Nous sommes le 15 août 2020, 10:27

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 227 messages ]  Aller à la page Précédente 110 11 12 13 1416 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 25 sept. 2005, 21:00 
Ranucci a beau avoir une défense à géométrie variable, sur le couteau, il est formel jusqu'au procès en assises.
On a donc un cadavre, une arme du crime et un inculpé qui reconnait qu'il a utilisé l'arme sur l'enfant, et après ca, on veut nous faire croire que Ranucci et Seznec même combat?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 25 sept. 2005, 21:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Aucune affaire judiciaire ne ressemble à aucune autre.

Le combat pour la réhabilitation de Ranucci est un combat.

Celui de Seznec en est un autre, et apparemment le politique par le biais de Mme Lebranchu a décidé que cela avait assez duré comme cela. Et quand le politique s'en mêle, la face du théâtre change comme dirait Louis XIV.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 25 sept. 2005, 22:24 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 4415
Localisation : Paris
Citation :
Christian Ranucci, le 7 juin, dans le bureau du juge d'instruction a écrit: Nous présentons à l'inculpé un couteau à cran d'arrêt à ouverture automatique avec manche de nacre.

L'inculpé: Ce couteau m'appartient, je le reconnais...


Voila que Ranucci a produit un écrit le 7 juin...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 00:18 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 05 juil. 2004, 04:29
Messages : 206
Citation :
- pas d'empreintes
je vous rappelle que le couteau a été enfoncé dans 20 cm de fumier. dans ces conditions est-il étonnant qu'il n'y ait pas d'empreintes ?
Citation :
- aucune traçabilité : on ne connait rien de son origine
Ranucci déclare le posséder depuis un an. Il est vrai que savoir quand ce couteau est précisément entré en sa possession aurait été un plus (s'il se l'était procuré peu avant le meurtre, ç'aurait été un argument en faveur de la préméditation) mais ça n'aurait rien changé quant au fait que cette arme appartenait à Ranucci, qu'il l'avait sur lui, qu'il l'a enterrée dans la tourbe après le meurtre.

Citation :
- il est taché de sang, d'un groupe commun à l'enfant, à Ranucci et à des tas d'autres personnes.
Il n'est pas inutile de rapeller que la fillette en question a été tuée notamment à coups de couteau. Le couteau, enterré par Ranucci et retrouvé tâché de sang a des dimensions qui correspondent
à l'arme du crime. Ranucci portait par ailleurs un pantalon tâché de sang, notamment à la poche droite, où il a placé le couteau après le meurtre. Le haut de son pantalon présentaient par ailleurs d'mportantes et épaisses tâches de sang. Ranucci se défendait en disant que le sang de son pantalon était le sien car il avait saigné lors de l'accident qui a précédé le meurtre ce qui est un mensonge grossier : il n'a pas saigné ce jour là et le sang imprégnait l'extérieur du tissus.

- Gihel rappelle avec raison dasn quelles bizarres conditions il a été retrouvé.

Les conditions dans lesquelles il a été retrouvé n'ont rien de bizarres : il a été retrouvé là où ranucci a avoué s'en être débarrassé, après deux heures de recherches qui s'expliquent parfaitement compte tenu du fait que la zone de recherche était vaste et encombrée de ferrailles de toutes sortes qui rendaient difficile la recherche d'un objet metallique.
Citation :
- Ranucci n'a pas été amené sur place alors qu'on affirme qu'il a indiqué où comment il s'en était débarrassé.
C'est au contraire un élément qui détruit toute hypothèse de mise en scène policière. Si l'arme avait été découverte par Ranucci en présence des policiers, on aurait eu beu jeu d'accuser la police d'avoir influencé, voire guidé, Ranucci lors de la découverte du couteau et l'on ne pouvait alors plus faire de reconstitution qui démontrait que Ranucci connaissait le lieu d'enfouissement de l'arme. L'arme a été découverte par les gendarmes sans la présence de Ranucci. Cela donne un poids certain à la reconstitution des faits. Lors de la reconstitution, Ranucci, qui n'était jamais revenu au tas de tourbe depuis le jour du meurtre, a désigné en présence de ses avocats, l'endroit exact où l'on a retrouvé ce couteau. Un certain Pierre Grivel qui était menotté à lui témoigne que Ranucci a parcouru une distance de plus de vingt mètres pour désigner l'endroit précis où l'arme était enfouie. Comment expliquez-vous ça ?

Citation :
- enfoncé d'un coup de pied à 20 cm de profondeur : c'est possible selon G.Bouladou, mais selon la physique ?

G. Bouladou ne dit pas simplement que c'est possible. Il a refait l'expérience sur les lieux et dans des conditions
proches de celles du jour du meurtre (il avait plu, le fumier était mou car détrempé). Il a constaté que le couteau pouvait bein s'enfoncer profondément d'un simple coup de pied. Vous êtes libre de ne pas le croire.
Citation :
- Quand Ranucci le voit au procès, il répond "Négatif!" lorsqu'on lui demande si c'est le sien ...
Oui, et la veille à ses avocats, il disait que c'était le sien !. De plus personne n'a encore réussi a expliquer comment il est possible de décrire précisément une arme qu'on n'a jamais vue, ni d'enfoncer dans la tourbe un couteau qu'on n'a jamais possédé !
Citation :
Quelle preuve !
...accablante !


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 01:57 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Le problème c'est que lorsque l'on va sur place, qu'on examine cet endroit avec ce tunnel, ces hangars, quand on examine ce couteau automatique.

On se dit que ces éléments donnent une image du criminel :

- c'est un petit malfrat, personne d'autres que des loubards se promènent avec ce genre de couteau, donc il y a peu de chance qu'il appartienne à Ranucci. Un représentant de commerce ne se ballade pas avec un couteau à cran d'arrêt dans sa poche.

C'est d'ailleurs comme cela que l'on comprend que la police n'avait pas envie d'enquêter véritablement, sinon, elle auraitposé le problème de l'origine de ce couteau, elle aurait cherché comment Ranucci se l'était procuré. Mais elle ne le fait pas, parce qu'elle sait bien, elle, que ce couteau ne lui correspond pas.


- c'est quelqu'un qui vient souvent là, et qui profite de ce tunnel. Pourquoi faire ? on a deux solutions : des ébats sexuels, mais là cet homme est seul, et il y vient seul. Ou alors pour quelqu'un qui n'est pas sédentaire, c'est une sorte de caverne d'Ali Baba où l'on entrepose des objets divers en attente de receleurs.

Parce qu'un chose est claire, la voiture de Ranucci ne s'est pas trouvée là par hasard, elle y a été conduite par quelqu'un qui connaissait cet endroit, qui savait qu'il fallait tourner à gauche en haut du premier chemin, puis qui savait qu'il fallait tourner à droite avant les hangars, puis qui savait qu'il fallait descendre en marche arrière parce que dans le tunnel, il est impossible de faire demi-tour.

Quelqu'un qui allait récupérer des produits d'un vol quelconque ou d'autres choses.
Qulequ'un de suffisamment perturbé pour s'en prendre à des enfants et avoir des pulsions sexuelles irrépréssibles envers eux.

Le couteau donne une indication sur le véritable criminel. Il ne ressemble pas à Ranucci. Ranucci n'est ni un jerks, ni un sharks, ni un tribal.

Quant à ce qu'il déclare aux psychiatres et qu'on tente de présenter comme une enquête, ce que n'est pas un rapport de psychiatre, qu'il l'avait depuis un an, on s'aperçoit tout de suite après qu'il confond avec l'opinel, et que le psychiatre ne sait pas qu'il y a deux couteaux. Dans ces conditions, les soit disants aveux qui ne valaient pas grand chose sur d'autres plans, ne valent rien pour ce qui concerne le couteau.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 08:22 
Citation :
On se dit que ces éléments donnent une image du criminel :

- c'est un petit malfrat, personne d'autres que des loubards se promènent avec ce genre de couteau, donc il y a peu de chance qu'il appartienne à Ranucci. Un représentant de commerce ne se ballade pas avec un couteau à cran d'arrêt dans sa poche.

Le couteau donne une indication sur le véritable criminel. Il ne ressemble pas à Ranucci. Ranucci n'est ni un jerks, ni un sharks, ni un tribal.
Les couteaux à cran d'arrêts sont très répandus, j'en ai moi même un.
De plus, Ranucci n'est pas representant e commerce, il a commencé en tant que stagiaire il y a 15j.
Enfin, le profil de Ranucci que l'on nous présente, nous le savons maintenant, n'est pas le vrai, donc...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 08:25 
moi qui ne suis pas un loubard j'ai deja possede ce genre de couteau,et c'etait au debut des annees 90.
J'imagine qu'en 74 le coté gadget du cran d'arret devait en faire un accessoire plutot courant; de plus,votre argument mon cher gihel concernant le fait qu'en tant que voyageur de commerce CR ne pouvait avoir ce genre de couteau, me semble derisoire dans la mesure ou l'on sait ce que la police a retrouvé dans le coupé 304.
Le coup du voleur qui cache son butin dans une galerie frequentee par des obsedes la nuit et des travailleurs le jour,sans compter un gardien (mr Rahou) domicilié sur place,ca me laisse penser que ce type avait un gout bizarre en matiere de cachette.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 10:07 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 4415
Localisation : Paris
En réponse à Fab

Je constate une constante de plus en plus flagrante chez les partisans de la culpabilité, c'est l'affirmation calme et tranquille de conclusions fondées sur des certitudes. Mais de preuves, aucune.

Tout au plus un faisceau de présomptions à charge et un rejet systématique de tous les éléments à décharge...En particulier les témoignages qualifiés d'inexploitables par G.Bouladou, ainsi que les déclarations de Rannuci toujours retenues lorsque ce sont des aveux, toujours écartées dans le cas contraire.

Réellement je ne sais pas si Ranucci était coupable ou non. Mais l'acharnement développé en 74-76, les approximations et erreurs et manques de la procédure, et la dialectique développée maintenant pour qu'il soit coupable à tout prix fait évidemment pencher mon doûte en faveur de la révision.

Et croyez bien que je ne pense pas qu'à Ranucci, mais aussi à la malhueureuse victime qui avait droit à une meilleure justice.

Citation :
W: - pas d'empreintes

je vous rappelle que le couteau a été enfoncé dans 20 cm de fumier. dans ces conditions est-il étonnant qu'il n'y ait pas d'empreintes ?
Je ne vous dis pas que c'est étonnant, je vous dis seulement un fait : on ne peut dire entre quelles mains ce couteau est passé.


Citation :
Citation :
W : - aucune traçabilité : on ne connait rien de son origine
Ranucci déclare le posséder depuis un an. Il est vrai que savoir quand ce couteau est précisément entré en sa possession aurait été un plus (s'il se l'était procuré peu avant le meurtre, ç'aurait été un argument en faveur de la préméditation) mais ça n'aurait rien changé quant au fait que cette arme appartenait à Ranucci, qu'il l'avait sur lui, qu'il l'a enterrée dans la tourbe après le meurtre.


Il ya les aveux, les comparutions chez la juge sans assistance de l'avocat... il y a aussi le "récapitulatif" et le procès. Je ne hiérarchise pas, je compare. Il est clair que les PV d'interrogatoires et de comparution sont rédigés dans un style imposé qui transforme notamment un signe de tête en phrase littéraire.

Que Ranucci se soit débarrassé d'un couteau poisseux trouvé dans sa poche en se réveillant sur le siège arrière de la 204, en un lieu inconnu et sombre n'est pas invraisemblable
Citation :
Citation :
W : - il est taché de sang, d'un groupe commun à l'enfant, à Ranucci et à des tas d'autres personnes.
Il n'est pas inutile de rapeller que la fillette en question a été tuée notamment à coups de couteau. Le couteau, enterré par Ranucci et retrouvé tâché de sang a des dimensions qui correspondent
à l'arme du crime. Ranucci portait par ailleurs un pantalon tâché de sang, notamment à la poche droite, où il a placé le couteau après le meurtre. Le haut de son pantalon présentaient par ailleurs d'mportantes et épaisses tâches de sang. Ranucci se défendait en disant que le sang de son pantalon était le sien car il avait saigné lors de l'accident qui a précédé le meurtre ce qui est un mensonge grossier : il n'a pas saigné ce jour là et le sang imprégnait l'extérieur du tissus.
- Matériellement rien ne prouve que c'est la même couteau qui a servi au crime et celui qu'on retrouve...

- les conditions de la saisie du pantalon taché de sang sont doûteuses (surcharge du PV)

- le groupe sanguin est bien celui de Ranucci aussi bien que celui de la victime

- sur l'origine du sang lors de l'accident, Ranucci dit "peut être lors de l'accident". Depuis on sait qu'il avait eu un accident de mobylette et saigné à cette occasion.

- quant aux tâches, on les dit importantes, mais nul ne les a photographiées ni mesurées ?

Comme je l'écrivais au début, vous partez de l'hypothèse que Ranucci a commis le crime et que tout l'explique...

Vous inversez le principe de recherche de la preuve...



Citation :
Citation :
W : - Gihel rappelle avec raison dans quelles bizarres conditions il a été retrouvé.
Les conditions dans lesquelles il a été retrouvé n'ont rien de bizarres : il a été retrouvé là où ranucci a avoué s'en être débarrassé, après deux heures de recherches qui s'expliquent parfaitement compte tenu du fait que la zone de recherche était vaste et encombrée de ferrailles de toutes sortes qui rendaient difficile la recherche d'un objet metallique.
- M.Gras l'a recherché au début à 1200 m de la champignonnière car Marseille ne lui en a pas dit plus.

- rien n'aurait pu justifier deux heures de recherche sur une petite surface, même avec la gêne des objets métalliques. C'est M.Gras qui le dit. Et puis l'abhérration des précisions supplémentaires obtenues alors que ranucci est en cours de transfert... N'importe quoi....

- Donc les choses ne sont pas passées comme on l'affirme. Je laisse à Gihel l'argumentation concernat les PV...


Vous vous accomodez bien des contradictions.




Citation :
Citation :
W : - Ranucci n'a pas été amené sur place alors qu'on affirme qu'il a indiqué où comment il s'en était débarrassé.
C'est au contraire un élément qui détruit toute hypothèse de mise en scène policière. Si l'arme avait été découverte par Ranucci en présence des policiers, on aurait eu beu jeu d'accuser la police d'avoir influencé, voire guidé, Ranucci lors de la découverte du couteau et l'on ne pouvait alors plus faire de reconstitution qui démontrait que Ranucci connaissait le lieu d'enfouissement de l'arme. L'arme a été découverte par les gendarmes sans la présence de Ranucci. Cela donne un poids certain à la reconstitution des faits. Lors de la reconstitution, Ranucci, qui n'était jamais revenu au tas de tourbe depuis le jour du meurtre, a désigné en présence de ses avocats, l'endroit exact où l'on a retrouvé ce couteau. Un certain Pierre Grivel qui était menotté à lui témoigne que Ranucci a parcouru une distance de plus de vingt mètres pour désigner l'endroit précis où l'arme était enfouie. Comment expliquez-vous ça ?
La procédure normale aurait été d'amener le prévenu sur les lieux. Mais il est évident que cela pèse sur la suite.

Que Ranucci ait jeté le couteau parait probable. Dans les circosntances où il le découvre dans sa poche.

La dramatisation que donne P.Grivel à l'attitude de Ranucci lors de la reconstitution m'apparait excessive et théâtrale et un peu grotesque... On se croirait dans un jeu de piste...

Je regrette, quand on en fait trop, ce n'est ni crédible ni respectueux...

Rien que pour tendre le bras, avec les menottes, il faut "tirer" celui auquel on est lié. Pour se déplacer, il faut l'entraîner.

Mais pas de preuve en tout cas que Ranucci ait possédé ni utilisé ce couteau...




Citation :
Citation :
W :- enfoncé d'un coup de pied à 20 cm de profondeur : c'est possible selon G.Bouladou, mais selon la physique ?

G. Bouladou ne dit pas simplement que c'est possible. Il a refait l'expérience sur les lieux et dans des conditions
proches de celles du jour du meurtre (il avait plu, le fumier était mou car détrempé). Il a constaté que le couteau pouvait bein s'enfoncer profondément d'un simple coup de pied. Vous êtes libre de ne pas le croire.

20 cm, d'un coup de pied.... tourbe, fumier... on ne sait pas trop et les "culpabilistes" ne sont pas bien précis...

Fab, dans une affaire de crime, il ne s'agit pas de faire croire mais de prouver. Entre une expérience faite de façon délibérée et un acte ponctuel et inoppiné, il y a un écart. La théorie de Gihel serait plus vraisemblable, si le couteau a été réenfoncé avec une branche par exemple...
Citation :
Citation :
W :- Quand Ranucci le voit au procès, il répond "Négatif!" lorsqu'on lui demande si c'est le sien ...
Oui, et la veille à ses avocats, il disait que c'était le sien !. De plus personne n'a encore réussi a expliquer comment il est possible de décrire précisément une arme qu'on n'a jamais vue, ni d'enfoncer dans la tourbe un couteau qu'on n'a jamais possédé !
Et revoila la rhétorique habituelle.

- il y toujours eu 2 couteaux dans l'affaire, l'opinel et l'automatique. La juge rajoute "automatique" dans a rédaction... pourquoi ?

- Vous dites que Ranucci aurait il décrit l'arme ?????

- on peut enfoncer dans la tourbe-fumier un couteau inconnu qu'on découvre taché de sang. Je crois bien que je serais enclin à le faire dasn une telle situation.

Citation :
Citation :
W :Quelle preuve !
...accablante !
La présomption peut vous paraître accablante. Mais une preuve serait une preuve. Pas besoin de la qualifier

La Loi laisse au juge et aux jurés la responsabilité d'interpréter comme preuve les éléments qu'ils connaissent.

C'est une grave responsabilité.

Une preuve doit à mon sens ne laisser aucune place au doûte...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 10:50 
Citation :
Matériellement rien ne prouve que c'est la même couteau qui a servi au crime et celui qu'on retrouve...
C'est pour cela que la loi française a crée les présomptions :
Il y a le meurtre d'une petite fille à coups de couteau et des aveux validés par un fait que les policiers ne connaissaient pas (l'emplacement du couteau) qui indique que Ranucci a tué l'enfant avec le couteau=>donc, même si personne n'a été témoin du meurtre, on peut présumer que c'est Ranucci qui a tué l'enfant avec le couteau.

S'il fallait un témoin pour chaque meurtre, peu d'affaires criminelles seraient résolues...
Citation :
quant aux tâches, on les dit importantes, mais nul ne les a photographiées ni mesurées ?
Elles ont été constatées par un médecin expert-judiciaire, ce qui est une preuve de leur validité.
Citation :
M.Gras l'a recherché au début à 1200 m de la champignonnière car Marseille ne lui en a pas dit plus.
Ranucci dit que le couteau est dans le tas de tourbe.
Le tas de tourbe fait 170m² et est rempli d'objets métalliques.
Le délai de 2h est parfaitement compréhensible.
Il faudrait être naïf pour penser que dans un tas de tourbe de 170m² (de la boue avec aucun signe particulier dans sa structure ou sa forme) l'inculpé ait pu désigner un endroit précis dans celui ci et que les gendarmes aient pu retrouver le couteau en 5 min.
De plus, lorsqu'on connait les facultés de Perrault à faire parler les personnes qu'il fait parler dans son roman, on peut douter du "Mais vous me prenez pour un imbécile, si on m'avait dit où se trouvait le couteau,...etc".
Citation :
La procédure normale aurait été d'amener le prévenu sur les lieux.
Si cela avait été fait, certains auraient pu insinuer qu'il aurait été forcé de désigner un emplacement dicté par les policiers.
Citation :
Mais pas de preuve en tout cas que Ranucci ait possédé ni utilisé ce couteau...
...mis à part que l'inculpé lui-même la répété ad libitum pendant près de 2 ans.
Citation :
on peut enfoncer dans la tourbe-fumier un couteau inconnu qu'on découvre taché de sang. Je crois bien que je serais enclin à le faire dasn une telle situation.
Si le couteau ne lui appartient pas :
- pourquoi dit-il qu'il lui appartient pendant toute l'instruction et jusqu'à la veille de son procès?
- pourquoi l'enterrerait-il s'il n'a rien à se reprocher?
Citation :
Une preuve doit à mon sens ne laisser aucune place au doûte...
Malheureusement, le doute a résulté de l'interprétation que Perrault a fait de certains faits 2 ans après, sans avoir été témoin de quoi que ce soit, juste en retranscrivant les témoignages des proches de Ranucci, mais peut-on sérieusement penser qu'il y a un doute?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 12:56 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 4415
Localisation : Paris
Sikh me répond quand je réponds à fab.

Je subodorais que vu les écarts de style sikh était pluriel.

Fab serait il un Sikh reconverti, parce que, en l'espèce, la parenté de style et de pensée est évidente.



Tiens au fait, puisque les experts doivent être pris en compte, quand il s'agit des tâches du pantalon (ils ont dit, c'est une preuve), on doit considérer que les experts ayant déterminé que la portière conducteur de la 204 était bloquée par l'accident, il n'y a plus lieu de croire à ce que disent les Aubert...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 13:02 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 13 avr. 2005, 06:45
Messages : 4415
Localisation : Paris
Citation :
- pourquoi l'enterrerait-il s'il n'a rien à se reprocher?

Vous réveillant dans votre voiture dans un lieu inconnu... Découvrant dans votre poche un couteau poisseux de sang....

Bien sûr vous l'apportez soigneusement à la gendarmerie la plus proche ?

Bravo, vous auriez raison.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 13:33 
Nous sommes sur un forum public, donc, j'interviens comme je l'entends sans avoir besoin de m'adresser à quelqu'un en particulier.
Citation :
Sikh me répond quand je réponds à fab.

Je subodorais que vu les écarts de style sikh était pluriel.

Fab serait il un Sikh reconverti, parce que, en l'espèce, la parenté de style et de pensée est évidente.
Il est vrai que vous puissiez nous confondre, car les partisans de la culpabilité de Ranucci ont en général une explication similaire, et pas des théories différentes pour chacun d'entre eux.
Citation :
Tiens au fait, puisque les experts doivent être pris en compte, quand il s'agit des tâches du pantalon (ils ont dit, c'est une preuve), on doit considérer que les experts ayant déterminé que la portière conducteur de la 204 était bloquée par l'accident, il n'y a plus lieu de croire à ce que disent les Aubert...
Je vous retourne la question : pourquoi acceptez-vous les constatations des experts sur la portière et pas sur le pantalon?

Nous avons déjà vu que la porte était bloquée de l'éxterieur.
Citation :
Vous réveillant dans votre voiture dans un lieu inconnu... Découvrant dans votre poche un couteau poisseux de sang....

Bien sûr vous l'apportez soigneusement à la gendarmerie la plus proche ?

Bravo, vous auriez raison.
Je pense que j'aurais été réveillé :
- lorsqu'un inconnu aurait ouvert ma porte.
- lorsque cet inconnu m'aurait transferé sur le siège arrière.
- lorsque l'inconnu aurait redémarré mon véhicule.
- lorsque l'inconnu aurait placé le couteau dans ma poche.
- lorsque l'inconnu aurait fermé la porte pour partir.

Bref, ca ne me serait surement pas arrivé.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 15:08 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:53
Messages : 5704
Citation :
Il est vrai que vous puissiez nous confondre, car les partisans de la culpabilité de Ranucci ont en général une explication similaire, et pas des théories différentes pour chacun d'entre eux.
Sauf pour le Pull-Over

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 15:34 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:07
Messages : 579
Localisation : AIX EN PROVENCE
Je me permets d'intervenir bien que je n'ai pas trop de temps en ce moment.
Jusqu'à preuve du contraire (et je demande à toute personne qui est en mesure de le présenter de le faire, je suis prêt à payer les frais occasionnés) il n'y a dans la procédure RANUCCI aucun rapport d'expert affirmant que la portière gauche était bloquée.
Il y'a seulement des policiers qui sont convaincus qu'elle est bloquée des deux côtés et qui insistent auprès de RANUCCI sur cet élément et ceux qui sont montés dans la voiture et qui ont affirmé que la portière n'était pas bloquée de l'intérieur.
J'ai leurs enregistrements audio : je veux parler de Christian CHARDOn qui a conduit la 304 ( et non pas 204) jusqu'à Nice, Roger ARDUIN qui a sorti la 304 de l'Evêché avec Innocenzi et FERRER qui a conduit la 304 de chez Mme MATHON au commissariat de Nice.
FERRER m'a précisé qu'il avait voulu déposer plainte contre PERRAULT pour les bétises racontées sur le vol de la voiture dans le garage et qui, on l'a vu avec le témoignage de CHARDON, ne tiennent pas la route une seconde.
CHARDON a fait une déclaration sur la portière qui n'était pas bloquée aux journalistes pour l'émission de M6 mais ils se sont bien gardés de la passer dans une émission qui était destinée à continuer à faire planer le doute.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2005, 15:41 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 juil. 2005, 22:20
Messages : 853
Localisation : Sud-Ouest
Bonjour Gérard,

Alors pourquoi Ranucci dans ses aveux dit être sorti côté passager à la cité en ajoutant : " Je me trompe la portière s'est bloquée APRES l'accident " ?

Seraient-ce de faux aveux ?


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 227 messages ]  Aller à la page Précédente 110 11 12 13 1416 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com