Nous sommes le 16 août 2018, 10:46

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 99 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 57 Suivante
Auteur Message
Message non luPosté : 10 déc. 2005, 17:37 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Audition de Madame R. Suzanne : "Vous m'informez que Madame Mattéi a indiqué que j'aurai été témoin d'une tentative d'enlèvement à la cité des tilleuls au cours du mois de Juin 1974, selon ses dires j'aurais poursuivi un individu s'enfuyant à bord d'un véhicule après avoir essayé d'entraîner un enfant. Cela n'est pas exact et je suis prête à vous indiquer ce qui c'est passé réellement..........."
Donc Madame Mattéi a impliqué cette personne en tant que témoin

Or dans l'audition de Madame Mattéi datée du 14 Novembre 1975, devant le substitut du procureur de la République de Marseille, il n'est nul part fait référence à cette Madame R. Suzanne.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 déc. 2005, 19:36 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 juil. 2005, 21:20
Messages : 853
Localisation : Sud-Ouest
Bonjour Dalakhani,

Quelles sont vos conclusions ?

Amitiés.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 déc. 2005, 19:46 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
je suis tout simplement surpris des déclarations de Mme SUZANNE .
En effet, cette dernière prétend que MMe MATTEI l'a mise en cause en tant que témoin d'une tentative d'enlevement. Pourtant, dans la déposition de Mme MATTEI je ne vois à aucun moment mentionné le nom de cette personne.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 déc. 2005, 20:12 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 juil. 2005, 21:20
Messages : 853
Localisation : Sud-Ouest
(...) "Vous m'informez que Madame Mattéi a indiqué (...)

A qui s'adresse Madamme Suzanne R. ? Quelle est cette personne capable de la citer dans un témoignage qui n'est pas matérialisé par écrit ? Flic ou journaleux ? Tentative de pression ou faux prêché pour savoir le vrai ?

A suivre certains intervenants nous voilà avec deux témoins achetés par Madame Mathon. Mais cela n'est pas prouvé. Et Madame Mathon n'a pas été inquiétée pour les faits qu'on lui impute. Peut-on raisonnablement évoquer des faits qui ne sont en aucun cas prouvés, ou en tout cas que la Justice a considéré comme mineurs puisqu'elle n'a pas engagé de poursuites ? ( idem l'affaire Papallardo allégrement imputée à Ranucci sans aucune preuve).

Plus je grandis et plus j'ai peur de me trouver un jour embarquée dans une sale histoire malgré moi. Justice, Police, jurés, opinion publique sont-ils dignes de confiance ? Et l'Homme avec sa précipitation à considérer comme coupable toute personne partant en GAV, se regarde-t-il de temps en temps dans sa glace ?

Je pense avoir entendu dernièrement sur la 5 qu'environ 800 erreurs judiciaires par an seraient découvertes. Inquiétant, non ?

Cordialement.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 déc. 2005, 23:36 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Elle s'adresse à l'inspecteur divisionnaire Raoul Lions

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 20 déc. 2005, 18:27 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Peut-être que l'implication de Madame R. se trouve dans la commission rogatoire dont parle Bouladou, qui fait suite à la plainte de Madame Mattéi, mais il n'en dit pas plus.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 27 août 2008, 14:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mai 2006, 21:13
Messages : 3530
Est-il possible de mettre ce témoignage en ligne pour que tout le monde puisse en profiter et juger sur pièce ?

En ce qui me concerne, tant qu'on aura pas sous les yeux la plainte de Mme Mattéi (dont l'existence est ATTESTEE par la commission rogatoire du juge Maestroni) je considérerai comme très suspect le témoignage de Mme Suzanne R. puisqu'on ne peut pas le comparer à ce que Mme Mattéi aurait dit (pv "introuvable")et que lors de sa déposition devant le substitut du procureur, Melle Brugère, Mme Mattéi ne parle pas de Mme Suzanne R. (avant le procès).

Il serait intéressant aussi de mettre en ligne le pv de l'enquêteur de police J-M Ibars qui explique pourquoi les témoignages "Cerisiers" ont été dissociés de l'affaire en août 1974.
On comprend en effet grace à ce pv que contrairement à ce que disent les fameux pv Barraco et Suzanne R., les évènements dont parle Mme Mattéi ne se passent pas après mais avant le 4 juin 1974.
Ce qui donne énormément de crédit au témoignage de Mme Mattéi.

_________________
Argumenter avec les imbéciles, c'est comme jouer aux échecs avec un pigeon.
D'abord, le pigeon va renverser les pièces et chier sur l'échiquier.
Puis, il se pavanera comme s'il avait gagné la partie.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 27 août 2008, 21:21 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 mars 2005, 21:41
Messages : 3750
Localisation : Paris
je viens de mettre en ligne le témoignage de Suzanne Robles.
je m'occupe de la suite ce we. idem pour ce que j'ai encore en suspens.

_________________
"ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort."
Image


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 28 août 2008, 07:23 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 12:12
Messages : 3461
Localisation : 57
Bonjour à tous,

En relisant cette déposition, je me dis qu'il n'y a pas grand chose à en dire ni à en tirer. Les uns dirons: "elle ment" et les autres qu'elle n'a aucune raison de mentir.

Et puis, c'est quoi ce Février 1977?

Pourquoi auditionner un témoin qui n'a rien avoir dans une affaire close et l'accusé executé? curieux.

Est-ce en rapport avec le livre de Mr Perrault?

Pour le reste, il est clair que l'activité des emmerdeurs d'enfants battait son plein.

La police a patrouillé, en plus.

Maintenant, le gars qui a voulu faire monter ce petit garçon dans sa voiture, a du vite déguerpir, j'ai donc du mal à croire que quand Mme Mattei est descendue dehors, il y fut encore.

En effet, les enfants ot vu la scène, sont remonté chez Mme Mattei pour lui dire ce qui s'était passé et que l'homme s'était enfui, ce que je trouve assez logique.

Je ne vois as bien comment Mme Mattei , en dscendant aurait pu voir quoi que se soit.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 28 août 2008, 08:23 
Citation :
Laurence
Et puis, c'est quoi ce Février 1977 ?


Cette date me pose également problème.

Elle avait d'ailleurs déjà fait l'objet d'une discussion il y a quelques mois.

Car c'est également à cette date qu'Agnès Mattéi et Carole ont fait une déposition qui contredit radicalement la version de Madame Mattéi que rapporte Gilles Perrault dans son livre.
Dans la version 77, les 2 filles n'auraient en réalité pas été accostées par un homme au pull over-rouge en voiture mais ce seraient elles qui, voyant un homme inconnu roder dans la cité lui auraient demandé ce qu'il cherchait. Il aurait répondu qu'il cherchait son chien et ne les aurait importunées en aucune manière.

Cette date de 1977 m'avait déjà fortement intriguée.
Pour les mêmes raisons que tu donnes, Laurence : février 1977,
c'est 6 mois après l'exécution de CR, plus personne ne parle de l'affaire. Et ce n'est que plus d'un an après que Gilles Perrault sortira son livre.
Qu'est-ce qui pouvait bien pousser la police à aller interroger des témoins sur une affaire terminée depuis des mois ?

Je me souviens que Didi avait avancé l'explication suivante : les milieux de la police devaient savoir qu'un écrivain préparait un livre sur l'affaire et avait voulu anticiper pour parer à de possibles accusations.

Ce qui, entre parenthèses, si c'était vrai, laisserait supposer que la police avait peut-être bien quelque chose à se reprocher.

D'après Didi, on aurait fait pression sur Agnès Mattéi et Carole Barraco pour qu'elles donnent cette version des faits.

Je ne savais que penser de cette explication.
Je ne fais pas partie des gens qui voient des complots policiers partout. Mais je n'ignore pas à l'inverse que la police est tout à fait capable de manipulations.

Ce qui me gênait surtout, c'était cette date de 1977.

Et voilà que c'est à cette même date qu'on va également solliciter le témoignage d'une voisine. Car on l'a forcément sollicité, ni Mme Robles ni Agnès Mattéi/Carole Barraco ne se sont présentées spontanément à la police, 6 mois après l'exécution de CR, pour faire ce témoignage.

Et c'est à nouveau un témoignage qui met à mal la version Mattéi.
Comme si on avait éprouvé le besoin d'en rajouter pour être bien certain que personne n'aurait jamais l'idée de prendre au sérieux ce témoignage Mattéi qui avait produit au procès l'impression désastreuse d'un témoignage de complaisance.

Je trouve qu'on peut s'interroger ...

D'un autre côté, on peut aussi se dire que, si la police avait voulu effectivement discréditer le témoignage Mattéi, elle aurait pris soin de bien coordonner les témoignages Roblès - A.Mattéi/C.Barraco.

Ce qui n'est pas le cas. Si l'on en croit Suzanne Roblès, les filles auraient quand même bien été témoins d'une tentative d'enlèvement et vu un homme au comportement inquiétant, tandis que si l'on en croit A.Mattéi/C.Barraco, il ne se serait rien passé de plus qu'un homme qui cherchait un chien et ne les aurait en aucune manière importunées.

Je ne sais que penser. Mais je maintiens que je ne vois pour le moment aucune explication à cette sollicitation de témoignages 6 mois après l'exécution de CR.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 28 août 2008, 08:40 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 12:12
Messages : 3461
Localisation : 57
Danou, je viens de relire la déposition de Mme R.

D'abord, je me demande si elle est complète.

En effet, elle commence par ces mots "je connais Mme Mattei".

Probablement en réponse à la question: "connaissez-vous une certaine ou Mme Mattei"?

Curieux comme commencement pour un PV d'audition.

Il doit manquer quelque chose au début (enfin, peut-être, j'ai bien dit "peut-être".

Ensuite, si tu lis bien la fin, elle parle de constitution de partie civile.

N'y aurait-il pas eu à cette époque une demande de révision ou quelque chose de ce style?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 28 août 2008, 09:57 
Citation :
Laurence
D'abord, je me demande si elle est complète.

En effet, elle commence par ces mots "je connais Mme Mattei".

Probablement en réponse à la question: "connaissez-vous une certaine ou Mme Mattei"?

Curieux comme commencement pour un PV d'audition.

Il doit manquer quelque chose au début (enfin, peut-être, j'ai bien dit "peut-être".


Je ne trouve pas. Je pense même qu'il est parfaitement normal que cette audition commence par une question (car je suis d'accord avec toi sur ce point : Mme Robles répond de toute évidence à une question posée) étant donné qu'elle n'a rien demandé, elle a été convoquée ou a reçu chez elle la visite d'un inspecteur, mais elle n'a pas témoigné spontanément)

Citation :
Ensuite, si tu lis bien la fin, elle parle de constitution de partie civile.

N'y aurait-il pas eu à cette époque une demande de révision ou quelque chose de ce style?


C'est bien ce que j'aimerais savoir.
Encore une fois, c'est le pourquoi de cette sollicitation de témoignage en 1977 qui me fait tiquer
.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 28 août 2008, 11:31 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 30 mai 2008, 22:32
Messages : 179
Danou a écrit :
Ce qui n'est pas le cas. Si l'on en croit Suzanne Roblès, les filles auraient quand même bien été témoins d'une tentative d'enlèvement et vu un homme au comportement inquiétant, tandis que si l'on en croit A.Mattéi/C.Barraco, il ne se serait rien passé de plus qu'un homme qui cherchait un chien et ne les aurait en aucune manière importunées.

Je ne sais que penser. Mais je maintiens que je ne vois pour le moment aucune explication à cette sollicitation de témoignages 6 mois après l'exécution de CR. [/color]


La réponse en avait pourtant été donnée il y a quelques mois dans la discussion que vous évoquiez.

Mme Mattéi (probablement téléguidée par Mme Mathon, travaillant avec Me Bredin à la révision) a déposé plainte peu après l'exécution de CR, donc après le 28 juillet 1976, pour les faits remontant (prétendument) à 1974.

Cette plainte donne lieu à une commission rogatoire le 15 septembre, permettant à la Police d’enquêter. C’est dans ce cadre que sont entendus les témoins, comme le montre le début des auditions de Mmes Barracco mère et fille :

Audition de Carole Baracco : « L’AN mil neuf cent soixante dix sept le trois février à dix heures. quarante cinq
NOUS: Raoul LIONS, Inspecteur Divisionnaire en fonction à la section criminelle nord
Officicier de Police Judiciaire en résidence à Marseille
~ - - -Agissant en vertu de la Commission Rogatoire de Monsieur MAESTRONI, Juge d'Instruction au Tribunal de Grande Instance de Marseille, N°63/73, en date du 15 septembre 1976, relative à l'information suivie contre X,.., avec constitution de partie civile de Madame MATTEI Jeanine, du chef de tentative d'enlèvement de mineur,---

Ne le prenez pas en mauvaise part, mais un certain nombre de discussions sur ce forum me rappelle un texte de Alphonse Allais, « un mystère insondable » ou un titre approchant. L’auteur rapporte qu’une voyante est à même de faire parler les esprits ; il décrit une séance de spiritisme où une voix caverneuse semble s’élever des profondeur, tétanisant les participants. Il s’emporte ensuite contre les libres-penseurs et rationalistes étroits d’esprit...etc...A la fin du récit, toutefois, une « information de dernière minute » nous apprend que le compagnon de Mme Irma aurait été caché sous la table. Conclusion de l’auteur : « les faits n’en demeurent pas moins des plus curieux ».

Mais revenons à nos moutons : en effet, Laurence, le PV d’audition de Mme Robles, entendue le jour avant Mmes Barracco, doit en bonne logique comporter la même mention en haut de page (ainsi que l’état civil de Mme Robles) pour être complet. Je pense que Ludivine n’a publié que le corps de l’audition.

Danou a écrit :
Si l'on en croit Suzanne Roblès, les filles auraient quand même bien été témoins d'une tentative d'enlèvement

Non, même pas : témoignage indirect, et il n'est pas dit que l'homme à la voiture, si les enfants n'ont pas affabulé sur l'homme ou sur son comportement, avait l'intention d'enlever le garçon.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 28 août 2008, 11:52 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mai 2006, 21:13
Messages : 3530
laurence a écrit :
Maintenant, le gars qui a voulu faire monter ce petit garçon dans sa voiture, a du vite déguerpir, j'ai donc du mal à croire que quand Mme Mattei est descendue dehors, il y fut encore.

En effet, les enfants ot vu la scène, sont remonté chez Mme Mattei pour lui dire ce qui s'était passé et que l'homme s'était enfui, ce que je trouve assez logique.

Je ne vois as bien comment Mme Mattei , en dscendant aurait pu voir quoi que se soit.

Bonjour Laurence,
Ca, c'est Mme Robles qui le dit.
Comme nous n'avons pas la plainte de Mme Mattéi, nous ne pouvons pas comparer.
Toujours est-il que cet épisode, Mme Robles est la seule à en parler.
Il eut été plus qu'intéressant d'interroger à cette occasion la fille de Mme Mattéi et les autres enfants dont parle Mme Robles.
D'autant plus que le lendemain, 3 février, l'inspecteur de police qui a vu Mme Robles doit auditionner la fille de Mme Barraco.
Ce pv tardif et invérifiable est une tentavive évidente de discréditer l'épisode du "petit frisé" au cours duquel Mme Mattéi a vu simultanément l'homme au pull-over rouge et la Simca 1100.
Puisque certains pensent que Mme Mathon a acheté des témoignages (c'est complètement délirant puisque ces personnes ont fait leur déposition dès le 4 juin 1974 a propos d'évènements survenus avant l'enlèvement de Marie-Dolorès, ou alors ce sont des adeptes de la boule de cristal.), on peut davantage penser que ce témoignage très suspect a été acheté, comme on peut aussi penser qu'aujourd'hui certains sont payés pour s'acharner contre Christian Ranucci. (Je ne parle pas de toi, bien sûr)

_________________
Argumenter avec les imbéciles, c'est comme jouer aux échecs avec un pigeon.
D'abord, le pigeon va renverser les pièces et chier sur l'échiquier.
Puis, il se pavanera comme s'il avait gagné la partie.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 28 août 2008, 12:27 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 mai 2006, 21:13
Messages : 3530
Danou a écrit :
...

Car c'est également à cette date qu'Agnès Mattéi et Carole ont fait une déposition qui contredit radicalement la version de Madame Mattéi que rapporte Gilles Perrault dans son livre.
Dans la version 77, les 2 filles n'auraient en réalité pas été accostées par un homme au pull over-rouge en voiture mais ce seraient elles qui, voyant un homme inconnu roder dans la cité lui auraient demandé ce qu'il cherchait. Il aurait répondu qu'il cherchait son chien et ne les aurait importunées en aucune manière.

Mais non Danou, pas du tout justement.
Ni Mme Barraco ni sa fille ne disent que cette scène de l'homme en voiture ne s'est pas produite.
S'il ne s'était réellement rien passé, comment Mme Mattéi aurait-elle fait pour être au courant de cette scène banale et la monter en épingle un an après l'arrestation de Ranucci ?
Pourquoi Mme Barraco aurait-elle contresigné la lettre dans laquelle Mme Mattéi expose les faits aux avocats de Ranucci ?
Pourquoi, comme elle le dit elle-même dans sa déclaration de 1977, serait-elle allée à Saint-Just avec Mme Mattéi ?
Pour dire qu'un homme en voiture était venu et était parti ?
Elle dit pourtant bien qu'elle ne se souvient plus si le planton a enregistré "notre réclamation", indiquant implicitement que la démarche pouvait le justifier.
De toute façon, les témoins Martel et "Albertini" ont déposé le 4 juin 1974 à l'Evéché.
Les pv, sortis de la procédure en août 1974 sans avoir donné lieu à des investigations suffisantes et ignorés des avocats de Ranucci sont ressorti de l'ombre au cours du procès dans les conditions scandaleuse que l'on connaît.
Comment la défense aurait-elle pu citer Martel et "Albertini" si ceux-ci, rencontrés à l'Evéché en juin 1974, n'avaient pas été renseignés à Mme Mathon par Mme Mattéi dans le cadre de sa propre plainte ?

_________________
Argumenter avec les imbéciles, c'est comme jouer aux échecs avec un pigeon.
D'abord, le pigeon va renverser les pièces et chier sur l'échiquier.
Puis, il se pavanera comme s'il avait gagné la partie.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 99 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 57 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com