Nous sommes le 18 oct. 2018, 17:51

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Message non luPosté : 20 mai 2006, 22:19 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 mars 2005, 21:41
Messages : 3745
Localisation : Paris
Posté le: Mar 09 Mai 2006 21:01

webrider


Le véhicule de Ranucci est saisi à Nice le 5 juin 74 au soir et fouillé. Il est convoyé à Marseille par un policier, sans doûte avec des gants. On a noté et saisi certains objets, mais pas d'autres que l'on voit le lendemain, le coffre étant ouvert, sur le parking du commissariat central à Marseille (le jerrycan par exemple).

Dès l'inculpation de Ranucci, les clés de sa voiture, censée avoir servi pour l'enlèvement, sont rendues à sa mère qui ne conduit pas... Ce sont deux journalistes (MM.Chardon et Innocenzi) qui la conduisent chez Mre Lombard le 6 au soir.

Le lendemain, 7 juin au soir, c'est Christian Chardon, de "Détective" qui raccompagne Mme Mathon chez elle à Nice, et qui, selon M.Bouladou, garde la 304 pour ne la rendre que le 8 au matin. Sauf que selon le même G.Bouladou, Mme Mathon ne se souvient pas de ce prêt.

Toujours est ce que le véhicule ayant servi à commettre un acte criminel est dans la nature...

Mais, tout de même, le véhicule sera saisi à nouveau le 10 juin, en vue de la reconstitution... enfin on ne sait pas trop, puisque les Procès Verbal de police sont contradictoires sur la date de cette seconde saisie : le 9 ou le 10 juin (le 9 étant un dimanche je crois).


Etait-il normal de rendre le coupé 304 à Mme Mathon au moment même où on inculpait son fils pour enlèvement avec cette voiture?

___________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 1:35

Carmencita


Est-ce normal ? Evidemment non. La voiture ( qui aurait servi à l'enlévement) était une pièce à conviction fondamentale et aurait due être placée sous scellé découvert.

C'est comme si on donnait l'arme d'un crime à un présumé meurtrier pour la reprendre 3 jours plus tard, tout heureux d'y retrouver ses empreintes !
Comment voulez-vous croire à la compétence des policiers marseillais après CA !
Cordialement

________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 13:37

webrider



Bien.

A ma connaissance, ce point de procédure n'a jamais été véritablement été contesté : Gilles PERRAULT, comme les requêtes en révision, parlent de l'irrégularié de la seconde saisie... Fratacci puis Gérard Bouladou répliquent et parlent d'erreurs matérielles dans les dates de Procès Verbal. On apprend par Gérard Bouladou cependant que le journaliste C.Chardon aurait utilisé la 304 pour se déplacer dans Nice le 7 juin au soir.

Le fait d'avoir rendu la 304 à Madame Mathon le 6 juin au soir constitue évidemment un mystère de procédure.

Les policiers qui, selon Gérard Bouladou, avaient "établi", avant même son identification par les Aubert et ses aveux, que Ranucci "avait enlevé Marie Dolores RAMBLA avec son coupé Peugeot 304 gris métallisé" auraient laissé partir le véhicule du rapt le soir même, alors qu'il pouvait contenir encore des indices.

Gérard Bouladou : "Mais le véhicule avait été prématurément restitué puisqu'il fallait l'utiliser au cours de la reconstitution qui allait avoir lieu".

C'est tout?

Certes le véhicule, fouillé à Nice le 5 au soir, avait été examiné le 6 dans la cour de l'Evêché. On n'y a pas trouvé grand chose de plus que ce qui avait été saisi à Nice et qui ne représentait pas la totalité du contenu du coffre (le jerrycan que l'on aperçoit sur les reportages...)

La juge ne s'en soucie pas, elle délivre simplement le 10 juin une nouvelle commission rogatoire (le 10?) pour saisir à nouveau le véhicule en vue seulement de la reconstitution.

A ce moment là apparaissent des erreurs de date dans la Procès Verbal qui jettent un nouveau discrédit sur la procédure...

Alors question... Comment peut on expliquer que les policiers aient négligé à ce point la voiture supposée avoir servi à l'enlèvement ???

Après la reconstitution, qui sait comment la 304 a été rendue à Mme Mathon ?

Ainsi que le souligne Carmencita ce véhicule aurait dû être conservé à disposition de la justice.

Il serait important de savoir pourquoi cette 304 paraissait aussi négligeable pour les enquêteurs .

En comparaison, à moins que les choses n'aient changé tout à fait récemment, la voiture de Mesrine est toujours en fourrière...

________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 14:08

Carmencita


A propos, à quel moment trouve-t-on le paquet de gâteau ? Première ou deuxième saisie ?
On a vraiment l'impression que puisqu'il y avait des aveux on ne devait pas chercher plus loin. C'est grave, il me semble que n'importe quel enquêteur sait que les indices matériels sont plus importants que les dire ou ouïe-dire.
Après pourquoi cette restitution prématurée n'apparait pas dans les requêtes en révision, je dirais qu'il y avait tellement de choses à contester que contester la deuxième saisie induisait évidemment une restitution...

Cordialement

________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 15:37

François François


Les policiers auraient laissé partir le véhicule du rapt le soir même, alors qu'il pouvait contenir encore des indices. "

Ils ont eu suffisament le temps pour analyser le contenu de la voiture.

__________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 15:37

François François


Le paquet de gâteau apparait lors de l'interview de Mme Mathon : c'est elle qui le montre aux journalistes et il est fort peu probable, voir impossible que les policiers ne l'ait pas vu s'il était dans la voiture au moment de la première saisies.

____________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 15:47

jpasc95


De toute façon, ce paquet de gâteaux n'apparait pas dans la liste des objets saisis donc il n'a et ne peut jouer aucun rôle.
Et puis, la voiture a été saisie une 1ère fois le 6 juin donc 3 jours après l'enlèvement et le meurtre. Ce paquet aurait pu apparaitre le 4 ou le 5.

Si je ne dis pas de bêtises, C Ranucci n'a même pas été interrogé la dessus, ce qui prouve le peu d'intérêt de cet élément pour l'accusation.

____________________________________________________________


Posté le: Mer 10 Mai 2006 20:47

webrider


François François a écrit:
Citation :
Les policiers auraient laissé partir le véhicule du rapt le soir même, alors qu'il pouvait contenir encore des indices. "

Ils ont eu suffisament le temps pour analyser le contenu de la voiture.
1 journée pour passer au crible le véhicule censé avoir servi à un enlèvement ? c'est peu.

N'est ce pas plutôt que l'absence de la moindre preuve du passage de l'enfant dans la 304 les a convaincus qu'ils n'en tireraient rien ?

Selon la thèse officielle, le coupé 304 était l'instrument de l'enlèvement...

Qu'on y ait découvert aucune trace du passage de l'enfant rend cette hypothèse très invraisemblable.

Que les policiers s'en soient désintéressés aussi vite va dans le même sens.

__________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 21:03

webrider



Carmencita a dit :
Citation :
On a vraiment l'impression que puisqu'il y avait des aveux on ne devait pas chercher plus loin. C'est grave, il me semble que n'importe quel enquêteur sait que les indices matériels sont plus importants que les dire ou ouïe-dire
.


G.Bouladou écrit clairement que la certitude des policiers sur la culpabilité de Ranucci était établie le 6 au matin... Mais à partir de quoi?

L'interrogatoire de CR et toutes les auditions du 6 ont visé à conforter cette certitude qui n'a jamais été ébranlée par les témoignages contraires ...

Le seul but était d'obtenir des aveux. La théatralisation de la présentation aux Aubert a été l'élément déclencheur. Or M.Aubert avait vu Ranucci à la Pomme, tournant la tête dans sa voiture, comme l'a vu aussi M.Martinez, avec ses grosses lunettes... (page 325) donc pour le reconnaitre il n'avait pas besoin de l'avoir vu sur le bord de la route.
Citation :
Après pourquoi cette restitution prématurée n'apparait pas dans les requêtes en révision, je dirais qu'il y avait tellement de choses à contester que contester la deuxième saisie induisait évidemment une restitution...

C'est bien la question qui se pose... Il est vrai que ce fait ne constitue pas un élément ignoré des jurés...

Ni d'aucun d'entre nous.... Pourtant je n'y avais jamais vraiment pensé sous cet angle

____________________________________________________________


Posté le: Mer 10 Mai 2006 21:19

jpasc95



Webrider,

Etes vous certain que les Aubert ont pu voir la tête de CR au carrefour de la Pomme ?

Il y avait un camion devant les Aubert. Selon Martinez je crois, Ranucci, quand il repart d'où il vient, a eu le temps de passer avant le camion, ce qui implique que Aubert était bien encore derrière ce camion.

Alors je m'interroge sur ce qu'il a pu voir réellement.

____________________________________________________________


Posté le: Mer 10 Mai 2006 22:05

webrider



Les Aubert suivaient le camion qui roulait derrière M.Martinez ; M.Aubert s'apprêtait à doubler ce camion quand le choc est intervenu devant lui. M.Aubert était donc déporté à gauche, voyant la route et Madame Aubert, à la place de droite, avec l'obstacle du camion, déclare avoir seulement entendu le choc et vu de la poussière.

Ce que répond M.Aubert à Vincent G. page 325 du livre de Gérard Bouladou - à propos des lunettes de Ranucci - ne peut relever, en raison de la précision, d'une observation d'une scène sur le bord de la route, au terme de la poursuite :

" il avait des montures noires, des grosses lunettes. IL LES PORTAIT DANS LA VOITURE. J'ai vu son visage quand il l'a tourné."

M.Martinez lui aussi décrit le visage de Ranucci tourné vers lui, reflétant la surprise et la peur, quand il a fait son tête à queue plus ou moins incontrôlé.

Si ça se trouve, comme il l'affirme "je ne peux rien dire d'autre que ce que j'ai dit lors de ma déposition", M.Aubert l'avait bien déclaré aux policiers le 6 juin 74. Mais on comprend qu'il aurait mieux valu que M.Aubert ait vu Ranucci sur le bord de la 8bis. Donc cette observation apparait dans le bouquin de Gérard Bouladou de façon complètement inédite.

C'est bien d'ailleurs ce que dépose M.Aubert le 6 juin :

"la personne que VOUS ME MONTREZ et que vous me dites se nommer CR, EST BIEN CELLE QUI ETAIT A BORD du coupé P304, de couleur gris métallisé, AU MOMENT OU L'ACCIDENT S'EST PRODUIT à proximité de Peypin, le 3 juin 64, vers 12h15. IL N'Y A AUCUN DOUTE A CE SUJET"

On peut continuer, mais ce qui est dit est dit : M.Aubert reconnait le conducteur de la 304 au moment de l'accident survenu à la Pomme.

Je suis page 110 de Gérard Bouladou... Je ne souligne pas les mêmes phrases que lui...

__________________________________________________________

Posté le: Mer 10 Mai 2006 23:51

Arlaten


Alain Aubert était derrière le camion soit. Il s'est peut-être déporter sur la gauche pour voir s'il pouvait doubler, mais le virage placé après le croisement a du l'en dissuader. Toujours est-il qu'il ne l'a pas fait.
Il y a l'accident, le camion a du s'arrêter et Aubert et resté arrêter derrière le camion. De cet endroit, à cause de la propriété qui fait l'angle, ils n'ont pas pu voir la 304 disparaître sur la route de Marseille.
M. Aubert a pourtant dit:" J'ai constaté qu'après l'accident, la Peugeot 304 prenait la fuite au lieu de s'arrêter."
Les Aubert n'ont pas pu voir CR sur le lieu de l'accident. Ils ont pu l'apercevoir à distance, un instant après. C'est pour cela qu'ils ne l'ont pas reconnu lors du tapissage.

________________________________________________________

Posté le: Jeu 11 Mai 2006 0:19

webrider


Je pense que M.Aubert a vu la 304 pendant le tête à queue passer devant le camion, donc entre 6 et 8 m de lui. Madame Aubert a pu la voir filer sur la droite en reprenant la 8 bis. A aucun moment au terme de la poursuite, M.Aubert n'a pu voir aussi distinctement dans la voiture le visage de Ranucci.

Le 6 juin, il y a une affaire de lunettes entre le tapissage (dont on n'a nulle trace) et la présentation en indue forme dans le bureau du Commissaire...

Mais c'est bien par l'accident que commence la déposition d'A.Aubert.

________________________________________________________
Posté le: Jeu 11 Mai 2006 7:31

jpasc95


Ce camion transportait des chevaux je crois non ?

C'aurait été intéressant de retrouver ce camion à l'époque. J'ai pas l'impression que cela a été fait.

Le conducteur était bien placé pour voir s'il y avait un enfant à la place du passager puisque la voiture de CR est passé juste devant lui quand il fait demi-tour.

Voilà, il nous reste plus qu'à le retrouver, 32 ans après les faits, impeccable !

____________________________________________________________

Posté le: Jeu 11 Mai 2006 9:28

François François



webrider a écrit:

1 journée pour passer au crible le véhicule censé avoir servi à un enlèvement ? c'est peu.

N'est ce pas plutôt que l'absence de la moindre preuve du passage de l'enfant dans la 304 les a convaincus qu'ils n'en tireraient rien ?

Selon la thèse officielle, le coupé 304 était l'instrument de l'enlèvement...

Qu'on y ait découvert aucune trace du passage de l'enfant rend cette hypothèse très invraisemblable.


On n'a retrouvé des empreintes de l'enfant dans l'habitacle ainsi qu'un cheveu de la petite, sans compter les objets saisis et mis sous scéllés : c'est suffisament accablant je trouve.

___________________________________________________________
Posté le: Jeu 11 Mai 2006 9:37

jpasc95



FF :
"
Citation :
On n'a retrouvé des empreintes de l'enfant dans l'habitacle ainsi qu'un cheveu de la petite, sans compter les objets saisis et mis sous scéllés : c'est suffisament accablant je trouve."
Où est il écrit que les empreintes de la petite ont été retrouvées dans la voiture de CR ?

Les médecins n'ont pas été capables d'affirmer que l'un des deux cheveux était celui de la petite.

On vous reconnait bien à votre façon de faire !! Tout cela sort de votre imagination. Vous sortez des arguments à tort et à travers qui sont totalement faux !

C'est vraiment du Grand N'Importe Quoi !!

___________________________________________________________

Posté le: Jeu 11 Mai 2006 10:04

François François


Pour les empreintes, il n'y avait pas assez de points de concordance pour être considéré comme une preuve.

Pour les cheveux, vouliez-vous qu'ils fassent une analyse ADN alors que cela n'éxistait pas à l'époque? Les tests sommaires ont en tout cas conclu à une forte ressamblance.

Toutes mes condoléances pour votre thèse.

_________________________________________________________



Posté le: Jeu 11 Mai 2006 20:09

Arlaten


Webrider a écrit:
Citation :
Je pense que M.Aubert a vu la 304 pendant le tête à queue passer devant le camion, donc entre 6 et 8 m de lui. Madame Aubert a pu la voir filer sur la droite en reprenant la 8 bis.
Les Aubert étaient derriére le camion qui transportait les chevaux. Cela nous en sommes sûr. Mais où étaient-ils exactement ? Nous n'en savons rien. Martinez avait doublé le camion, mais depuis combien de temps ? Au moment du choc, le camion, il était à quelle distance ?
Vous parlez de 6 à 8 métres, mais c'était peut être 20, 30 ou même 50 metres.
6 à 8 metres, c'est peut être juste la longuer du camion.
Je persiste à croire que, à cause de la propriété qui fait l'angle, Mme Aubert n'a pas pu voir la 304 disparaitre sur la 8bis en direction de Marseille.
Citation :
A aucun moment au terme de la poursuite, M.Aubert n'a pu voir aussi distinctement dans la voiture le visage de Ranucci.
Entiérement de votre avis. Pour moi les Aubert n'ont même pas eu la 304, en point de mire, comme ils ont dit.

Citation :
Le 6 juin, il y a une affaire de lunettes entre le tapissage (dont on n'a nulle trace) et la présentation en indue forme dans le bureau du Commissaire...
De trace du tapissage, il y en a au moins une. Je lis ce qu'a écrit M. Fratacci:" A midi, on descend Christian Ranucci dans les geôles de l'Evéché pour qu'il y prenne son déjeuner. Il est environ 13h30 lorsqu'il remonte. Les auditions reprennent à 14h. C'est au cours de cette seconde partie que nous le présenterons une nouvelle fois aux époux Aubert. Cette seconde confrontation a raison de sa résistance. Il craque. Il est 16h

_____________________________________________________________
Posté le: Jeu 11 Mai 2006 20:32

jpasc95



Dommage que nous n'ayons pas de Procès Verbal de cette première confrontation ratée !

Une des plus magistrales irrégularités de l'enquête !

__________________________________________________________


Posté le: Jeu 11 Mai 2006 21:16

webrider


Ben oui... une de plus.

___________________________________________________________


Posté le: Jeu 11 Mai 2006 21:25

dalakhani


François François a écrit:
Citation :
Pour les empreintes, il n'y avait pas assez de points de concordance pour être considéré comme une preuve.
Vous ne pouvez pas prouver ce que vous dîtes c'est dommage, il est donc difficile de vous prendre au sérieux.

Citation :
Pour les cheveux, vouliez-vous qu'ils fassent une analyse ADN alors que cela n'éxistait pas à l'époque? Les tests sommaires ont en tout cas conclu à une forte ressamblance.
Ah oui? on ne fait pas la même lecture de l'analyse, relisez là bien et vous verrez que vous êtes, j'allais dire encore une fois, dans l'erreur la plus totale.

Ce n'est pas parceque ça sort de votre imagination que ça va devenir la réalité obligatoirement.

_____________________________________________________________

Posté le: Jeu 11 Mai 2006 21:38

webrider


Arlaten a écrit:
Citation :
De trace du tapissage, il y en a au moins une. Je lis ce qu'a écrit M. Fratacci:" A midi, on descend Christian Ranucci dans les geôles de l'Evéché pour qu'il y prenne son déjeuner. Il est environ 13h30 lorsqu'il remonte. Les auditions reprennent à 14h. C'est au cours de cette seconde partie que nous le présenterons une nouvelle fois aux époux Aubert. Cette seconde confrontation a raison de sa résistance. Il craque. Il est 16h."

Finalement on trouve autant d'éléments à décharge chez nos deux auteurs professionnels que chez Gilles PERRAULT !

________________________________________________________

Posté le: Jeu 11 Mai 2006 22:02

Arlaten


Et de ces trois auteurs, le plus crédible devrait être M. Fratacci, puisqu'il est le seul à avoir vécu l'affaire "de l'intèrieur".

___________________________________________________________


Posté le: Jeu 11 Mai 2006 22:34

webrider



Le probléme c'est que Gérard Bouladou nous révèle qu'en fait Fratacci n'a rien écrit du tout...

________________________________________________________


Posté le: Jeu 11 Mai 2006 23:49

Carmencita

Arlaten écrit :
Citation :
Et de ces trois auteurs, le plus crédible devrait être M. Fratacci, puisqu'il est le seul à avoir vécu l'affaire "de l'intèrieur".
Ca, j'en mettrais pas ma main au feu ! Ce n'est pas parce que ce monsieur a assisté à bon nombre de faits qu'il en devient plus crédible pour autant.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com