Nous sommes le 19 déc. 2018, 06:24

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 290 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 520 Suivante
Auteur Message
Message non luPosté : 22 mars 2006, 02:09 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Pétition adressée à M. Pascal Clément, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Affaire Christian Ranucci

Analyse Adn du sang se trouvant sur le pantalon placé sous scellés.


Paris, le 10 mars 2006

Monsieur le Ministre,


Le scellé du pantalon prétendument taché du sang de la victime existe toujours.

Il est apparu à l’occasion d’un transfert de dossiers aux archives départementales des Bouches-du-Rhône que les scellés du dossier criminel concernant le meurtre de Marie-Dolorès Rambla n’avaient pas été détruits et que subsistaient non seulement le pull-over rouge, scellé n°1, mais aussi le pantalon appartenant à Christian Ranucci dont l’accusation prétend qu’il est taché du sang de la victime.




Les taches de sang sont épaisses et larges et donc sont analysables.

Les taches dont il s’agit sont épaisses et larges. Or l’analyse qui en a été faite en 1974 n’a pu déterminer d’autre précision que le groupe sanguin qui s’est révélé être à la fois celui de la victime et celui de Christian Ranucci.

L’analyse ADN aurait le mérite de prouver sans aucun doute possible que le sang présent sur ce pantalon est bien celui de la victime et le dossier pourrait être définitivement clos, car il ne subsisterait plus le moindre doute quand à la culpabilité du condamné.




Cependant, le doute subsiste aujourd’hui car il est possible que ce pantalon n’ait pas été saisi dans le coffre de la voiture de Christian Ranucci comme il est prétendu, attendu que le procès-verbal qui prétend l’attester est un faux.

Comme vous le savez, la troisième requête en révision a mis en évidence que le procès-verbal de saisie des pièces lors de la fouille du coffre de la voiture de Christian Ranucci était un faux en écriture publique et que la mention : « un pantalon de couleur sombre » avait été rajoutée par une autre personne que celle ayant tapé ledit procès-verbal, ceci donc postérieurement à sa rédaction et hors la vue des signataires.



La Cour de Cassation n’a pu que reconnaître la matérialité de ce rajout, mais a estimé que cela ne pouvait mettre en doute la culpabilité de Christian Ranucci, attendu qu’on ne pouvait savoir quand cette opération subreptice avait été effectuée. Ladite Cour ignore donc les circonstances de cette manipulation et son degré d’intentionnalité.



Or il apparaît que cette question est absolument primordiale, entendu que ce maquillage peut signifier que le pantalon n’a pas été saisi dans le coffre de la voiture de Christian Ranucci. Il s’ensuivrait que ce que rapporte sa mère à Gilles Perrault correspond à la vérité : le pantalon traînait dans le garage et le sang ne provient pas de la victime, mais de Christian Ranucci lui-même, qui se serait blessé à la tête lors d’un accident de vélomoteur un mois auparavant du drame, la blessure ayant saigné abondamment. Cet élément, l’instruction et le procès d’assises l’ont ignoré complètement par faute d’avoir enquêté pour vérifier la validité ou non des aveux.





La voiture, pièce à conviction majeure, a été rendue dès le début de l’enquête et saisie dans le garage une seconde fois dans des circonstances troubles.

Il faut remarquer à ce propos que la voiture - pourtant pièce à conviction fondamentale dans ce dossier - est rendue de façon totalement inexplicable à la mère de Christian Ranucci qui ne sait pas conduire le lendemain de la fin de la garde-à-vue.





Il est possible que le pantalon ait été saisi en réalité avec la voiture le dimanche soir, dans le garage et non dans le coffre.

Cette voiture devait pourtant servir à la reconstitution du crime. Les policiers conséquemment viennent la reprendre dans le garage une seconde fois selon des modalités plus qu’obscures, puisque ladite saisie donne lieu elle aussi à deux procès-verbaux qui se contredisent parfaitement l’un l’autre et laissent à penser qu’on est venu chercher ledit véhicule un dimanche soir, hors la présence de tout témoin, ce qui permettait la saisie subreptice du pantalon dans le garage, hors de tout cadre légal.

Ainsi donc, la chance inestimable nous est donnée de connaître une partie de la vérité de ce dossier par l’analyse ADN du sang séché en quantité importante sur ce pantalon et faire toute la lumière sur cette pièce maîtresse de l’accusation.




Nous demandons que la Commission de Révision ou le Parquet soit saisis de ce fait et que l’analyse ADN des taches de sang soit réalisée.

M. le Procureur général auprès de la Cour d’appel d’Aix rappelle à juste titre que ce dossier est clos. Il n’est de dossier clos dans l’imperfection qui ne puisse se rouvrir. Nous vous demandons solennellement de saisir le Parquet ou bien la Commission de révision des condamnations pénales afin qu’ils puissent l’un ou l’autre commissionner l’analyse ADN des taches de sang se trouvant sur le pantalon prétendument saisi dans la voiture de Christian Ranucci et qu’il soit fait état publiquement des résultats de ces analyses.

La République, M. Le Ministre, nous doit la vérité sur cette affaire tandis que l’un des jurés des assises vient déclarer à la télévision récemment encore qu’il n’a pas été rendu justice à Christian Ranucci dont le procès s’est déroulé en deux jours dans une atmosphère de lynchage alors que l’accusé revendiquait son innocence ; que des procès-verbaux pourtant décisifs avaient été soustraits indûment à la Cour et au jury, entre autres nombreux disfonctionnements.

Afin que les doutes soient levés :

Nous vous demandons la réouverture du dossier Ranucci. Nous demandons que soit effectuée l’analyse ADN des taches de sang se trouvant sur le pantalon figurant parmi les scellés et qu’elle soit comparée à celle de la famille du condamné.


NOM ..................PROFESSION................... SIGNATURE


Modifié en dernier par Gihel le 26 août 2006, 12:28, modifié 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 22 mars 2006, 07:53 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 23 févr. 2006, 16:28
Messages : 399
Ne s'agit-il pas, en droit, de l'affaire Rambla, et non de l'affaire Ranucci?


Haut
   
Message non luPosté : 22 mars 2006, 13:15 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 29 oct. 2005, 08:32
Messages : 791
Citation :
L’analyse ADN aurait le mérite de prouver sans aucun doute possible que le sang présent sur ce pantalon est bien celui de la victime et le dossier pourrait être définitivement clos, car il ne subsisterait plus le moindre doute quand à la culpabilité du condamné.
Citation :
Cependant, le doute subsiste aujourd’hui car il est possible que ce pantalon n’ait pas été saisi dans le coffre de la voiture de Christian Ranucci comme il est prétendu, attendu que le procès-verbal qui prétend l’attester est un faux
D'une part, comme les pièces de procédure le montrent le pantalon a été saisi dans le coffre de la voiture en présence de Ranucci.

D'autre part, personne, et en particulier la défense, ne conteste que la propriété du pantalon est à Ranucci qui a reconnu le porter à ce moment là.

Donc, si le sang analysé est celui de la victime, Ranucci est le meurtrier. POINT.
Citation :
le pantalon traînait dans le garage et le sang ne provient pas de la victime, mais de Christian Ranucci lui-même, qui se serait blessé à la tête lors d’un accident de vélomoteur un mois auparavant du drame, la blessure ayant saigné abondamment.
Ca ne change rien au fait que si le sang appartient à MD, Ranucci est coupable.

Sentez-vous le vent tourner Gihel pour préconstituer des alibis de la sorte :?:


Haut
   
Message non luPosté : 22 mars 2006, 18:45 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4412
Localisation : Paris
Vous êtes passé du DONC au SI... vous progressez !


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 22 mars 2006, 23:24 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Gihel, la pétition n'est pas mal, et je suis prêt à la signer (avec un gros marqueur, étant donné la taille de l'emplacement destiné aux signatures), mais il faudrait la purger de deux ou trois éléments complètement hors propos. A vous de voir si vous ne voulez que les signatures d'innocentistes convaincus tendance mobylettiste et cambrioliste, ou la signature de tout le monde.

Je posterai mes réserves sur le texte en détails plus tard. Je finis d'abord mes lectures.


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 00:26 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Citation :
Citation :
Citation :
Ca ne change rien au fait que si le sang appartient à MD, Ranucci est coupable.
Et si le sang n'appartient pas à MD, Christian Ranucci est innocent
Non. Il reste le couteau retrouvé sur les indications de Ranucci, le plan, et le témoignage des Aubert. Il faut tout faire tomber pour déclarer Ranucci innocent.
L'accusation, cela fait longtemps qu'elle est dans le cirage vu le nombre d'incohérences de ce dossier, sans parler des preuves falsifiées. Si l'on prend les trois éléments que vous citez : le premier, le couteau est à l'évêché deux heures avant qu'on ne le retrouve officiellement, foi de PV rédigé par l'inspecteur Porte qui recopie la fiche de scellé qui n'est pas censée exister à ce moment là. Elle fait une drôle de tête la prétendue preuve.

Le plan n'apporte rien quant à la connaissance qu'ont les enquêteurs de cette affaire et il ne correspond pas du tout aux phases de l'enlèvement. Ce n'est pas une preuve à proprement parler, c'est l'illustration des aveux par ailleurs totalement incohérents et contredits par les autres témoignages. Les Aubert : la machine à inventer une nouvelle version toutes les fois qu'on l'interroge. Le témoignage qu'ils forment est incohérent en lui-même, sauf celui qu'ils délivrent aux gendarmes.

Déjà, ce dossier est loqueteux pour ne pas dire plus, mais en plus, on ne peut pas dire : pour qu'il soit innocent il faut que tout cela tombe. Ce n'est pas comme cela que cela marche pour moi.
Non, il suffit par exempel que l'on retrouve l'homme au pull rouge, il suffit par exemple que l'on démontre par A plus B que la gamine s'est enfuie et pas de la nationale pour faire vingt petits mètres, sinon comment pouvait-elle se faire des griffures aux jambes ?
Autrement dit, c'est dans un ensemble qu'il faut prendre le problème, pas par l'alignement d'éléments qui tomberaient ou ne tomberaient pas.

Ou, en sens contraire, imaginons que l'on réussisse à obtenir l'analyse ADN du sang sur le pantalon (je peux vous assurer qu'ils vont se garder de le faire, et ils vont s'arquebouter pour que cette analyse n'ait pas lieu, je vous le prédis) et qu'il se révèle que ce n'est pas le sang de Marie Dolorès, mais celui de Ranucci lui-même. Ben l'accusation déjà loqueteuse finit de s'ensabler. Cela veut dire qu'on a raison de douter de la découverte abracadabrante du couteau, parce qu'il ne sera pas plus vrai qu'il portait le pantalon au moment de l'accident et qu'il l'aurait porté en tuant la gamine que ce couteau a pu lui appartenir alors qu'on ne l'interroge jamais à ce propos et qu'effectivement, ledit couteau a bien été découvert dans la tourbe le 5 (foi du PV de recollement de scellé de Jules Porte), avec le pull et qu'il n'a rien à voir avec Ranucci.


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 06:14 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Tout ça, c'est votre opinion, Gihel. On ne fait pas tomber un élément à charge avec une opinion. Demandez aux avocats qui se sont pris une fessée déculottée à coups d'attendus par la commission de révision, en réponse à leur requête truffée d'erreurs et de démonstrations foireuses en 1991.

On a caché des PV aux juges ? Oui, mais les témoins en question ont été entendus au procès. Leur témoignage n'était donc pas inconnu des juges.

Alessandra a nié l'existence de madame Mattéi ? Oui, mais elle a été entendue au procès. Son témoignage n'était donc pas inconnu des juges.

On a ajouté une ligne au PV de saisie du pantalon ? Oui, mais le pantalon a bien été saisi, puisque Ranucci n'est jamais revenu là-dessus bien qu'il ait clamé son innocence pendant deux ans.

On a saisi le couteau la veille ? Un PV de découverte du couteau prouve le contraire.

Le prétendu "PV" du couteau n'est qu'une fiche de scellé avec la date du PV auquel elle se rattache ("découverte du cadavre", la veille).

La mention du couteau dans le PV de Porte (commencé au moment exact du début des recherches, et donc à ne pas conclure avant la découverte du couteau qui ne saurait tarder) se trouve sur une seconde partie non datée.

Tout cela, je le cite de mémoire, mais je crois ne pas me tromper.

Quant au témoignage Aubert, pas d'élément nouveau à ma connaissance. Leur témoignage a beau être contradictoire, il était connu des juges, et n'était qu'un des éléments à charge importants.

Alors, oui, Gihel, il n'y avait pas de preuve, et il n'y en a toujours pas. Mais il ne faut pas croire qu'on annulera la condamnation de Ranucci sur cette simple constatation.

Si le sang sur le pantalon n'appartient pas à la victime, alors, on aura peut-être un élément nouveau susceptible d'obtenir une révision (à condition de ne pas beurrer la requête d'hypothèses farfelues comme ce fut le cas dans le passé). Par contre, avec ce seul élément nouveau, la condamnation sera confirmée, car tous les autres éléments à charge tiendront. A moins que des investigations supplémentaires demandées par la cour de révision ne permettent de découvrir une preuve de l'innocence.

Comme vous semblez le suggérer, il est infiniment plus simple de retrouver le véritable assassin que de faire tomber ces éléments un à un.


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 06:25 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Citation :
il suffit par exemple que l'on démontre par A plus B que la gamine s'est enfuie et pas de la nationale pour faire vingt petits mètres, sinon comment pouvait-elle se faire des griffures aux jambes ?
Sur ce point, ce n'est pas avec les griffures que vous allez prouver la fuite. Il existe une longue griffure, sur tout le mollet, d'après Dalakhani. Le type de griffure qu'on ne se fait pas soi-même : on devrait retirer sa jambe avant la fin de la griffure, par réflexe. Très probablement une blessure post mortem faite par l'assassin sur les lieux du crime. Déplacer la victime sur 4 mètres suffit pour lui faire ça : il la prend dans ses bras, et le mollet de la petite s'accroche un peu dans des branches d'argeras. Elle ne crie pas, forcément, alors il ne s'en aperçoit même pas.

D'ailleurs, une telle griffure (je ne l'ai pas vue, je m'en rapporte seulement à Dalakhani pour la taille) aurait dû saigner beaucoup. Sauf si le coeur avait déjà cessé de battre.


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 07:55 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 29 oct. 2005, 08:32
Messages : 791
Citation :
Les Aubert : la machine à inventer une nouvelle version toutes les fois qu'on l'interroge. Le témoignage qu'ils forment est incohérent en lui-même, sauf celui qu'ils délivrent aux gendarmes.
Celui qui parle de paquet?
Cela ne change rien aux faits matériels : Ranucci sort de sa 304 dont ils ont noté l'immatriculation.
Citation :
Non, il suffit par exempel que l'on retrouve l'homme au pull rouge, il suffit par exemple que l'on démontre par A plus B que la gamine s'est enfuie et pas de la nationale pour faire vingt petits mètres, sinon comment pouvait-elle se faire des griffures aux jambes ?
Autrement dit, c'est dans un ensemble qu'il faut prendre le problème, pas par l'alignement d'éléments qui tomberaient ou ne tomberaient pas.
Démontrez le par autre chose que des hypothèses impossibles ou farfelues alors.
Citation :
Ou, en sens contraire, imaginons que l'on réussisse à obtenir l'analyse ADN du sang sur le pantalon (je peux vous assurer qu'ils vont se garder de le faire, et ils vont s'arquebouter pour que cette analyse n'ait pas lieu, je vous le prédis) et qu'il se révèle que ce n'est pas le sang de Marie Dolorès, mais celui de Ranucci lui-même. Ben l'accusation déjà loqueteuse finit de s'ensabler. Cela veut dire qu'on a raison de douter de la découverte abracadabrante du couteau, parce qu'il ne sera pas plus vrai qu'il portait le pantalon au moment de l'accident et qu'il l'aurait porté en tuant la gamine que ce couteau a pu lui appartenir alors qu'on ne l'interroge jamais à ce propos et qu'effectivement, ledit couteau a bien été découvert dans la tourbe le 5 (foi du PV de recollement de scellé de Jules Porte), avec le pull et qu'il n'a rien à voir avec Ranucci.
Ne vous emballez pas : si le sang de MD tâche le pantalon, faux PV ou pas comme vous le prétendez, Ranucci est le tueur.
Quant à votre POR, comment pouvez-vous l'intégrer dans l'affaire alors que personne ne l'a vu ce jour là :?:


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 23 mars 2006, 08:10 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 23 févr. 2006, 16:28
Messages : 399
Gihel a écrit:
Citation :
L'accusation, cela fait longtemps qu'elle est dans le cirage vu le nombre d'incohérences de ce dossier, sans parler des preuves falsifiées. Si l'on prend les trois éléments que vous citez : le premier, le couteau est à l'évêché deux heures avant qu'on ne le retrouve officiellement, foi de PV rédigé par l'inspecteur Porte qui recopie la fiche de scellé qui n'est pas censée exister à ce moment là. Elle fait une drôle de tête la prétendue preuve.
C'est curieux: moi, j'avais l'impression que c'est la thèse de l'innocence qui était dans le cirage. Affaire de perspective, sans doute.
Il n'y a pas d'incohérences: il y a des détails non ou mal expliqués, et des éléments (homme au pull over-rouge) dont le lien avec l'affaire est possible mais soulève plus de questions qu'il n'en résout. Le couteau: libre à vous de croire aux complots ou aux machinations, mais expliquez m'en le mobile. Contrairement à ce que vous répétez à longueur de forum, les éléments ddu dossier disponibles à ce moment là ne sont pas en faveur de Ranucci; où que soit trouvé le couteau, si c'est concordant avec ce que Ranucci dit, celà soutient la thèse de la culpabilité. De plus, le fait que le couteau soit enfoui donc non visible empèche de le trouver à moins de retourner tous les alentours (théorie de l'aiguille dans la botte de foin) ou à moins d'avoir des aveux. C'est l'indication de l'endroit où est le couteau qui fait de Ranucci le coupable. Il est donc logique que voius vous acharniez à démonter cet élément du dossier, mais à votre tour vous proposez une réponse incohérente, me semble t'il. Puisque il est admis que les gendarmes trouvent le couteau, pourquoi voulez vous qu'on change le lieu de sa découverte? Quel serait le motif d'une telle machination? Et si machination il y avait eu, il y a contradiction entre le fait que le secret en ait été bien gardé, alors que de toutes évidences, selon votre thèse, la machination est grossière puisque les PV la révèlent. Pour le PV vous savez très bien que d'autres explications sont possibles.
Citation :
Le plan n'apporte rien quant à la connaissance qu'ont les enquêteurs de cette affaire et il ne correspond pas du tout aux phases de l'enlèvement. Ce n'est pas une preuve à proprement parler, c'est l'illustration des aveux par ailleurs totalement incohérents et contredits par les autres témoignages.
Aux phases de l'enlèvement reconstruites par Gihel, peut-être. Mais vous avez peut-être tendance à confondre votre immagination et la réalité. La thèse du chemin de la Doria, très bien, c'est une idée intéressante. Là où je ne vous suis pas, c'est quand vous en faites une certitude absolue.

Citation :
Les Aubert : la machine à inventer une nouvelle version toutes les fois qu'on l'interroge. Le témoignage qu'ils forment est incohérent en lui-même, sauf celui qu'ils délivrent aux gendarmes.
Mais c'est à partir de leur témoignage que l'on fait une battue et qu'on trouve le corps. Mais c'est la voiture de Ranucci qui est arrêtée aiu bord de la route. Le reste, je suis d'accord: paquet ou enfant, il y a un lézard.
Citation :
Déjà, ce dossier est loqueteux pour ne pas dire plus, mais en plus, on ne peut pas dire : pour qu'il soit innocent il faut que tout cela tombe. Ce n'est pas comme cela que cela marche pour moi.
Non, il suffit par exempel que l'on retrouve l'homme au pull rouge, il suffit par exemple que l'on démontre par A plus B que la gamine s'est enfuie et pas de la nationale pour faire vingt petits mètres, sinon comment pouvait-elle se faire des griffures aux jambes ?
Et hop, vous voilà reparti sur votre idée! Once again: n'en faîtes pas une certitude, celà biaise trop votre raisonnement.
"Il suffit": ce n'est pas si simple; comment voulez vous "prouver" ce que vous avancez? retrouver homme au pull over-rouge s'il a existé, s'il a un lien réel, s'il est en vie?
Citation :
Autrement dit, c'est dans un ensemble qu'il faut prendre le problème, pas par l'alignement d'éléments qui tomberaient ou ne tomberaient pas.
Ou, en sens contraire, imaginons que l'on réussisse à obtenir l'analyse ADN du sang sur le pantalon (je peux vous assurer qu'ils vont se garder de le faire, et ils vont s'arquebouter pour que cette analyse n'ait pas lieu, je vous le prédis)
"Ils"???
La vraie question est: le pantalon existe-t'il toujours (désolé, mais je ne l'ai pas vu écrit noir sur blanc), et une analyse ADN est-elle possible?
Citation :
et qu'il se révèle que ce n'est pas le sang de Marie Dolorès, mais celui de Ranucci lui-même. Ben l'accusation déjà loqueteuse finit de s'ensabler.
Non l'accusation n'est pas loqueteuse. A caricaturer les choses vous vous déservez.
Si l'ADN était celui de Ranucci, alors incontestablement ce serait un élément nouveau. Mais en effet, comme le dit Marc D., il resterait le couteau.
Citation :
Cela veut dire qu'on a raison de douter de la découverte abracadabrante du couteau, parce qu'il ne sera pas plus vrai qu'il portait le pantalon au moment de l'accident et qu'il l'aurait porté en tuant la gamine que ce couteau a pu lui appartenir alors qu'on ne l'interroge jamais à ce propos et qu'effectivement, ledit couteau a bien été découvert dans la tourbe le 5 (foi du PV de recollement de scellé de Jules Porte), avec le pull et qu'il n'a rien à voir avec Ranucci.
C'est Ranucci qui dit où est le couteau. Le 5, le couteau est trop bien caché pour être découvert. Pour le PV: il y a d'autres explications, toutes plus vraisemblables.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 23 mars 2006, 08:33 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 23 févr. 2006, 16:28
Messages : 399
Marc D a écrit:
Citation :
Alors, oui, Gihel, il n'y avait pas de preuve, et il n'y en a toujours pas. Mais il ne faut pas croire qu'on annulera la condamnation de Ranucci sur cette simple constatation.
Je ne suis pas d'accord, Marc, et c'est un point fondamental.
Celà renvoit à la notion de preuve.Voici ce qu'en disait Pierre Carrias, juge d'instruction:
Citation :
On voit que la loi n'impose aucun mode de preuve particulier. Ce qu'elle demande aux jurés, et il en est de même pour les juges, c'est d'examiner les éléments à charge et à décharge selon leur raison et leur conscience et de se former ainsi une intime conviction. (…)
Dans ce système, la preuve est libre, à condition toutefois qu'elle soit loyalement administrée. Elle peut être matérielle ou psychologique, directe ou indirecte. Il en résulte, et je comprends que cela puisse choquer certains, que le même élément de preuve peut être interprété à charge ou à décharge selon la conscience de chacun.
Dans l'affaire Rambla, il y a un faisceau d'arguments qui, prit dans son ensemble, constitue une preuve. Celà laisse une place au doute - très faible à mon avis dans cette affaire - et celà ne satisfait pas notre esprit pétri de logique cartésienne et habitué culturellement à ne croire qu'à l'évidence scientifique, mais c'est ainsi. En matière de science humaine - et la justice se fonde là dessus - la preuve "scientifique" est un Graal le plus souvent hors de portée. Les éléments de police scientifique sont toujours à confronter à d'autres éléments.
On peut toujours construire des scenarii expliquant par l'absurde pourquoi la terre n'est pas ronde - n'oubliez pas que homme au pull over-rouge s'est essuyé les mains sur le pantalon de Ranucci.
La peine de mort, c'est un autre problème.

Comment s'est fait le travail d'enquête?
Les Aubert rapportent une scène qui peut, pour eux, être en rapport avec l'enlèvement, et impliquant une voiture dont l'immatriculation est celle de Ranucci.
Sur leurs indications est trouvé le corps.
Ranucci nie et d'emblée ment, puisqu'il n'explique pas pourquoi il passe autant de temps dans la galerie.
Reconnaissance des Aubert: discutable (fragilité du témoignage humain, absence de photo et PV du tapissage).
Aveux de Ranucci: OK, à ne pas prendre pour argent comptant, mais à ne pas jeter aux orties quand même. Simplement c'est peu exploitable pour ceux qui n'y ont pas assisté.
Indication de l'endroit où est le couteau... et Gras trouve le couteau.

A partir de là il y a une preuve.

Il faut beaucoup d'imagination pour démonter cet ensemble. Votre thèse est un bel exemple; mais elle repose sur une coïncidence de lieux ce qui est acceptable (sinon ce n'est même pas la peine d'envisager l'innocence), puis sur le produit de deux probabilités très faibles: (1) Ranucci s'est battu la veille avec un inconnu et décide de jeter un couteau sanglant à moins d'un km du cadavre d'une enfant tuée avec un couteau très proche; (2) il ne se rappelle plus de la bagarre - alors qu'il se rappelle du couteau - et d'ailleurs il ne se rappelle plus de grand chose, mais reste capable de discuter méticuleusement d'un accident qui pourtant, d'après ses dires, l'a révéillé de sa demi-somnolence. Le produit de deux probabilités faible est une probabilité très, très faible.

Cette question de la preuve est je crois essentielle.
C'est probablement ce qui oppose à la base ceux qui croient plutôt à l'innocence et ceux qui penchent pour la culpabilité.
A nouveau je ne crois pas que ce soient les faits qui motivent ces convictions, mais biuen plutôt la façon dont, tous, nous insérrons ces faits dans nos propres systèmes de valeurs et notre façon de considérer les rapports humains et sociaux, et de façon génétrale le fonctionnement de notre société humaine.

bien à vous


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 08:35 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Citation :
Tout ça, c'est votre opinion, Gihel. On ne fait pas tomber un élément à charge avec une opinion. Demandez aux avocats qui se sont pris une fessée déculottée à coups d'attendus par la commission de révision, en réponse à leur requête truffée d'erreurs et de démonstrations foireuses en 1991.
Truffé d'erreurs ? Il ne faut pas exagérer, mais qui 'allait pas au bout des choses, c'est possible. Vous savez bien que les décisions de la cour de cassation sont totalement politiques et n'ont rien à voir avec le droit. En droit, les éléments présentés dans les requêtes devaient suffire à provoquer une enquête et une révision. Mais la cour de cassation considère ce pays pour une république bananière, cela la regarde mais ne la grandit pas. Il n'y a qu'en France qu'on a confié les libertés à une institution régalienne qui n'a de compte à rendre à personne. Ils font ce qu'ils veulent et ils le font parfois très mal. Dont acte.
Citation :
On a caché des PV aux juges ? Oui, mais les témoins en question ont été entendus au procès. Leur témoignage n'était donc pas inconnus des juges.
C'est totalement faux, pas tous, pour les gamines, elles n'ont pas été entendues par les jurés. Et de même pour ceux qui ont été entendus, on n'a pas pu faire la connexion avec le pull comme il aurait dû puisque les PV ne figuraient pas dans le dossier. Votre vision du droit ne correspond pas à celle qu'on peut attendre d'une démocratie selon moi.

Citation :
Alessandra a nié l'existence de madame Mattéi ? Oui, mais elle a été entendue au procès. Son témoignage n'était donc pas inconnu des juges.
Il n'a pas nié l'existence de madame Mattéi, d'où sortez vous cela. Il a nié qu'elle a été reçu à l'évêché. Le témoignage de cette dame a été démoli sur des arguments qui profitent du fait qu'il n'y a pas eu de véritable instruction, et la responsabilité de Madame Brugère dans ce gâchis est écrasante. Donc la justice française, c'est de la merde, c'est bien ce qu'on dit.

Citation :
On a ajouté une ligne au PV de saisie du pantalon ? Oui, mais le pantalon a bien été saisi, puisque Ranucci n'est jamais revenu là-dessus bien qu'il ait clamé son innocence pendant deux ans.
Oui il a été saisi, le problème c'est de savoir quand. Et quand on regarde l'ensemble de ce dossier, on s'aperçoit qu'il a été saisi vraisemblablement dans le garage le dimanche soir en profitant du fait qu'on est venu rechercher en douce la voiture. Sinon pourquoi faire tous ces PV faux ?
Citation :
On a saisi le couteau la veille ? Un PV de découverte du couteau prouve le contraire.
Ben oui puisqu'on l'a saisi en fait DEUX FOIS. Vous parlez donc de la seconde saisie. Moi je parle de la première, la veille, le 5. Pour cela effectivement, les PV auront disparu, eh oui pas folle la guêpe.

Citation :
Le prétendu "PV" du couteau n'est qu'une fiche de scellé avec la date du PV auquel elle se rattache ("découverte du cadavre", la veille).

La mention du couteau dans le PV de Porte (commencé au moment exact du début des recherches, et donc à ne pas conclure avant la découverte du couteau qui ne saurait tarder) se trouve sur une seconde partie non datée.
La commission de révision et Madame Ract-Madoux (qui arrange Juppé quand il est dans les ennuis par ailleurs en réduisant son inéligibilité) font ce qu'ils veulent, le PV c'est une seule feuille et la seconde liste est écrite "de même suite" que la première, donc au même moment, et ceci est corroboré par la position des lignes des deux listes : ces deux listes ont été tapées sur la même machine au même moment. Cela la commission de révision s'asseoit dessus, c'est dire le sérieux et la fiabilité de cette institution. A foutre à la poubelle.

Citation :
Tout cela, je le cite de mémoire, mais je crois ne pas me tromper.
Ben si vous vous trompez. Ce dossier est pourri, comme celui d'Outreau et comme d'autres...
Citation :
Quant au témoignage Aubert, pas d'élément nouveau à ma connaissance. Leur témoignage a beau être contradictoire, il était connu des juges, et n'était qu'un des éléments à charge importants.

Alors, oui, Gihel, il n'y avait pas de preuve, et il n'y en a toujours pas. Mais il ne faut pas croire qu'on annulera la condamnation de Ranucci sur cette simple constatation.
La révision de ce procès est une décision politique et c'est un bras de fer qui s'est engagé avec des institutions réactionnaires et c'est tout, cela ne va pas plus loin. Essayer de sortir des arguments de droit alors que dans cette affaire depuis le début on s'asseoit dessus allègrement, vous comprenez que cela ne peut pas marcher.
Citation :
Si le sang sur le pantalon n'appartient pas à la victime, alors, on aura peut-être un élément nouveau susceptible d'obtenir une révision (à condition de ne pas beurrer la requête d'hypothèses farfelues comme ce fut le cas dans le passé). Par contre, avec ce seul élément nouveau, la condamnation sera confirmée, car tous les autres éléments à charge tiendront. A moins que des investigations supplémentaires demandées par la cour de révision ne permettent de découvrir une preuve de l'innocence.
Je ne vous ai pas dit qu'on obtiendra la révision avec cela mais le dossier sera encore plus branlant, si c'est possible et c'est le but recherché.

Citation :
Comme vous semblez le suggérer, il est infiniment plus simple de retrouver le véritable assassin que de faire tomber ces éléments un à un.
Plus simple et plus compliqué, mais on approche sérieusement du dénouement.


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 08:46 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 05:45
Messages : 4412
Localisation : Paris
Citation :
Quant à votre POR, comment pouvez-vous l'intégrer dans l'affaire alors que personne ne l'a vu ce jour là :?:
Les deux témoins de l'enlèvement n'ont pas reconnu Ranucci, ce qui laisse une large porte ouverte...

Quant à ce POR, pour autant qu'il ait été vu dansun certain nombre de circonstances, rien ne permet d'affirmer que son propriétaire n'agissait qu'avec ce vêtement.

Même les cinglés pervers peuvent se changer de temps à autre...

J'aimerais bien savoir en outre ce qu'on a trouvé dans l'affaire Gallardo, cet enfant enlevé le jour même où la Presse avait annoncé la visite de Mtre Lombard à l'Elysée pour plaider la grâce et assassiné quelques heures après...

Bizarre et scandaleux cette affaire qui n'a jamais débouché...


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 08:50 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Citation :
... ledit couteau a bien été découvert dans la tourbe le 5 (foi du PV de recollement de scellé de Jules Porte)...
Je vous rappelle que ce PV, auquel vous ajoutez foi, dit également, avant de citer les objets :

"De même suite, disons que nous déposerons au greffe du tribunal de grande instance de Marseille les objets saisis et scellés à nous remis par la compagnie de gendarmerie, brigade de recherches d'Aubagne"

Le scellé du couteau, visible sur la photo, et la fiche qui l'accompagne sont donc déjà indissociablement liés au couteau ? La preuve : c'est marqué le 5 juin sur la fiche. ;)

Bon, admettons qu'il n'y a que le scellé, et pas la fiche (du coup, ils ne la feront que le lendemain, tout en la datant du 5 juin, mais je crois que c'est préférable pour votre hypothèse qu'on n'enterre pas la fiche avec).

Alors, les gendarmes, ça ne leur parait pas trop étrange qu'on les fasse chercher le 6 juin au détecteur de métaux un couteau qu'ils ont déjà trouvé et transmis la veille ? Et Gras, ça ne lui semble pas trop étrange, ce scellé qui pendouille au manche ?

Lui qui était si fier de sa découverte ! Un couteau qu'un collègue a déjà trouvé la veille ! Ben merde alors.

Je l'ai déjà dit : il est préférable de considérer le récapitulatif de Porte comme un faux, plutôt que de s'en servir pour démontrer que le couteau n'a pas été retrouvé comme il a été dit.

"Foi du PV de recollement de scellé de Jules Porte", comme vous dites, le couteau a bien été saisi par les gendarmes, et il se trouve qu'on a un PV de découverte du couteau par le capitaine Gras qui semble bien correspondre.


Haut
   
Message non luPosté : 23 mars 2006, 10:04 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Citation :
Les deux témoins de l'enlèvement n'ont pas reconnu Ranucci, ce qui laisse une large porte ouverte...
Ni l'un ni l'autre n'a vu l'autre sur les lieux de l'enlèvement, non plus. ;) Ce qui laisse une large porte ouverte !

Allons, vous savez bien qu'il n'y a qu'un témoin sûr de l'enlèvement. Spinelli a vu une fillette habillée comme toutes les fillettes. Il est bien certain de l'heure, il était 10h50. Madame Rosanno voit Marie-Dolorès Rambla (habillée comme toutes les Marie-Dolorès Rambla) à 11h25 en bas de chez elle. Après ça, on veut nous faire croire que madame Rosanno délire à pleins tubes et que Spinelli, il la connaissait par coeur, la petite ! La preuve : il croit qu'elle s'appelle "une fillette".


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 290 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 520 Suivante

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com