Elles refusèrent toujours. C’est à ce moment qu’en me penchant par la fenêtre de ma cuisine, je suis au premier étage, j’ai vu la scène, c’est-à-dire l’homme qui parlait aux deux fillettes. »
« Il était habillé d’un pull-over rouge vif, d’un pantalon sombre, il avait les cheveux noirs et plutôt courts, il devait avoir dans les 35 ans. Sa voiture était une Simca 1100 grise à quatre portes. Je l’ai vu remonter dans sa voiture et repartir. Je n’ai pas pu relever le numéro en entier, mais j’ai vu que son numéro finissait par un 8, et avec le 54 pour la région. J’ai pu voir aussi qu’il y avait des jouets posés sur la lunette arrière de la Simca (poupées, seau en plastique, ballons d’enfant et d’autres articles du même genre). J’appelai ma fille, et elle me raconta comment elle et son amie venaient d’être abordées par cet individu. Si nous le revoyions, ma fille, son amie ou moi-même, nous le reconnaîtrions. »
« Le lendemain, le samedi 1er juin 1974, je l’ai revu. J’étais en train d’attendre ma fille à la sortie de son école. Il s’est approché de moi et m’a demandé si je n’avais pas vu une petite fille de cette taille à peu près (il m’a montré avec la main la hauteur d’une fillette d’une huitaine d’années). Je l’ai reconnu tout de suite. J’en suis restée clouée sur place. Il a dû voir que je le reconnaissais car il s’est immédiatement éloigné sans attendre de réponse. Il était encore habillé avec ce pull-over rouge vif – col ras du cou et boutons qui fermaient sur l’épaule. Il s’était éloigné justement en direction du raccourci qui mène vers la rue d’Albe où fut enlevée Maria Rambla. »
« Aux Tilleuls, le maniaque au pull-over rouge avait essayé d’enlever l’ami du frère de Carole Barraco, qui est la copine de ma fille Agnès. Cet homme avait abordé le petit Alain Barraco (6 ans) en lui disant de faire venir un garçonnet de 8 ans, ami d’Alain, et qui jouait plus loin, il dit à Alain : « Va le chercher, je veux lui parler. » Quand le garçonnet arriva, l’homme au pull rouge ressortit encore une fois son histoire de petit chien noir mais le garçonnet n’a pas voulu venir. L’homme le tira soudain par le bras pour le mettre dans sa Simca. Heureusement le garçonnet réussit à s’enfuir. L’homme au pull rouge partit aussitôt. »


L'épisode des tilleuls que j'ai souligné, n'est pas, il me semble, ou me trompais-je, relaté dans le ''Pull-Over Rouge'', ni ailleurs. Première question que je me pose, comment c'est épisode n'a pu être connu de G. Perrault?

Autre chose, peut-être ne faut-il pas oublier le contenu du témoignage de Mme Roblès. Je ne parlerais pas de la discution for intéressante qui avait eu lieu dans le fil ''L'Affaire des Tilleuls: le témoignage de Mme Roblès.
Citation :
Extrait du témoignage de Mme Roblès
...quelques jours après l'assassinat de la petite Rambla Marie Dolores , je me trouvais chez Mme Mattéi , dans le courant de l'après midi.
A un certain moment, la fille de mme Mattéi , accompagnée par d'autres enfants , a fait irruption dans l'appartement . Elle était affolée, les autres enfants aussi. Ils nous ont dit qu'un individu avait tenté d'attirer dans sa voiture un petit garçon alors qu'il jouait dans le pré au dessus de la cité. Selon leurs dires, un homme avait stoppé avec sa voiture à proximité du petit garçon , lui avait offert des bonbons , mais d'autres enfants survenant, l'homme avait pris la fuite, à bord d'une voiture grise sans aucune autre précision. Mme Mattéi et moi même, nous sommes rendues immédiatement en dehors de la cité , sur les lieux , c'est à dire dans le pré. Nous n'avons rien vu.
Je me contenterais seulement d'émettre une idée de départ en lisant ce que relatait Mme Roblès et ce qui était sur le post le concernant. Et si en fait il y avait eut 3 épisodes des Tilleuls?
- Carole Barracco et Agnès Mattéi (dans le pré qui se situe en haut de la rue des Polypres ou aux Tilleuls même) (avant St agnès)
- Le frère de Carole Barracco et le ''petit frisé'' (aux Tilleuls même) (avant St Agnès)
- Le petit garçon qui joué dans le pré ( (Dans le pré qui se situe en haut de la rue des Polypres) (Après St Agnès????)

Autre question alors: Comment se fait-il, que là encore, en 1975 et 1977, Mme Mattéi ne parle pas de l'épisode du petit garçon qui jouait dans le pré.


Haut
   
Message non luPosté : 08 janv. 2013, 00:21 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Cette fois nous avons 4 épisodes. Trois se déroulent avant l'enlèvement selon moi :

1/ celui qui concerne Carole et Agnès le vendredi après-midi. Elles sont au collège et elles n'auraient pas cours après 15h30 par exemple?
2/ celle qui concerne le petit Alain et le frisé, le samedi matin. Les gamins de primaire n'auraient pas classe le samedi de Pentecôte, c'est cela qu'il faudrait vérifier.
3/ celle qui concerne Mme Mattéi qui vient chercher sa fille au collège le samedi midi, l'homme au pull rouge l'aborde et lui dit qu'il cherche une petite fille et il lui dit qu'il "s'arrête".


Celui après l'enlèvement de Marie Dolorès ne m'intéresse pas, c'est le bordel que la police vient mettre pour qu'on n'y comprenne plus rien. Le témoignage de Mme Roblès concerne quelqu'un d'autre et n'a strictement aucun intérêt, un satyre qui attire les enfants avec des bonbons et non pas un chien noir et la voiture grise n'a rien à voir avec la simca. L'homme au pull rouge n'a plus la Simca 1100 à sa disposition. Les gitans qui en sont propriétaires sont repartis.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 08 janv. 2013, 00:35 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Quand on examine attentivement le pseudo procès-verbal du substitut Brugère en forme de salmigondis, cela donne ceci :

"Le lendemain, toujours dans mon quartier de Saint-Jérôme (13ème), un individu a essayé de faire monter un enfant, un garçon, âgé de 5 à 6 ans, dans sa voiture. Le numéro de la voiture se terminait par 8../54.
Je lui ai parlé. Il m’a dit « qu’il s’arrêtait ».
Je remarquais qu’il avait un accent méridional. La voiture était une voiture Simca grise, normale 4 portes gris métallisée.
"


En réalité, il faut séparer la séquence en deux : depuis la fenêtre de sa salle de bain, elle a surpris un homme qui parlait avec Alain Baracco, qui faisait venir le petit frisé, qui essayit de le tirer dans sa voiture et qui s'enfuit. Elle note le numéro de la voiture et remarque que su la lunette arrière se trouvent des jouets de plage et des peluches - ce que ne note pas notre admirable substitut Brugère qui n'a visiblement pas trop envie qu'on y comprenne quelque chose.

Fin du premier épisode. Ensuite, ce que ne retranscrit pas Mme Brugère pour qu'on pense que Mme Mattéi est une tarée, Mme Mattéi va chercher sa fille au collège et là, surprise, elle tombe nez à nez avec l'homme au pull rouge qui lui demande s'il n'aurait pas vu une gamine haute comme ça. et cela s'enchaîne cette fois : "je lui ai parlé. Il m'a dit "qu'il s'arrêtait", sous entendu de courir après les enfants. Et c'est là qu'elle remarque qu'il a un accent méridional - ainsi que le remarque Jean Rambla qui dit "il parlait comme les gens d'ici". Et elle revoit la voiture : une simca grise 4 portes - gris métallisé.

Il y a donc bien trois épisodes aux Tilleuls.

Madame Roblès, pour moi, cela ne vaut rien on peut oublier, cela se passe quelques jours après l'enlèvement, lorsque les esprits sont échauffés et qu'on est près à écouter n'importe quelle connerie que racontent les enfants.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 14 janv. 2013, 19:21 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Citation :
Christian Ranucci:
« Elle conta à ma mère ces faits extraordinaires : (Pour des raisons de clarification, je vais rapporter en une seule fois tous ces faits; mais ma mère ne put prendre connaissance du tout qu’après avoir revu ultérieurement Mme Mattéi.)
Le premier eut lieu quatre jours avant le rapt et le meurtre de Maria-Dolorès Rambla.
[Mme Mattéi]: « Le vendredi 31 mai 1974, l’une de mes filles Agnès, qui a 12 ans, jouait en bas de l’immeuble de notre cité avec son amie Carole Barraco, 13 ans, lorsqu’un homme s’approcha de ma fille et son amie. Il leur expliqua qu’il venait de perdre son petit chien noir et demanda si elles voulaient bien l’aider à le chercher avec lui et proposa de monter dans sa voiture. Ma fille et son amie ont refusé. L’homme insista. Elles refusèrent toujours. C’est à ce moment qu’en me penchant par la fenêtre de ma cuisine, je suis au premier étage, j’ai vu la scène, c’est-à-dire l’homme qui parlait aux deux fillettes. »
« Il était habillé d’un pull-over rouge vif, d’un pantalon sombre, il avait les cheveux noirs et plutôt courts, il devait avoir dans les 35 ans. Sa voiture était une Simca 1100 grise à quatre portes. Je l’ai vu remonter dans sa voiture et repartir. Je n’ai pas pu relever le numéro en entier, mais j’ai vu que son numéro finissait par un 8, et avec le 54 pour la région. J’ai pu voir aussi qu’il y avait des jouets posés sur la lunette arrière de la Simca (poupées, seau en plastique, ballons d’enfant et d’autres articles du même genre). J’appelai ma fille, et elle me raconta comment elle et son amie venaient d’être abordées par cet individu. Si nous le revoyions, ma fille, son amie ou moi-même, nous le reconnaîtrions. »
« Le lendemain, le samedi 1er juin 1974, je l’ai revu. J’étais en train d’attendre ma fille à la sortie de son école. Il s’est approché de moi et m’a demandé si je n’avais pas vu une petite fille de cette taille à peu près (il m’a montré avec la main la hauteur d’une fillette d’une huitaine d’années). Je l’ai reconnu tout de suite. J’en suis restée clouée sur place. Il a dû voir que je le reconnaissais car il s’est immédiatement éloigné sans attendre de réponse. Il était encore habillé avec ce pull-over rouge vif – col ras du cou et boutons qui fermaient sur l’épaule. Il s’était éloigné justement en direction du raccourci qui mène vers la rue d’Albe où fut enlevée Maria Rambla.»
« Aux Tilleuls, le maniaque au pull-over rouge avait essayé d’enlever l’ami du frère de Carole Barraco, qui est la copine de ma fille Agnès. Cet homme avait abordé le petit Alain Barraco (6 ans) en lui disant de faire venir un garçonnet de 8 ans, ami d’Alain, et qui jouait plus loin, il dit à Alain : « Va le chercher, je veux lui parler. » Quand le garçonnet arriva, l’homme au pull rouge ressortit encore une fois son histoire de petit chien noir mais le garçonnet n’a pas voulu venir. L’homme le tira soudain par le bras pour le mettre dans sa Simca. Heureusement le garçonnet réussit à s’enfuir. L’homme au pull rouge partit aussitôt. »
J'ai relu le ‘’Pull-Over Rouge’’ et également interrogé ma mémoire s'agissant des procès verbaux, des coupures de journaux et des autres ouvrages relatant l'Affaire Ranucci. Sauf erreur, il me semble que C Ranucci est le seul a relaté l'épisode Mattéi que j'ai souligné dans la partie au dessus. Partie qui est justement un extrait du récapitulatif de C Ranucci.

Vous en déduisez donc ce que vous dites en dessous.
Citation :
Gihel:
Quand on examine attentivement le pseudo procès-verbal du substitut Brugère en forme de salmigondis, cela donne ceci :

"Le lendemain, toujours dans mon quartier de Saint-Jérôme (13ème), un individu a essayé de faire monter un enfant, un garçon, âgé de 5 à 6 ans, dans sa voiture. Le numéro de la voiture se terminait par 8../54.
Je lui ai parlé. Il m’a dit « qu’il s’arrêtait ».
Je remarquais qu’il avait un accent méridional. La voiture était une voiture Simca grise, normale 4 portes gris métallisée."

En réalité, il faut séparer la séquence en deux : depuis la fenêtre de sa salle de bain, elle a surpris un homme qui parlait avec Alain Baracco, qui faisait venir le petit frisé, qui essayit de le tirer dans sa voiture et qui s'enfuit. Elle note le numéro de la voiture et remarque que su la lunette arrière se trouvent des jouets de plage et des peluches - ce que ne note pas notre admirable substitut Brugère qui n'a visiblement pas trop envie qu'on y comprenne quelque chose.

Fin du premier épisode.
Ensuite, ce que ne retranscrit pas Mme Brugère pour qu'on pense que Mme Mattéi est une tarée, Mme Mattéi va chercher sa fille au collège et là, surprise, elle tombe nez à nez avec l'homme au pull rouge qui lui demande s'il n'aurait pas vu une gamine haute comme ça. et cela s'enchaîne cette fois : "je lui ai parlé. Il m'a dit "qu'il s'arrêtait", sous entendu de courir après les enfants. Et c'est là qu'elle remarque qu'il a un accent méridional - ainsi que le remarque Jean Rambla qui dit "il parlait comme les gens d'ici". Et elle revoit la voiture : une simca grise 4 portes - gris métallisé.
C'est possible que ce que dit C Ranucci est vrai. Mais c'est possible aussi que ce qu'il dit il l'ait inventé. Je n'ai aucune preuve de l'un ou de l'autre. Auriez vous une preuve que l’épisode Mattéi que relate C Ranucci soit vrai.
Pour ma part, je sais seulement que ce qu'il raconte de cet épisode, il le tiendrait de sa mère, qui elle le tiendrait de Madame Mattéi. Comment se fait-il alors que l'épisode racontant que Madame Mattéi en allant chercher sa fille à l'école aurait aperçu l'homme au pull-over rouge et qu'il lui aurait parlé, ne soit pas connu de G. Perrault et de JF Leforsonney. C'était quand même sacrément important. Une des 3 personnes au moins, Mme Mathon, Mme Mattéi ou C Ranucci auraient dù immanquablement en parler à JF Leforsoney. Et serait certainement parvenu alors aux oreilles de G. Perrault .

Sans prendre pour argent comptant ce que dit C Ranucci, on peux peut-être faire l’hypothèse que ce qu’il dit est vrai. Je me pose une question sur des éléments précis que nous livrerait C Ranucci au sujet de cet épisode Mattéi que je ne connaissais pas
Citation :
C Ranucci :
« …Le lendemain, le samedi 1er juin 1974, je l’ai revu. J’étais en train d’attendre ma fille à la sortie de son école…
… Il [l’homme au pull-over rouge] s’était éloigné justement en direction du raccourci qui mène vers la rue d’Albe où fut enlevée Maria Rambla.»
Question : j’ai essayé de rechercher dans le 13ème et / ou 4ème arrondissement un endroit où il se trouverait à la fois une école primaire et un raccourci qui relierait l’école à la rue Albe. Pour l’instant, je n’ai rien trouvé de probant. Auriez vous de votre côté réussi à localisé géographiquement l’école primaire et le raccourci ?
Citation :
Gihel :
la voiture grise n'a rien à voir avec la simca. L'homme au pull rouge n'a plus la Simca 1100 à sa disposition. Les gitans qui en sont propriétaires sont repartis.
A l’époque, vous n’étiez pas revenu sur le forum, et je m’étais posé des questions sur votre théorie en rapport avec la communauté gitane
Citation :
Pat 31 :
C'est quoi cette histoire de colleur d'affiche et de rue du Ruisseau Mirabeau?
Comment Gihel en est-il arrivé à moment donné a nous livrer quasiment l'adresse de l'homme au pull over-rouge. Et pourquoi tout cela s'est-il avéré être en fin de compte une impasse?

Pardonnez-moi, mais à l'époque je n'étais pas encore inscrit sur le forum, et j'ai eu beau regarder tous les fils, nulle par ailleurs Gihel ne développe les idées et affirmations dont il fait allusion dans les 4 posts ci-haut.

Danou m’avez répondu
Citation :
Danou :
Je crois que Gihel a cru sincèrement tenir une piste : certains éléments lui donnaient à penser que l'homme au pull over-rouge aurait pu être un gitan de passage à Marseille à l'occasion du pélerinage des Saintes-Maries-de-la-mer.
Et je crois savoir qu'il y avait autrefois une communauté gitane rue du Ruisseau Mirabeau à Marseille, d'où sa déduction que l'homme au pull over-rouge aurait pu habiter là-bas lors de l'enlèvement et du meurtre.

Il pensait apparemment toucher au but, mais cette piste s'est finalement avérée décevante.
Mais cela m’avez laissé sur la fin, car j’aurais aimé connaître le cheminement qui vous avez amené à vous intéresser aux pèlerinage des Saintes Maries de la Mer et à la communauté gitane.

En tout cas, voici ce qui a été rapporté dans les journaux sur le pèlerinage des Saintes maries de la Mer
Citation :
Extrait du Provençal (secteur Arles) du vendredi 31 mai 1974
APRÈS LE PELERINAGE DES SAINTES MARIES DE LA MER DE NOMBREUX MÉFAITS RECENCÉS
PLUSIEURS ARRESTATIONS OPÉRÉES

Dans les 48h00 qui suivirent la fin des festivités de Mai aux Saintes Maries de la Mer, festivités marquées notamment par le pèlerinage gitan et provençal, des rumeurs circulaient par lesquelles on apprenait que des meurtres auraient été commis durant la période du 23 au 26 mai.
Ces bruits, dont on devine l’effet qu’ils ont pu produire dans la population saintoise et de la région, en étaient nullement fondés.
En revanche cependant, le bilan qui a été dressé par les services de gendarmerie n’en reste pas moins lourd.
Toujours durant la période du 23 au 26, un double viol a été commis au préjudice d’une jeune fille et … d’un jeune homme : ces derniers, bien que commotionnés ont pu regagner leur ville (Toulouse) aussitôt après avoir déposé plainte. Les auteurs d’ailleurs sont sous les verrous. Il s’agit de Joseph Cargole, 21 ans demeurant à Marseille et d’un autre Joseph Cargole, 25 ans, demeurant à Montpellier.
Une plainte pour coups et blessures volontaires qui ont fait un blessé grave, M. Jean Parodi, 40 ans, demeurant aux Saintes Maries et M. Eric Martin, 41 ans, légèrement atteint, demeurant à Nîme, a été déposé. Les deux victimes ont dù être hospitalisées. Les jours de M. Parodi ne sont plus en danger, M. Martin a pu regagner son domicile après avoir reçu des soins à l’hôpital d’Arles. Parmi les autres plaintes, deux cambriolages de maisons d’habitation dont un a été résolu et a abouti à l’arrestation de Claude Metzener, demeurant en Suisse et qui a été écroué. Dix voitures ont été volées, trente trois cambriolées, trois ont subi des dégâts. A noter enfin un outrage public à la pudeur.
En ce qui concerne le bruit selon lequel le cadavre d’un homme aurait été retrouvé sue la plage, cette information est formellement démentie à la suite des recherches effectuées
Citation :
Gihel :
…L'homme vient un première fois le vendredi 31. Là ce sont les deux fillettes, qui sont collégiennes, qui n'ont pas cours le vendredi après-midi qui sont abordées par lui qui prétend avoir perdu un caniche noir très gentil… Pas cours l'après-midi ? Cela peut provenir de la structure de leur emploi du temp. Le samedi matin - et cela ne peut pas être à un autre moment - cette fois ce sont les deux petits du primaire qui n'ont pas école... Est-ce que serait la journée du maire, tandis qu'on entame le long week end de la Pentecôte ?
Voici ci-dessous un document qui montre que peut-être le samedi matin a était peut-être donné dans le cadre des 4 demi journée suplémentaires de congé scolaire
Fichier(s) joint(s) :
Vacances scolaires 74-75.JPG


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.


Haut
   
Message non luPosté : 15 janv. 2013, 23:17 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Citation :
Danou :Je crois que Gihel a cru sincèrement tenir une piste : certains éléments lui donnaient à penser que l'homme au pull over-rouge aurait pu être un gitan de passage à Marseille à l'occasion du pélerinage des Saintes-Maries-de-la-mer.
Et je crois savoir qu'il y avait autrefois une communauté gitane rue du Ruisseau Mirabeau à Marseille, d'où sa déduction que l'homme au pull over-rouge aurait pu habiter là-bas lors de l'enlèvement et du meurtre.

Il pensait apparemment toucher au but, mais cette piste s'est finalement avérée décevante.
Je n'ai jamais véritablement pensé toucher au but et Danou oublie une chose fondamentale, que j'ai développée peut-être en plusieurs fois, c'est qu'à mon avis la voiture n'appartient pas à cet homme, il l'a emprunté. Donc la voiture appartient peut-être à une famille gypsie venue de l'Est pour le pèlerinage du 25 mai aux Saintes-Maries de la Mer, mais l'homme a emprunté la voiture. Lui il est du coin, il réside peut-être d'ailleurs à Toulon, comme on en fait part à Mme Mathon plus tard.

Citation :
Mais cela m’avait laissé sur ma fin, car j’aurais aimé connaître le cheminement qui vous a amené à vous intéresser au pèlerinage des Saintes-Maries de la Mer et à la communauté gitane.

En tout cas, voici ce qui a été rapporté dans les journaux sur le pèlerinage des Saintes maries de la Mer

Citation:
Extrait du Provençal (secteur Arles) du vendredi 31 mai 1974
APRÈS LE PÈLERINAGE DES SAINTES MARIES DE LA MER DE NOMBREUX MÉFAITS RECENSÉS
PLUSIEURS ARRESTATIONS OPÉRÉES
Le pèlerinage a lieu le 25 mai. Les tentatives commencent le 31 mai, nous sommes en concordance. Je le déduis tout simplement de ce que voit Mme Mattéi sur la plage arrière de la voiture : elle distingue des chapeaux de paille, un seau bleu et une pelle, des peluches et des jouets d'enfant. Cela signifie que cette personne est venue de Meurthe et Moselle avec des enfants pour aller à la plage.

Mais il y a quelque chose qui ne colle pas totalement : ce ne sont pas des vacances, encore moins les grandes vacances. Donc la conclusion s'impose d'elle-même, un homme qui descend à Marseille au moment de la Pentecôte avec ses enfants pour aller à la plage : soit ce sont des asmathiques qui ont besoin du soleil, soit ce sont des gens du voyage qui se retrouvent sur la plage des Saintes-Maries de la mer pour le pèlerinage du 25 mai et qui vont stationner ensuite dans les camps du Ruisseau-Mirabeau.

Mais comme l'homme au pull rouge selon moi n'est pas le propriétaire de cette voiture, on ne peut conclure qu'un seule chose et formuler deux hypothèses : 1 / Il connaît des gitans, 2/ il a des appuis puisqu'on refuse de chercher la Simca, c'est donc qu'il y a des pressions pour qu'on n'aille pas plus loin, 3/ L'affaire Gallardo incite à penser qu'il est relié à un clan suffisamment puissant pour organiser une exécution - l'affaire Gallardo ressemble très fortement à une exécution froide et sans pitié, faite exprès pour qu'on fasse tout de suite le lien avec Marie-Dolorès Rambla - et provoquer l'exécution de Christian Ranucci. Qu'il y ait ensuite des ramifications avec tel ou tel groupe disons proche de la mairie de Toulon ne serait pas inenvisageable.
Citation :
Question : j’ai essayé de rechercher dans le 13ème et / ou 4ème arrondissement un endroit où il se trouverait à la fois une école primaire et un raccourci qui relierait l’école à la rue Albe. Pour l’instant, je n’ai rien trouvé de probant. Auriez vous de votre côté réussi à localisé géographiquement l’école primaire et le raccourci ?
Sur ce plan là, je ne suis pas sûr qu'il faille suivre à la lettre les indications de Christian Ranucci, sauf à considérer que la rue du Merlan se relie à la rue Alphonse Daudet qui mène à la rue Albe.

Attention ce sont des collégiennes, elles vont au collège. Il y a un collège privé rue du Merlan justement. Ce qui explique les raisons pour lesquelles elles n'auraient pas cours le vendredi après-midi, tandis que la journée du maire aurait été accordée aux élèves du primaire - du coup ce sont eux qui ne sont pas en classe le samedi matin - mais ceux du collège privé n'auraient pas cette journée. A vrai dire je n'en sais rien mais il est vrai qu'une chose est étonnante, personne n'a jamais songé - et moi pas plus que les autres - à remettre de l'ordre dans ce qui était rapporté. Et même Gilles Perrault n'a pas songé reconstituer avec précision la séquence en trois temps de ce qu'on lui racontait.

Ce qui me fait dire que Christian Ranucci ne se trompe que sur l'ordre et les dates mais pas sur les faits, c'est que ce que rapporte le substitut Brugère ne colle pas du tout. "Je lui ai parlé, il m'a dit qu'il s'arrêtait", ce ne peut pas être lors de l'épisode du petit Alain Baracco, elle ne lui parle pas à ce moment là. Si elle lui parle, c'est qu'elle l'a effectivement revu tout près d'elle. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle est si précise sur la taille, elle compare avec elle.
Mais comme le substitut Brugère escamote la scène de l'école, on n'y comprend plus rien et on se dit : cette pauvre Mme Mattéi est folle, comment elle fait pour savoir qu'il fait 1m68 et qu'il parle avec l'accent du midi en roulant les "r" ? C'est tout simplement qu'il est en face d'elle.

Il faut imaginer : ce type a un culot monstre, il vient entreprendre une mère de famille à la sortie du collège : "vous n'auriez pas vu une jeune fille grande comme ça ?". Brusquement, il la reconnaît et soudain il lui dit : je m'arrête - sous entendu j'arrête d'essayer d'enlever des enfants. Quand on réfléchit, c'est incroyable. Avec son pull rouge vif... On ne peut pas faire plus voyant. Alors quand on me dit qu'il n'aurait pas pu s'approcher de la Peugeot et faire basculer Christian Ranucci sur la banquette arrière avant de prendre le volant pour aller se loger dans le tunnel (qu'il connaît lui), il va bien interpeller Mme Mattéi et quand il s'aperçoit qu'elle a été témoin de la tentative d'enlèvement, il rétorque : ah mais non non je m'arrête. C'est pas mal dans le genre délirant.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 22 janv. 2013, 18:50 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Toujours, dans l'optique de savoir si C Ranucci dit vrai quand il dit dans son récapitulatif (en faisant parler Mme Mattéi)
« Le lendemain, le samedi 1er juin 1974, je l’ai revu. J’étais en train d’attendre ma fille à la sortie de son école. Il s’est approché de moi et m’a demandé si je n’avais pas vu une petite fille de cette taille à peu près (il m’a montré avec la main la hauteur d’une fillette d’une huitaine d’années). Je l’ai reconnu tout de suite. J’en suis restée clouée sur place. Il a dû voir que je le reconnaissais car il s’est immédiatement éloigné sans attendre de réponse. Il était encore habillé avec ce pull-over rouge vif – col ras du cou et boutons qui fermaient sur l’épaule. Il s’était éloigné justement en direction du raccourci qui mène vers la rue d’Albe où fut enlevée Maria Rambla.»

A propos de cet extrait, je vous ai posé cette question
Citation :
Pat 31:
... j’ai essayé de rechercher dans le 13ème et / ou 4ème arrondissement un endroit où il se trouverait à la fois une école primaire et un raccourci qui relierait l’école à la rue Albe. Pour l’instant, je n’ai rien trouvé de probant. Auriez vous de votre côté réussi à localisé géographiquement l’école primaire et le raccourci ?
Et vous m'avez répondu
Citation :
Gihel:
Sur ce plan là, je ne suis pas sûr qu'il faille suivre à la lettre les indications de Christian Ranucci, sauf à considérer que la rue du Merlan se relie à la rue Alphonse Daudet qui mène à la rue Albe.

Justement, si géographiquement certains éléments rapporté par CR Ranucci ne collent pas avec la réalité, permettez moi de dire qu'alors c'est l'ensemble de ce qu'il rapportent dans l'extrait ci-haut qui prend ''quelque peu du plomb dans l'aile''. Bien sûr, je n'en suis pas à dire qu'il ment, mais comme, à ma connaissance, il est seul à dire cela, on petit doute sur la véracité de cet épisode Mattéi qu'il rapporte commence à naître tout au fond de moi.
Citation :
Gihel:
Attention ce sont des collégiennes, elles vont au collège. Il y a un collège privé rue du Merlan justement.
Mais comme j'ai envie de croire à ce que dit C Ranucci, si du collège du Merlan il n'y a pas de raccourci qui mène à la rue Albe, c'est peut-être que l'on doit chercher un autre collège. Est ce que vous êtes sûr à 100% que la fille de Mme Mattéi est au collège privé du Merlan? Parce que de mon côté, j'en ai trouvé un qui coinciderait avec ce dit C Ranucci à propos (du soit-disant) épisode Mattéi


Haut
   
Message non luPosté : 23 janv. 2013, 01:52 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Citation :
Mais comme j'ai envie de croire à ce que dit C Ranucci, si du collège du Merlan il n'y a pas de raccourci qui mène à la rue Albe, c'est peut-être que l'on doit chercher un autre collège. Est ce que vous êtes sûr à 100% que la fille de Mme Mattéi est au collège privé du Merlan? Parce que de mon côté, j'en ai trouvé un qui coïnciderait avec ce dit C Ranucci à propos (du soit-disant) épisode Mattéi
Ah non je n'en suis pas sûr du tout, je n'avais pas analysé d'assez près ce que rapportait Christian Ranucci et donc le vôtre est sûrement meilleur.

Ce dont je suis sûr, c'est qu'à 12 ans elle fréquente un collège et pas une école primaire.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 26 janv. 2013, 22:43 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Citation :
Pat 31 :
Mais comme j'ai envie de croire à ce que dit C Ranucci, si du collège du Merlan il n'y a pas de raccourci qui mène à la rue Albe, c'est peut-être que l'on doit chercher un autre collège. Est ce que vous êtes sûr à 100% que la fille de Mme Mattéi est au collège privé du Merlan? Parce que de mon côté, j'en ai trouvé un qui coinciderait avec ce dit C Ranucci à propos (du soit-disant) épisode Mattéi
Citation :
Gihel:
Ah non je n'en suis pas sûr du tout, je n'avais pas analysé d'assez près ce que rapportait Christian Ranucci et donc le vôtre est sûrement meilleur.
Ce dont je suis sûr, c'est qu'à 12 ans elle fréquente un collège et pas une école primaire.
Le groupe scolaire privé dont je parle est l’Ecole Lacordaire, qui se situe 7 boulevard Lacordaire et qui est un institut catholique. Je dis groupe scolaire, car il assure la scolarité au niveau du primaire, du collège et du lycée. Il existait déjà en 1974.

Arrêtons-nous sur le document ci-dessous.
J’ai mis côte à côte, une partie du plan de 1974 mis en ligne par Michel et de la même partie de plan, mais d’aujourd’hui et mis en ligne par Google Map
Regardons plus précisément la configuration géographique et urbaine qui se trouve dans chacun des encadrés roses. Nous pouvons observer qu’en 1974 la rue Beaugeard existait (tirets rouges du plan de gauche), et que maintenant elle n’existe plus (pointillés du plan de droite).
En revenant au plan de gauche, la succession des croix rouges donnent un aperçu du trajet qu’il faut effectuer lorsque l’on quitte la rue beaugeard et que l’on veut atteindre la rue Albe.
Fichier(s) joint(s) :
Episode Mattéi 3 et 3 bis.JPG
Est-ce que le trajet que représentent les tirets rouges et les croix rouges serait le fameux raccourci dont parle Mme Mattèi ?

De toute façon, j'ai téléphoné au groupe scolaire privé Lacordaire. La personne que j'ai eu au téléphone m'a assuré qu'ils allaient regarder dans leurs archives de l'année scolaire 1973 / 1974, pour savoir si effectivement une dénommée Agnès Mattéi était scolarisé chez eux à cette époque. Ils m'ont dit de les rappeler dans 10 jours environ.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.


Haut
   
Message non luPosté : 27 janv. 2013, 00:40 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Ah c'est pas mal.

J'imaginais qu'elle était plutôt au Collège Edmond Rostand, le collège public le plus proche de son domicile. J'imagine assez peu en réfléchissant qu'elle ait pu se trouver dans un collège catholique, mais on peut être parfois assez surpris.

Là aussi il y a des routes qui ramènent vers la rue Alphonse Daudet, qu'on peut interpréter comme raccourci menant vers la rue Albe bien que ce soit un peu loin.

http://www.clg-rostand.ac-aix-marseille.fr/spip/

https://maps.google.fr/maps?hl=fr&ie=UT ... CHkQ_BIwAA

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 27 janv. 2013, 16:59 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 22 sept. 2008, 15:05
Messages : 611
Citation :
Gihel :
Elle fréquentent visiblement le collège privé qui se trouve dans la rue du Merlan.
Pas cours l'après-midi ? Cela peut provenir de la structure de leur emploi du temps.
Citation :
Gihel :
Attention ce sont des collégiennes, elles vont au collège. Il y a un collège privé rue du Merlan justement.
Par rapport à ce que vous disiez, j’étais parti sur le fait qu’il était avéré que Mme Mattéi avait placé sa fille Agnès dans un collège privé.

Je m’aperçois maintenant que je vous ai mal lu.
J’ai toujours pensé que vous aviez choisi ce collège du Merlan, non pour sa proximité géographique avec le domicile de Mme Mattéi, mais parce que vous aviez une info sûre disant que c’est dans un collège privé que Mme Mattéi avait placé sa fille.
Alors qu’il s’avère que si vous avez parlé de collège privé concernant Agnès Mattéi, c’est parce que le collège du Merlan étant situé le plus près du domicile de sa mère vous avez pensé que logiquement c’est dans celui-ci qu’elle avait placée sa fille. Et que donc, ce n’est qu’accessoirement qu’il se trouve que c’est un collège privé.
Ainsi, le collège que fréquente la fille Mattéi peut-être aussi bien un collège public que privé.

En revenant au groupe scolaire Lacordaire, il y a qu’en même un problème. Je sais que les instituts scolaires privés sont chers. Mais est-ce que les instituts scolaires catholiques font payer les familles pour assurer l’enseignement à leurs enfants ? Parce que dans le ‘’Pull-Over Rouge’’ il est fait référence à la famille Mattéi, comme étant une famille assez pauvre et constituée de 5 ou 6 enfants. Et que je ne vois pas alors Mme Mattéi placer sa fille Agnès dans un collège catholique s’il elle doit débourser de l’argent pour cela.


Haut
   
Message non luPosté : 24 févr. 2013, 01:25 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Bonsoir,

Donc il me manquait un élément essentiel : la lettre que Mme Mattéi écrit à Maître Le Forsonney.

Elle dit exactement ceci (à un ou deux mots près qu'il est très difficile de déchiffrer) :

« Je vous écris cette lettre pour vous mettre au courant de certains faits relatifs de Christian Ranucci.
Quelques jours avant l’arrestation de ce monsieur, ma fille Agnès, âgée à l’époque de 13 ans et sa camarade Carole 12 ans, ont été interpellées près de notre domicile par un monsieur d’une trentaine d’années, cheveux abondants bruns, visage rond, grand, robuste, avec un accent prononcé, roulant les « r ».
J’ai vu ce monsieur.
Il a demandé aux deux fillettes de bien vouloir l’accompagner pour chercher son chien, un caniche noir.
Le surlendemain, le même homme essayait d’enlever un petit garçon de 8 ans au moment où les enfants rentraient à l’école (c’est-à-dire neuf heures moins dix).
Le monsieur était vêtu d’un pantalon sombre et d’un pull-over col ras rouge. Il était dans une voiture Simca grise métallisée grise quatre portes. Sur le siège arrière, il y avait des jouets d’enfants, des animaux en peluche, sceaux et pelles bleus.
D’autre part, le lendemain où je relate ces faits, revenant voir s’il osait revenir, je me suis dirigé vers le pré. Hors il y avait la voiture. Me voyant arriver, il m’a demandé si je n’avais pas rencontré une petite fille. C’est là que j’ai pu me rendre compte de son accent.
Malheureusement je n’ai vu que la dernière lettre de son immatriculation 54 et la dernière lettre minéralogique 8.
J’ai fait ma déposition au Commissaire Marsan à Saint-Just et à l’Évêché.
Lors de la confrontation, j’ai parlé avec M. Martel et à ses deux fillettes qui ont subi des gestes de la part de ce monsieur, le signalement et la voiture correspondaient au même signalement que le monsieur et celle de mes filles.
»


Donc les choses se résolvent totalement autrement :

1/ l'épisode I est celui d'Agnès et de Carole le vendredi 31 mai vers 15h00 - le coup du caniche noir.

2/ l'épisode II est celui du frisé et d'Alain Baracco à 9h moins dix le samedi 1er juin.

3/ l'épisode III est celui où Mme Mattéi retourne vers le pré (en fait Christian Ranucci doit confondre l'entrée à l'école d'Alain Baracco et une sortie d'école qui n'existe pas), il se situerait le dimanche 2 juin à une heure indéterminée. Et c'est là qu'elle lui parle et qu'elle voit qu'il a un accent méridional prononcé et qu'il roule les "r".

4/ Le mardi 4 juin Agnès Baracco révèle la tentative de vendredi et Mme Mattéi va porter plainte.

_________________
L'adn du sang se trouvant sur le pantalon bleu doit être analysé et comparé avec celui de Mme Mathon, c'est notre exigence pour connaître la vérité.


Haut
   
Message non luPosté : 24 févr. 2013, 17:21 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 29 avr. 2009, 14:52
Messages : 2093
Localisation : Normandie
Comme ça tout est beaucoup plus cohérent. Merci Gihel

_________________
« Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser tu m'enrichis. »
Antoine de Saint-Exupéry


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com