Nous sommes le 17 août 2018, 06:05

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : Ma récapitulation
Message non luPosté : 25 sept. 2004, 22:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Si je tente de résumer nos avancées, telles que je les vois. Il s'agit là d'une opération très subjectives, je ne prétends pas détenir de vérité plus qu'autre choses néanmoins.

Il apparaît que la découverte du couteau s'effectue dans des circonstances troublantes car :

- 1/ le couteau n'apparaît que lors des aveux et se réduit à deux phrases : "J'ai pris un couteau automatique qui se trouvait dans la poche de mon pantalon, j'ai ouvert ce couteau en appuyant sur le bouton et j'ai frappé la petite à plusieurs reprises."

"Je suis retourné sur la route après avoir remis le couteau dans ma poche si mes souvenirs sont exacts. Je me suis remis au volant de ma voiture et, après un parcours, je me suis engagé dans la piste qui donne accès à la galerie. Le long de cette piste se trouve une espèce de place où est étalée de la tourbe. Je l'ai jeté à terre et j'ai donné un coup de pied dedans."

On ne demande pas à Ranucci d'où provient ce couteau, pourquoi il se trouve là, comme si finalement la présence de ce couteau était parfaitement naturelle. Ni pourquoi il s'en débarasse précisément à cet endroit, ce qui n'a aucun sens (soit on s'en débarasse tout de suite, soit on le garde pour le jeter loin du lieu du crime)

- 2/ On n'emmène par Ranucci sur les lieux du crime et on demande à la gendarmerie de le chercher. On ne parle pas au gendarme du tas de tourbe alors que cela figure sur les aveux et on le laisse chercher à un kilomètre de l'endroit, comme si l'on souhaitait que le gendarme ne trouve pas tout de suite. Du coup, il faut deux heures pour retrouver un couteau dont Ranucci est censé avoir donné l'endroit précisément.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 25 sept. 2004, 22:53 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Donc pendant 19 heures de garde-à-vue, on n'interroge jamais Ranucci sur les armes qu'il pourrait posséder, et soudain lors des aveux on invoque une arme : un couteau automatique (la précision est importante) qui aurait été jetée par terre, puis piétinée.

3/ Les conditions de découverte du couteau ne correspondent aucunement aux aveux : selon les aveux il a été jeté à terre, selon les constatations du capitaine Gras il a été enfoncé à vingt centimètres dans la tourbe ce qui signifie qu'on a dû utiliser un objet : tournevis ou autre pour enfoncer ce couteau à cette profondeur. Ainsi donc le couteau a-t-il été volontairement caché dans cette tourbe tandis que Ranucci dit lui qu'il s'en serait débarassé tout simplement.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 25 sept. 2004, 23:06 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Nos avancées :

- 1/ En évoquant les procès-verbaux qui relatent la saisie du couteau, la troisième requête en révision s'est sans doute égarée donnant finalement des armes à la commission de révision pour rejeter le dossier.

En effet, il faut reconnaître sans doute que ladite commission de révision a raison en concluant que le PV récapitulant les pièces à conviction étant en deux parties, la seconde n'est pas datée mais constitue un prolongement de la première. Car tout bien considéré, le PV reprend la description dans le détail et presque au mot près des caractéristiques notées par le capitaine Gras dans son propre PV de saisie. Donc celui de l'inspecteur Porte doit venir nécessairement après celui du capitaine Gras, ce qui écarte une manipulation.

Il est en effet difficilement imaginable qu'on ait monté de toute pièce une machination à ce propos incluant la gendarmerie.


- 2 / En revanche il apparaît que le couteau a été placé dans la tourbe volontairement (sinon il ne serait pas aussi minutieusement enfoncé), qu'il était vraisemblablement en possession de la sûreté urbaine de Marseille lors des aveux et que le temps de recherche de ce couteau s'explique par le fait qu'il fallait laisser le temps de le replacer avant que le capitaine Gras ne parvienne sur les lieux.

- 3/ Qu'ainsi donc on peut en déduire que ce couteau n'a pu être saisi que lors des perquisitions précédentes, à savoir celle du garage et celle de la voiture. Ce qui laisse entendre que ce couteau a été retrouvé, soit dans la voiture, soit dans le garage.

- 4/ L'intérêt de cette petite mise en scène qui ne fait qu'infléchir l'opération c'est de tenter de démontrer que l'assassin a tenté de se débarasser du couteau et qu'il indique de lui-même où il se trouve, ce qui étaie les aveux. Si l'on retrouve le couteau dans la voiture, ou bien dans le garage, il faudra expliquer la raison pour laquelle Christian Ranucci ne s'en est pas débarassé. Pour quelle raison aurait-il gardé le couteau ?

- 5/ Il est probable que ce couteau automatique soit effectivement l'arme du crime et que l'assassin l'a abandonné dans la voiture de Christian Ranucci.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 26 sept. 2004, 00:34 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Pour conclure, la description du couteau faite lors des aveux contient cette précision : "j'ai ouvert ce couteau en appuyant sur le bouton".

Or curieusement, le policier qui l'interroge, l'inspecteur Porte ne fait pas décrire ce couteau. Voilà selon moi ce qui aurait dû être inscrit : "j'ai sorti un couteau automatique de ma poche, ce couteau mesure environ 20cm déplié, il a une lame pointue, on l'ouvre en appuyant sur un bouton etc..."

Là, on dirait que la présence de ce couteau est totalement naturelle, qu'il convient de ne se poser aucune question ni sur sa forme, ni sur sa présence et pourtant celui qui écrit les aveux sait, sans que Christian ranucci ne le lui ait véritablement décrit, avant que le couteau ne soit entre ses mains, qu'il est automatique et que l'ouverture de la lame se fait en appuyant sur un bouton.

C'est pour le moins révélateur et curieux tout à la fois.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 03:38 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
En allant sur le site du journal le monde, vous trouverez un petit édito qui évoque le livre de Gilles Perrault, on en parle aussi dans le canard enchaîné.

La seule chose que je regrette dans cette article du monde, c'est que Gilles Perrault appuie, selon le journaliste, la démonstration à propos du couteau, sur les PV qui seraient antidatés.

Le problème qui se pose, c'est que, même si le PV récapitulatif des scellés n'est pas véritablement daté, la description qui est faite du couteau reprend celle du PV de saisie des gendarmes, donc ceci veut dire qu'en fait le PV récapitulatif des scellés n'est pas véritablement antidaté, et qu'il est écrit après la saisie du couteau dans la tourbe.

Mais ceci ne change rien au fait qu'il est probable que le couteau a été dans les mains de la sûreté bien avant sa saisie dans la tourbe.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 04:22 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
On peut aller plus loin, il existe une autre anomalie, c'est le PV de première comparution devant le juge Di Marino, qui dit ceci : "Je reconnais m'être rendu à Marseille le lundi de Pentecôte, c'est-à-dire le 3 juin 1974. Je reconnais avoir enlevé une fillette qui devait être âgée au maximum de huit ans. Je reconnais avoir au cours de la même matinée égorgé cette fillette un peu plus tard dans la matinée à coups de couteau. Je l'ai égorgée avec un couteau opinel que j'avais dans ma poche. Ce couteau, je m'en suis débarrassé après les faits à l'entrée de la galerie où je me suis embourbé."

C'est effectivement ce que le juge écrit le soir du 6 juin 1974 lorsque Ranucci lui est présenté après plus de 24h de garde-à-vue alors qu'il n'a pas pu dormir depuis la veille à 6 h, ce qui fait presque 40h sans dormir.

Elle écrit : "couteau opinel", parce que c'est le couteau que Christian possède dans sa voiture, tout simplement parce que les policiers ne l'ont pas tenue dans la confidence et qu'elle doit penser qu'un couteau automatique c'est la même chose qu'un opinel.

Ceci veut donc dire que Ranucci ne connaît pas ce couteau automatique que les gendarmes sont en train de rechercher au même moment.

On pourrait essayer de dire qu'il tente de dissimuler sous le couteau opinel la possession d'un couteau automatique, mais alors pourquoi avoir reconnu devant les enquêteurs de la sûreté qu'il s'agissait du couteau automatique ? avoir reconnu qu'il a appuyé sur le bouton pour l'ouvrir ?


Tout cela est totalement incohérent.



Et donc, quelqu'un a dû dire à la juge que le couteau opinel, ce n'était pas du tout ça, et elle a fait barrer "opinel" par sa greffière" pour rajouter un mot à la marge : "automatique".

On pourrait se dire, c'est de l'amateurisme judiciaire, mais cela va au-delà. Alors que Christian Ranucci aurait dû être emmené sur les lieux du crime pour indiquer lui-même l'endroit où se trouve le couteau, il est en fait en train de commettre une énorme erreur sur l'arme supposée du crime.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 04:31 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
On peut aussi raisonner à l'envers et conclure ceci : si Christian Ranucci est capable de commettre une telle interversion entre les couteaux, de confondre une opinel qu'il connaît bien puisqu'elle figure dans sa boîte à outil avec une lame automatique à double tranchant, c'est qu'en fait il n'a jamais vu la seconde.

Et sans doute effectivement, Perrault a raison, lorsque Ranucci dit à Maître le Forsonney que le "couteau est à lui", il parle effectivement de l'opinel.


Il faudrait avoir en face de soi tous les PV des 5 comparutions de Ranucci devant la juge d'instruction pour avoir confirmation qu'elle ne lui a jamais présenté le couteau, il y en a une ou deux en moins où il n'est pas question de ce sujet.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Ma récapitulation
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 07:41 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 12:12
Messages : 3461
Localisation : 57
Gihel a écrit :
Si je tente de résumer nos avancées, telles que je les vois. Il s'agit là d'une opération très subjectives, je ne prétends pas détenir de vérité plus qu'autre choses néanmoins.

Il apparaît que la découverte du couteau s'effectue dans des circonstances troublantes car :

- 1/ le couteau n'apparaît que lors des aveux et se réduit à deux phrases : "J'ai pris un couteau automatique qui se trouvait dans la poche de mon pantalon, j'ai ouvert ce couteau en appuyant sur le bouton et j'ai frappé la petite à plusieurs reprises."

"Je suis retourné sur la route après avoir remis le couteau dans ma poche si mes souvenirs sont exacts. Je me suis remis au volant de ma voiture et, après un parcours, je me suis engagé dans la piste qui donne accès à la galerie. Le long de cette piste se trouve une espèce de place où est étalée de la tourbe. Je l'ai jeté à terre et j'ai donné un coup de pied dedans."

On ne demande pas à Ranucci d'où provient ce couteau, pourquoi il se trouve là, comme si finalement la présence de ce couteau était parfaitement naturelle. Ni pourquoi il s'en débarasse précisément à cet endroit, ce qui n'a aucun sens (soit on s'en débarasse tout de suite, soit on le garde pour le jeter loin du lieu du crime)

- 2/ On n'emmène par Ranucci sur les lieux du crime et on demande à la gendarmerie de le chercher. On ne parle pas au gendarme du tas de tourbe alors que cela figure sur les aveux et on le laisse chercher à un kilomètre de l'endroit, comme si l'on souhaitait que le gendarme ne trouve pas tout de suite. Du coup, il faut deux heures pour retrouver un couteau dont Ranucci est censé avoir donné l'endroit précisément.


Gihel, s'il est avéré que c'est Ranucci le coupable, il ne faut pas chercher un raisonnement logique dans l'après crime.

Parce que tuer un enfant et en plus de cette manière, relève d'autre chose que du raisonnable.

Alors comment penser correctement à ce qui est bon de faire après.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 07:44 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 12:12
Messages : 3461
Localisation : 57
Gihel a écrit :
Donc pendant 19 heures de garde-à-vue, on n'interroge jamais Ranucci sur les armes qu'il pourrait posséder, et soudain lors des aveux on invoque une arme : un couteau automatique (la précision est importante) qui aurait été jetée par terre, puis piétinée.

3/ Les conditions de découverte du couteau ne correspondent aucunement aux aveux : selon les aveux il a été jeté à terre, selon les constatations du capitaine Gras il a été enfoncé à vingt centimètres dans la tourbe ce qui signifie qu'on a dû utiliser un objet : tournevis ou autre pour enfoncer ce couteau à cette profondeur. Ainsi donc le couteau a-t-il été volontairement caché dans cette tourbe tandis que Ranucci dit lui qu'il s'en serait débarassé tout simplement.


Gihel, comment savez-vous que durant les 19 heures de garde à vue, il n'a pas été évoqué l'arme du crime?

Et ce n'est pas parce que Ranucci dit je l'ai jeté qu'il l'a jeté.

Vous- même dites que ses aveux ne sont pas cohérents.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 07:55 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 25 févr. 2004, 12:12
Messages : 3461
Localisation : 57
Gihel a écrit :
Pour conclure, la description du couteau faite lors des aveux contient cette précision : "j'ai ouvert ce couteau en appuyant sur le bouton".

Or curieusement, le policier qui l'interroge, l'inspecteur Porte ne fait pas décrire ce couteau. Voilà selon moi ce qui aurait dû être inscrit : "j'ai sorti un couteau automatique de ma poche, ce couteau mesure environ 20cm déplié, il a une lame pointue, on l'ouvre en appuyant sur un bouton etc..."

Là, on dirait que la présence de ce couteau est totalement naturelle, qu'il convient de ne se poser aucune question ni sur sa forme, ni sur sa présence et pourtant celui qui écrit les aveux sait, sans que Christian ranucci ne le lui ait véritablement décrit, avant que le couteau ne soit entre ses mains, qu'il est automatique et que l'ouverture de la lame se fait en appuyant sur un bouton.

C'est pour le moins révélateur et curieux tout à la fois.


Comment Ranucci, alors, pouvait-il savoir qu'il s'agissait d'un couteau qu'on ouvrait en appuyant sur un bouton? . lolo


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 11:10 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
laurence dincher a écrit :

Gihel, comment savez-vous que durant les 19 heures de garde à vue, il n'a pas été évoqué l'arme du crime?

Et ce n'est pas parce que Ranucci dit je l'ai jeté qu'il l'a jeté.

Vous- même dites que ses aveux ne sont pas cohérents.


Parce que, pendant les 19h où il n'avoue pas, cela n'apparaît dans aucun texte des PV. S'ils ont parlé de l'arme du crime, ils n'ont rien couché sur les PV tout simplement.

La question est alors : pourquoi lui fait-on dire qu'il l'a jeté ? Et la réponse est, parce que c'est le geste le plus naturel qu'on puisse inventer. Les enquêteurs fonctionnent par clichés : je tue, je jette l'arme. Oui mais le problème c'est que ce n'est pas ce que découvre le capitaine Gras.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Ma récapitulation
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 11:16 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
laurence dincher a écrit :

Gihel, s'il est avéré que c'est Ranucci le coupable, il ne faut pas chercher un raisonnement logique dans l'après crime.

Parce que tuer un enfant et en plus de cette manière, relève d'autre chose que du raisonnable.

Alors comment penser correctement à ce qui est bon de faire après.



Je ne suis pas totalement d'accord avec vous.

Je dirais déjà : "s'il s'averrait" et non pas : "s'il est avéré" ou alors si vous dites : "s'il est averré", il ne "faudra pas chercher", un futur et non pas le présent, parce que justement, je ne vois plus trop ce qui est avéré là dedans, à part que l'enquête est mal fichue.

Et même pour des gens très incohérents dans leur comportement, on trouve toujours un semblant de logique, même après un crime effroyable, donc poser la question de savoir pourquoi il se serait débarassé du couteau précisément à cet endroit et à ce moment, ne me semble pas une question inutile. Et il me semble significatif qu'on ne l'ait pas posée à Christian Ranucci.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 13:06 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Je place ici la suite de la réflexion.

Donc nous disions : une seule liste, incomplète pour deux fouilles distinctes.

Une seule liste qui est en fait un faux puisqu'on a rajouté la mention du pantalon.

Le premier objet de cette liste, c'est le couteau opinel.

Que peut-on supposer ?

Il n'est pas normal du tout que ce couteau automatique apparaisse au moment des aveux, comme si de rien n'était.

Imaginez les enquêteurs : ah bon ? Vous aviez un deuxième couteau ? Pourquoi pas l'opinel, pourquoi ce deuxième couteau ? Un seul ne suffisait pas ?

Mais il n'y a rien de tout cela dans les aveux. Non, le deuxième couteau, c'est normal.

Si le problème des deux couteaux n'apparaît pas dans les PV, c'est que les enquêteurs ont choisi délibérement de ne pas soulever le problème.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 13:16 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
C'est parce que ils possèdent déjà ce couteau qu'ils ne conduisent pas Ranucci sur les lieux, c'est parce qu'ils ont décidé de se servir du couteau qu'ils demandent à la gendarmerie de faire des recherches sans transmettre ce que Christian Ranucci a dit lors de ses aveux : le tas de tourbe.

Ce couteau, il est peut-être apparu lors de l'examen de la voiture dans la cour de l'évêché.

Et là, de quoi s'aperçoivent les enquêteurs ? C'est que Ranucci ne connaît pas l'existence de cette arme.

Le plus simple ce serait évidemment de la lui présenter : connaissez-vous ce couteau ?

Vu ce qu'il se passe, il va répondre non, et quand on va lui dire, on l'a trouvé dans la voiture, il va répondre : quelqu'un d'autre l'y a mis. Et là, les enquêteurs sont démunis parce qu'ils ne peuvent pas prouver que Ranucci a tort.

Alors on prend la décision, peu avant les aveux d'aller cacher le couteau et de faire dire à Ranucci qu'il l'a jeté. Ce n'est pas une immense entorse à la vérité si le couteau se trouve dans la voiture. On pourrait en déduire qu'il lui appartient. Mais à ce moment Ranucci dirait, je n'ai jamais acheté de couteau, etc...

En procédant de cette façon, on lui fait confondre le couteau opinel et le couteau automatique, il reconnaîtra donc qu'il a bien possédé ce couteau (mais il s'agit en fait de l'opinel), qu'il l'a jeté près de la champignonnière(ce qui aggrave les charges).

Mais on ne peut pas l'amener sur les lieux du crime parce que bien évidemment il serait incapable de dire où il a jeté des couteaux qui en fait se trouvaient dans la voiture, et que bien évidemment, il ne reconnaîtra pas le couteau Virginia.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 30 sept. 2004, 13:21 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 19:17
Messages : 5301
Le problème c'est que nous n'avons en fait aucun document qui puisse le démontrer sans erreur. Pour le pantalon, il y a un faux PV qui révèle une petite manipulation, qui permet de conclure qu'on a saisi la voiture le dimanche pour venir récupérer ledit pantalon.

Pour le couteau, nous n'avons que la dissemblance frappante entre : le fait de jeter un couteau et le fait de l'enfoncer à 20 cm de profondeur.

Ce qui permet de conclure que ce n'est pas Ranucci qui a placé le couteau à cet endroit.

Nous avons la mise en scène de sa découverte et l'on ne peut expliquer le refus des enquêteurs de parler du tas de tourbe sauf par la volonté d'éloigner les gendarmes de cet endroit le temps de placer le couteau.

Nous avons la rature du PV de première comparution qui permet de conclure que l'on a laissé entendre que l'arme du crime serait en fait le couteau opinel alors que ce n'est pas possible. Ce qui permettait d'appuyer l'accusation puisque Ranucci ne pouvait pas dire que l'opinel ne lui appartenait pas.

Mais nous n'avons pas de pièces pour dire avec certitude : le couteau a été saisi dans la voiture.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page 1 2 3 Suivante

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com