Nous sommes le 09 déc. 2019, 18:15

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 111 messages ]  Aller à la page Précédente 13 4 5 6 7 8 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 nov. 2005, 14:26 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 06 août 2005, 05:09
Messages : 574
Citation :
qui, sur ce forum, croit encore à ce qu'à déclarer Mme AUBERT en parlant de la voix fluette de la petite disant "où va-t-on?"?
Je suis de votre avis.
Entre le moment du "carton" et le moment où CR s'est arrêté sur le bord de la route, il ne s'est passé qu'un laps de temps très court.
Comment dans ce cas, une enfant qui a subi un choc psychologique (quel enfant n'aurait pas eu peur ? ) serait-elle calme et sereine ? Si on ajoute à tout celà qu'elle était loin de ses parents... Comment pouvait-elle parler d'une voix fluette et calme ?
:arrow: Les Aubert mentent car la petite fille ne devait pas parler d'une voix fluette
:arrow: Les Aubert ont entendu une petite fille plaintive et ils n'ont pas cherché plus loin, ils sont partis !


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 nov. 2005, 14:30 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 06 août 2005, 05:09
Messages : 574
Je précise que quand je dis choc psychologique, je parle suite à la collision. Une enfant de 8 ans ne peut qu'avoir eu peur, même si elle n'a rien vu, elle était quand même dans la voiture.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 nov. 2005, 17:40 
Citation :
qui, sur ce forum, croit encore à ce qu'à déclarer Mme AUBERT en parlant de la voix fluette de la petite disant "où va-t-on?"?
En son temps, j'ai émis ici même l'hypothèse selon laquelle c’est la voix de Ranucci (s’adressant au meurtrier) que les Aubert auraient entendu depuis la route. J’aurais aimé disposer d’un échantillon de la voix de Ranucci pour conforter mes dires, mais je ne sais toujours pas si de tels documents existent.
Serge Avedikian, qui joue Ranucci dans le film de Michel Drach, a bien une voix “fluette” et, selon Gérard Bouladou, les acteurs du film sont de véritables sosies des personnages qu’ils représentent, mais je reconnais que cet argument est un peu faible.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 08 nov. 2005, 17:42 
Citation :
Malheureusement c'est bien pourtant a partir de ce témoignage et de celui de son mari que Ranucci a été condamné. Mme le juge Di Marino, pourquoi n'avez vous pas effectué une vraie reconstitution ?
A mon avis, ce sont surtout les aveux et le couteau qui ont été déterminants dans l’intime conviction des jurés.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 nov. 2005, 09:44 
Antorama a écrit :
" A mon avis, ce sont surtout les aveux et le couteau qui ont été déterminants dans l’intime conviction des jurés ".

Oui, mais c'est bien a la suite du témoignage Aubert que la piste Ranucci a été considérée comme la bonne. Donc, et je crois que l'on est tous d'accord la dessus, la juge aurait du organiser une véritable reconstitution pour vérifier si ce témoignage était crédible ou non.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 nov. 2005, 09:52 
Citation :
Oui, mais c'est bien a la suite du témoignage Aubert que la piste Ranucci a été considérée comme la bonne. Donc, et je crois que l'on est tous d'accord la dessus, la juge aurait du organiser une véritable reconstitution pour vérifier si ce témoignage était crédible ou non.
Il l’était. La preuve en est qu’on a retrouvé le corps de l’enfant sur leurs indications. Et la reconstitution à Peypin a bien eu lieu.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 nov. 2005, 10:20 
Mais elle n'a pas reconstitué le fait de savoir si une fillette d'1M30 pouvait se voir dans la voiture, si oui, si elle avait été secouée dans l'accident, enfin tout ce qui aurait accrédité sans aucun doute possible ce qu'avait réellement vu les Aubert. Comme depuis 30 ans plane des doutes a ce sujet...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 nov. 2005, 10:41 
Citation :
Mais elle n'a pas reconstitué le fait de savoir si une fillette d'1M30 pouvait se voir dans la voiture, si oui, si elle avait été secouée dans l'accident, enfin tout ce qui aurait accrédité sans aucun doute possible ce qu'avait réellement vu les Aubert. Comme depuis 30 ans plane des doutes a ce sujet...
Sur le premier point, Ranucci admet lui-même qu’il n’est pas impossible de passer inaperçu lorsqu’on se trouve à l’arrière de sa Peugeot:
Citation :
De même nous ne voyions guère comment M. et Mme Aubert n'avaient pas vu que l'automobiliste poursuivi se trouvait dans sa voiture, évanoui. Car comme ils le dirent, ils arrêtèrent leur voiture à hauteur de celle arrêtée. Bien sûr il est quand même pas impossible qu'en m'évanouissant je sois tombé sur la banquette, hors de vue des Aubert.© Christian Ranucci, « Jusqu’au 28 juillet 1976 – Ecrits d’un Condamné » Hachette Littérature, 15 février 1980.
Le second point est difficile à reconstituer. Il faudrait sacrifier quelques centaines de voitures et quelques centaines d’enfants de cet âge en les soumettant à des chocs d’intensité variable et établir des statistiques sur les blessures (voire les décès) infligées par ce traitement, tout ceci afin d’établir la probabilité que Marie-Dolorès Rambla ait été « secouée » par l’accident de Peypin.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 nov. 2005, 13:56 
Antorama a écrit :
" Le second point est difficile à reconstituer. Il faudrait sacrifier quelques centaines de voitures et quelques centaines d’enfants de cet âge en les soumettant à des chocs d’intensité variable et établir des statistiques sur les blessures (voire les décès) infligées par ce traitement, tout ceci afin d’établir la probabilité que Marie-Dolorès Rambla ait été « secouée » par l’accident de Peypin "

Antorama, vous me semblez un peu chafouin aujourd'hui ! Meme si ce n'est pas toujours très fin, je ne déteste pas votre ironie, mais avouez que vous pouvez faire mieux que cette fausse naiveté, non ?
Allons allons, vous comprenez très bien ce que je veux dire. Bien entendu, il ne s'agit pas de sacrifier des enfants, mais de constater si certains faits exposés, collent avec la réalité. Alors qu'on ne me fasse pas croire, meme à l'époque, qu'il n'y avait pas de moyens pour le faire. Et après tout, peut etre que ça aurait apporté de l'eau au moulin de votre thèse, a savoir qu'il y avait quelqu'un derriere qui maintenait la petite...


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 nov. 2005, 15:35 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 06 août 2005, 05:09
Messages : 574
Citation :
En son temps, j'ai émis ici même l'hypothèse selon laquelle c’est la voix de Ranucci (s’adressant au meurtrier) que les Aubert auraient entendu depuis la route. J’aurais aimé disposer d’un échantillon de la voix de Ranucci pour conforter mes dires, mais je ne sais toujours pas si de tels documents existent.
Serge Avedikian, qui joue Ranucci dans le film de Michel Drach, a bien une voix “fluette” et, selon Gérard Bouladou, les acteurs du film sont de véritables sosies des personnages qu’ils représentent, mais je reconnais que cet argument est un peu faible.
Juste une question : pourquoi CR aurait parlé à quelqu'un (et donc pris le risque que ce même quelqu'un lui réponde), tout celà en sachant que les Aubert étaient là aussi, et pouvaient entendre ? CR était supposé être seul à ce moment là, quand il est monté sur le talus. Surtout devant des témoins.
Bref, c'était un risque de parler à d'autres que les Aubert.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 09 nov. 2005, 17:16 
Citation :
Juste une question : pourquoi CR aurait parlé à quelqu'un (et donc pris le risque que ce même quelqu'un lui réponde), tout celà en sachant que les Aubert étaient là aussi, et pouvaient entendre ? CR était supposé être seul à ce moment là, quand il est monté sur le talus. Surtout devant des témoins.
Bref, c'était un risque de parler à d'autres que les Aubert.
Chris2701, vous connaissez les lieux aussi bien que moi. Vous connaissez donc la qualité de l’acoustique entre la route où les deux voitures se sont arrêtées et les fourrés dans lesquels a été trouvé le corps de cette malheureuse fillette.

Vous me confirmerez que le scénario suivant est possible :

1. Le ravisseur et l’enfant se trouvent à l’arrière de la voiture, Ranucci conduit.

2. L’accident de la Pomme survient, suivi de la fuite de Ranucci.

3. L’aile endommagée frotte sur le pneumatique et fait un bruit d’enfer. Le pneumatique ne tarde pas à sentir le brûlé.

4. Nos comparses s’arrêtent dès qu’ils peuvent, dès qu’ils sont certains d’être hors de vue des Martinez.

5. Ranucci sort de la voiture pour effectuer une réparation de fortune (redresser l’aile qui frotte contre la roue). Le ravisseur et la fillette restent dans la voiture, à l’arrière.

6. Ils entendent un véhicule qui s’approche. Ils pensent tout d’abord qu’il ne s’agit que d’un simple automobiliste qui circule sur cette route, sans nécessairement que cet automobiliste soit à leur poursuite.

7. Par prudence, Ranucci quitte sa position à gauche de la voiture et grimpe dans les fourrés, le temps de laisser passer l’importun. Le ravisseur et la fillette restent dans la voiture, à l’arrière. Ranucci ne sera jamais vu par les Aubert.

8. Contre toute attente, au lieu de passer son chemin, l’automobiliste importun se met à ralentir. Il devient évident qu’il compte s’arrêter au niveau de la Peugeot.

9. Le ravisseur n’a d’autre choix que de se mettre lui aussi à l’abri. Il sort par la gauche au nez et à la barbe des Aubert, contourne la voiture, ouvre la portière droite, extirpe l’enfant de sa position entre la banquette arrière et les sièges avants et s’enfuit dans les fourrés en tirant la fillette par le bras.

10. Le ravisseur dépasse Ranucci qui est resté à son poste d’observation, juste hors de vue des Aubert, qui sont restés sur la route. Le ravisseur et l’enfant continuent à s’éloigner dans la garrigue.

11. Au moment où Ranucci est dépassé par le ravisseur et l’enfant, Ranucci, désorienté, ne peut s’empêcher de lui demander « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? », d’une voix la plus douce possible en essayant de ne pas se faire entendre des Aubert.

12. Le ravisseur, qui continue de s’éloigner, soit par gestes soit à voix basse, intime l’ordre à Ranucci de retenir les Aubert pendant que lui continue de s’enfuir avec l’enfant.

13. Les Aubert se sont arrêtés. Ils ont entendu Ranucci s’adresser au ravisseur. Logiquement, ils attribuent cette voix à la fillette. [Ils n’ont en effet vu qu’un homme et un enfant et leur esprit, inconsciemment, élimine l’hypothèse absurde que ce soit l’adulte qui interroge la fillette sur la suite à donner aux événements]. Monsieur Aubert appelle en direction de la voix qu’il vient d’entendre et du bruit des branchages. « Revenez, n’aggravez pas votre cas, il n’y a que des dégâts matériels … ».

14. Ranucci s’adresse alors aux Aubert. Il a changé de voix, parce qu’il ne s’adresse plus au ravisseur en chuchotant et le visage tourné vers la forêt, mais aux Aubert en parlant haut et clair en leur direction. « Oui, attendez, je vais venir ». Le but est de gagner du temps pour permettre au ravisseur de filer.

15. Ranucci serait certainement redescendu vers la route pour inventer une histoire aux Aubert (voire de remplir un constat à l’amiable) si les Aubert avaient fait mine de le rejoindre dans les fourrés. Il prépare déjà sa réponse au cas où les Aubert lui parlent de la fillette. Il hésite entre « Un enfant ? Quel enfant ? » et « Ma fille devait faire pipi. Elle est partie se soulager dans les bois ».

16. Contre toute attente, les Aubert ne s’attardent pas sur les lieux et ne menacent pas de grimper dans les fourrés pour rejoindre Ranucci. Les Aubert notent ostensiblement le numéro minéralogique de la voiture de Ranucci et s’adressent tout ostensiblement et clairement l’un à l’autre : « Allons-nous en, Aline, ce type ne perd rien pour attendre. J’ai pris son numéro, allons immédiatement à la gendarmerie ».

17. Les Aubert reprennent leur voiture et s’éloignent.

18. Le ravisseur et l’enfant rejoignent Ranucci. Dès cet instant, ils savent que la voiture de Ranucci a été identifiée, que l’enfant a été aperçue par des témoins et que les gendarmes ne vont pas tarder à rappliquer. Si l’enfant vit, elle sera immanquablement mise en présence de Ranucci un jour ou l’autre. Le ravisseur ne tardera pas à être identifié lui aussi. Le conciliabule est bref ; il n’y a pas d’autre solution : il faut se débarrasser de la petite. Le ravisseur s’en charge pendant que Ranucci va mettre la voiture à l’abri des regards.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 nov. 2005, 07:24 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 11 déc. 2004, 07:17
Messages : 102
Je ne suis pas particulièrement partisan de la thèse de la complicité pourtant, je vais apporter un peu d’eau à votre moulin.
En relisant l’interview de Mr AUBERT dans le bouquin de Gérard Bouladou, par 2 fois, il est question de 2 jeunes que Mr AUBERT suppose, voleur de voiture.
P 325. « vous savez, vous êtes mal tombé, c’est des voleurs de voiture. C’est des minots, c’est des jeunes.
P 329. « Lorsque que j’ai parlé au gendarme de Roquevaire ; environ trois quarts d’heure après l’accident, je lui ai dit : il y a deux jeunes qui se sont enfouis. »
C’est vrai que le reste du temps, il parle d’un enfant mais quand même, on a du mal à comprendre Gérard Bouladou qui ne rebondit pas sur cette affirmation, du genre « lorsque vous parlez de 2 jeunes, vous parlez de CR et de la petite fille ? »
C’est quand même différent, 2 jeunes que l’ont suspectent d’être des voleurs de voiture et un adulte et une enfant qui s’enfuient.
Et là rien. Gérard Bouladou entend ça et ……rien.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 nov. 2005, 07:48 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 06 août 2005, 05:09
Messages : 574
Citation :
Chris2701, vous connaissez les lieux aussi bien que moi. Vous connaissez donc la qualité de l’acoustique entre la route où les deux voitures se sont arrêtées et les fourrés dans lesquels a été trouvé le corps de cette malheureuse fillette.
Pour avoir fait l'expérience, on entend effectivement parler, même avec le moteur en marche.
Citation :
Vous me confirmerez que le scénario suivant est possible :[blablabla...blablabla...].
Tout à fait plausible, à condition qu'une portière sur les deux, n'ait pas été bloquée suite à la collision.
Les Aubert dans leur témoignage disent avoir vu les deux portières s'ouvrir, alors...mystère.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 nov. 2005, 09:03 
Citation :
Je ne suis pas particulièrement partisan de la thèse de la complicité pourtant, je vais apporter un peu d’eau à votre moulin.
En relisant l’interview de Mr AUBERT dans le bouquin de Gérard Bouladou, par 2 fois, il est question de 2 jeunes que Mr AUBERT suppose, voleur de voiture.
P 325. « vous savez, vous êtes mal tombé, c’est des voleurs de voiture. C’est des minots, c’est des jeunes.
P 329. « Lorsque que j’ai parlé au gendarme de Roquevaire ; environ trois quarts d’heure après l’accident, je lui ai dit : il y a deux jeunes qui se sont enfouis. »
C’est vrai que le reste du temps, il parle d’un enfant mais quand même, on a du mal à comprendre Gérard Bouladou qui ne rebondit pas sur cette affirmation, du genre « lorsque vous parlez de 2 jeunes, vous parlez de CR et de la petite fille ? »
C’est quand même différent, 2 jeunes que l’ont suspectent d’être des voleurs de voiture et un adulte et une enfant qui s’enfuient.
Et là rien. Gérard Bouladou entend ça et ……rien.
Ce qui me semble incontournable, c’est que les Aubert ont vu un enfant ou, à tout le moins, quelque chose de suffisamment grave pour mobiliser la battue qui a permis de découvrir le corps deux jours plus tard.

Pour le reste, peut-être n’est-ce qu’une façon de parler. Je vais vous narrer une anecdote personnelle à ce sujet : la boîte aux lettres de notre résidence dans le sud de la France est régulièrement « vandalisée ». Quand elle me rapporte ces incidents, ma femme les relate de la façon suivante « Des gosses ont encore rempli notre boîte à lettres de cochonneries », même si elle n’a aucune information sur l’âge, le le sexe et le nombre du (ou des) responsable(s) de ces incidents.

Dans l’esprit des Aubert (qui sont carrossiers), une voiture doit être rarement volée par un homme seul.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 nov. 2005, 09:04 
Alanito a écrit :
"C’est vrai que le reste du temps, il parle d’un enfant mais quand même, on a du mal à comprendre Gérard Bouladou qui ne rebondit pas sur cette affirmation, du genre « lorsque vous parlez de 2 jeunes, vous parlez de CR et de la petite fille ? »
C’est quand même différent, 2 jeunes que l’ont suspectent d’être des voleurs de voiture et un adulte et une enfant qui s’enfuient.
Et là rien. Gérard Bouladou entend ça et ……rien "

Tout a fait exact. Moi aussi quand je l'ai lu, je me suis posé la question, puis j'ai oublié. Mais c'est vrai, qu'est ce que ça veut dire ? Peut on prendre une gamine de 8 ans pour " un jeune " ? On va encore dire que l'on coupe les cheveux en quatre, mais quand meme, Gérard aurait pu demander aux Aubert d'etre un peu plus explicite.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 111 messages ]  Aller à la page Précédente 13 4 5 6 7 8 Suivante

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com