Nous sommes le 17 oct. 2018, 05:05

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 138 messages ]  Aller à la page Précédente 16 7 8 9 10
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 31 mars 2010, 14:20 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 18 févr. 2009, 10:54
Messages : 258
Pour finir là dessus, ce n'est pas le fait qu'il dise où était le couteau qui me gêne. Parce qu'il peut l'avoir caché dans le tas de fumier et être innocent. Ce qui est gênant, c'est qu'il reconnait avoir dessiné le plan. Je ne m'explique pas cette reconnaissance et je bute là dessus.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 31 mars 2010, 14:33 
Citation :
Diableboiteux
Bon, il est vrai que nous nous écartons quelque peu du sujet de Madame Mattéi mais, pour répondre à Danou et en réaction aux écrits de Jpasc95...
On bute toujours sur cet interrogatoire récapitulatif du 27 décembre dans lequel il reconnait encore et toujours qu'il a lui même dessiné le plan, qu'il a indiqué aux enquêteurs où était le couteau ! Ce qui tendrait à prouver que le couteau n'a pas été retrouvé le 5 juin, mais bien le 6 juin, à la fin des aveux de Christian Ranucci.
On ne peut pas écarter ces déclarations d'un simple revers de main, ou trouver une explication quelque peu vasouillarde pour les expliquer, du genre : "il était sous médoc...."
Je ne suis sûre de rien moi non plus.

Je bute moi aussi contre cet interrogatoire du 27 décembre.
Le 27 décembre, CR s'est rétracté, il n'est plus dans la logique de culpabilité qui a suivi ses aveux et qui s'est prolongée (bien que decrescendo) quelques mois. J'ai donc du mal à comprendre qu'il puisse encore, fin décembre, à la fois se déclarer innocent et reconnaître les 2 seuls points vraiment accablants du dossier.

Sauf erreur de ma part, cet interrogatoire a eu lieu en l'absence de ses avocats. Etant donné ce que nous savons de Di Marino, je pourrais sans peine m'imaginer qu'elle a pu profiter de cette absence pour faire un peu n'importe quoi, profitant de l'état psychologique qui était forcément celui de CR après des mois d’incarcération, coupé du monde.

Lors de la 2ème réunion de Paris, Jean-François Le Forsonney nous avait expliqué que la plupart des prisonniers en préventive se conduisaient comme des fous au bout de plusieurs semaines ou plusieurs mois à tourner dans quelques mètres carrés, à l'isolement, sans personne qui veuille les entendre. Et que, lorsqu'on les faisait sortir, ils manifestaient souvent une attitude incompréhensible, disant et faisant des choses aberrantes. Je me souviens qu'il avait dit :"Ils se comportent comme des fous et ils SONT fous, à force de tourner, de ne voir personne, de ne rien savoir !" .
J'ai retrouvé à peu près les mêmes propos, quasiment dans les mêmes termes, dans de nombreux témoignages d'accusés innocentés par la suite.
Patrick Dills, par exemple, en réponse à un journaliste qui s'étonnait qu'il ait pu dire ceci ou oublier de dire cela, lui disait quelque chose comme :"Vous ne pouvez pas vous imaginer comment les choses se passent là-bas. Il faut l'avoir vécu. C'est impossible à expliquer. On ne sait plus ce que l’on fait, on ne sait plus ce que l’on dit ... «

J’ai toujours pensé que ce PV qui commence par « Je ne suis d’accord sur rien » et continue par « Mais je reconnais par contre que c’est bien moi qui ……plan ………..couteau, etc. » était incompréhensible. Je suis absolument certaine que ses avocats, s’ils avaient été présents, l’auraient empêché de signer une telle absurdité.
Je pourrais très bien m’imaginer que, dans le cas où CR aurait essayé d’expliquer à Di Marino qu’on lui avait suggéré le plan et que ce n’était pas lui qui avait désigné l’endroit d’enfouissement du couteau, cette dernière ait refusé de l’écouter. Ce serait tout à fait dans le style de ce personnage, qui a fait preuve, dès le début, d’une hostilité radicale envers cet accusé dont elle avait décidé avant même de l’entendre qu’il était un assassin d’enfant.
Si les avocats avaient été là, ils auraient pu exiger que soient notées sur le PV les explications de CR concernant le plan et le couteau. Et, si elle avait refusé, ils auraient pu empêcher leur client de signer ce PV qui disait tout et son contraire.
Mais il était seul avec le juge. Je pourrais m’imaginer que, dégoutté, il ait signé sans lire vraiment ce qu’on lui faisait signer.

« Il était sous médocs » ? Je n’en sais rien et on ne le saura jamais, mais on ne peut pas non plus exclure cette éventualité « d’un simple revers de main ». L’administration de « la fiole » dans les maisons d’arrêt, où les gardiens n’en peuvent plus d’entendre les détenus gueuler pendant des heures, n’est pas une invention.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 01 avr. 2010, 08:52 
Citation :
J’ai toujours pensé que ce PV qui commence par « Je ne suis d’accord sur rien » et continue par « Mais je reconnais par contre que c’est bien moi qui ……plan ………..couteau, etc. » était incompréhensible. Je suis absolument certaine que ses avocats, s’ils avaient été présents, l’auraient empêché de signer une telle absurdité.
Vous connaissez ma position sur ce point.
J'ai toujours pensé que c'était aberrant d'affirmer en préambule la contestation de la charge de l'accusation et finalement au bout du compte accepter de reconnaitre ce qui en fait la substantifique moelle.
C'est dû à la personne qui dirigeait les débats et les écrits, Di Marinette !
Citation :
Je pourrais très bien m’imaginer que, dans le cas où CR aurait essayé d’expliquer à Di Marino qu’on lui avait suggéré le plan et que ce n’était pas lui qui avait désigné l’endroit d’enfouissement du couteau, cette dernière ait refusé de l’écouter. Ce serait tout à fait dans le style de ce personnage, qui a fait preuve, dès le début, d’une hostilité radicale envers cet accusé dont elle avait décidé avant même de l’entendre qu’il était un assassin d’enfant.
Je suis certain que c'est très proche de ce qui s'est passé ce jour là.
Il était hors de question de perdre son temps avec un assassin d'enfant.
Le dossier était bouclé et l'affaire entendue.
Citation :
Si les avocats avaient été là, ils auraient pu exiger que soient notées sur le PV les explications de CR concernant le plan et le couteau. Et, si elle avait refusé, ils auraient pu empêcher leur client de signer ce PV qui disait tout et son contraire.
J'ose espérer qu'ils l'auraient fait.
Je n'en sais rien à vrai dire puisque pour moi, ils l'avaient de toute façon laissé tomber. J'aimerais bien savoir combien de fois ils sont allés lui rendre visite aux Baumettes.
Quand on lit les lettres de C Ranucci à sa mère, on n'est pas ébourrifé par la fréquence de ces visites.
Et puis, Le Forsonney ne croyait pas à son innocence. Lombard a plaidé, malgré lui l'innocence parce que, comme il l'a dit, c'est sont client qui a insisté pour qu'il le fasse.
Citation :
Mais il était seul avec le juge. Je pourrais m’imaginer que, dégoutté, il ait signé sans lire vraiment ce qu’on lui faisait signer.
[/quote]
Pourquoi lui aurait il alors écrit dés le lendemain pour pouvoir enfin s'expliquer ?
Incontestablement, c'est la preuve qu'il n'a pas pu le faire la veille.
Di Marinette était tellement exaspérée d'avoir cet assassin d'enfant en face d'elle, qu'elle n'avait sûrement pas envie de l'entendre.
Dans son exaspération et son impatience d'en finir avec l'energumène, elle a fait noter cette contradiction énorme dont nous avons parlé au dessus ( je ne suis d'accrod avec rien etc etc etc..).
Quand la passion l'emporte sur la raison....


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 138 messages ]  Aller à la page Précédente 16 7 8 9 10

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com