Nous sommes le 13 déc. 2018, 11:54

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 74 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 5 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message : Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 17:39 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Voici un scénario à trois, probablement incomplet :

Le ravisseur (homme au pull over-rouge, sans son pull ce jour-là), enlève la petite en Simca 1100 pendant que Ranucci fait le guet. homme au pull over-rouge rejoint Gringalet, un complice d'environ 1m65, qui attend dans un garage assez grand pour deux voitures ; ou bien Gringalet est caché derrière dès le début et chloroforme la petite au moment où on arrive devant le garage. La voiture de Ranucci est déjà dans ce garage. Ranucci les rejoint, et on fait passer la petite d'une voiture à l'autre, le garage fermé, à l'abri des regards. Ranucci repart au volant de sa voiture, avec Gringalet à l'arrière, sous une couverture, tenant la petite qui est recroquevillée entre le siège passager et la banquette. homme au pull over-rouge les suit en Simca 1100 à environ 500 mètres ; si on l'arrête, il n'a rien fait, et il n'y a rien de louche dans sa voiture.

Ranucci grille un stop et se fait remettre dans la direction de Marseille par Martinez. Il s'arrête à un endroit car son pneu est sur le point d'exploser. Il a croisé homme au pull over-rouge, qui l'a vu, et il attend son aide. Seulement, on entend une voiture arriver derrière eux. Gringalet sort avec la petite, qui a repris connaissance depuis un certain temps, mais reste un peu groggy, tandis que Ranucci se couche à l'avant, espérant que la voiture ne s'arrêtera pas, ce qui est le cas. Pendant que les Aubert font demi-tour, Ranucci part à son tour vers les bois. Mais en arrivant sur place, il constate que Gringalet, un mec un peu cinglé, a tué la petite. Il commence à l'engueuler, quand on entend les Aubert revenir. Il se planque et c'est lui qui répond aux Aubert.

Ceux-ci partis, arrive homme au pull over-rouge, qui vient voir s'il peut les aider (c'est risqué d'être avec eux, mais c'est encore plus risqué de les laisser dans la merde, et surtout, si l'opération échoue, il n'y a plus d'argent au bout, quelle que soit la raison de l'enlèvement). homme au pull over-rouge constate les dégâts. Il dit à Gringalet de planquer le corps (il n'en veut pas dans le coffre de sa voiture, à cause des barrages possibles), puis lui fournit de quoi se nettoyer et se changer. Il dit à Ranucci de planquer la voiture pendant ce temps, pour la réparer, et on lui confie aussi le couteau, assez bien essuyé, pour qu'il le planque loin de là (pourquoi ne pas l'emmener avec eux ? ils ont assez de choses contre eux, la voiture de l'enlèvement, Gringalet mal nettoyé, inutile d'en rajouter). Ranucci constate que la réparation prendra beaucoup de temps, alors il va se terrer dans une galerie. Il planque le couteau. S'apercevant qu'homme au pull over-rouge a laissé son pull dans sa voiture, il le planque aussi, car ça pourrait être compromettant si on le surprenait là. Puis il repart à pied jusqu'au lieu où était garé homme au pull over-rouge, pour lui dire que la réparation va être plus longue que prévu, et qu'il a besoin de tel et tel outil. Seulement, homme au pull over-rouge, qui avait promis de l'attendre, a dû se déplacer car des voitures passaient. Il a fini par s'en aller, faisant confiance à Ranucci pour s'en sortir rapidement. Ranucci, lui, se dit qu'il le lui paiera. Il revient à pied à la galerie : la piste suivie par le chien est marquée dans les deux sens.

Il effectue les réparations. Ayant mis beaucoup de terre sur son pantalon bleu, il n'a pas remarqué que sous ces taches de terre, il y a du sang que Gringalet lui a mis involontairement en le touchant. Il laisse le pantalon dans son coffre après s'être changé.

Dans le journal le lendemain ou le surlendemain, Ranucci apprend que ses complices sont morts tous les deux cette nuit-là dans un accident à bord de la Simca 1100. Il pense qu'il ne risque plus rien dans cette affaire, si on ne retrouve pas le corps rapidement. Il se dit qu'il aurait été préférable de l'enterrer ailleurs, mais c'est homme au pull over-rouge qui a pris la décision, et lui, il ne voulait pas toucher le corps de toutes façons. Y retourner seul de nuit est impensable. Il attend sereinement qu'on vienne l'arrêter pour le délit de fuite, et prie pour qu'on ne fasse pas le lien.

Seulement, la police fait le lien. Après avoir longtemps nié, il finit par dire que ce n'est pas lui qui a tué, mais un complice, et leur raconte tout. Eux, ils se disent qu'il les prend vraiment pour des cons avec son histoire à dormir debout. Et comme les Aubert certifient (à tort) que c'est Ranucci qu'ils ont vu sortir de la voiture, les policiers ne veulent qu'une chose : qu'il dise que c'est lui et seulement lui. Il finit par accepter tout ce qu'on lui dit, et signe les aveux. Il les répète devant le juge d'instruction, en se trompant légèrement sur certains détails, car il ne se souvient plus exactement de la version des policiers. Il veut la paix. Il veut dormir. Il pensera à tout ça quand il se sera reposé.

Une fois qu'il a toute sa tête, il réfléchit. Que faire pour s'en sortir ? Dire à nouveau la vérité, et risquer une peine plus grave ? En effet, les policiers, pour le faire signer, lui ont servi une version où il n'y a pas préméditation. De plus, accuser deux morts revient quand même à trinquer pour trois si on le croit. Le mieux, c'est de profiter du flou de l'affaire pour nier tout en bloc et donner une version où il est innocent. Il met tout sur le dos de l'homme au pull over-rouge, qui s'est fait repérer, lui, ainsi que sa voiture. C'est aussi une façon de se venger. Et comme le gars est mort, il ne pourra pas accuser Ranucci d'être son complice si on le retrouve (au cimetière).

Il soutient cette nouvelle version jusqu'au bout, et croit en ses chances d'être innocenté jusqu'au bout. Et de toute façon, le plus important est que sa mère le croie innocent. Il lui écrit : "Je préfère mourir innocent, que de vivre coupable." Tout avouer, ce serait vivre coupable, ou peut-être encore pire pour sa mère : mourir coupable.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 18:10 
Impeccable. Chapeau. Certaines des innovations sont très intéressantes. Mais qu'est-ce qui empêchait les policiers de cracher le morceau quand Perrault a commencé à les gonfler avec ses insinuations selon lesquelles ils étaient tous pourris?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 18:29 
Citation :
Dans le journal le lendemain ou le surlendemain, Ranucci apprend que ses complices sont morts tous les deux cette nuit-là dans un accident à bord de la Simca 1100
Je suppose qu'on devrait facilement retrouver la trace de cet accident ?
2 morts ça ne passe pas inaperçu !


Haut
   
 Sujet du message : Re: Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 18:50 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 17 janv. 2006, 16:10
Messages : 1863
MARC, Autant je suis d'accord avec certaines de tes théories mais calme me tios un peut, sur tes certidudes

_________________
"Aimons-nous vivants, n'attendons pas que la mort nous trouve du talent." ( Pierre Delanoë)
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message : Re: Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 20:19 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Citation :
Impeccable. Chapeau. Certaines des innovations sont très intéressantes. Mais qu'est-ce qui empêchait les policiers de cracher le morceau quand Perrault a commencé à les gonfler avec ses insinuations selon lesquelles ils étaient tous pourris?
Merci, mais vous avez fait l'essentiel du travail, Antoroma. Il me semblait qu'il fallait un homme moins costaud dans la voiture, donc j'ai pensé à cet autre complice, et le reste est venu. De plus, les deux voitures à 500 mètres l'une de l'autre, ça permettait d'assurer la fuite du véritable assassin. Egalement, Ranucci qui cache la voiture et l'assassin qui cache le corps simultanément, ça permet de gagner du temps.

Je ne vois pas trop ce que vous voulez dire... Cracher le morceau ? Avant d'avouer, Ranucci passe la matinée du 6 à se contredire, à dire tout et n'importe quoi, alors quand il raconte la vérité aux policiers, eux, ils prennent ça pour un bobard de plus ; juste un pas en direction des aveux qu'ils attendent. Il ne font pas plus attention à cette histoire qu'aux autres. Il est aussi possible que Ranucci ne la leur donne pas en entier, car il tente de minimiser son implication, alors il la modifie et finit par la rendre absurde.

Je vais tenter d'ajouter maintenant des détails pour accorder l'histoire à tous les témoignages. Je vais aussi retravailler certains passages, je crois.
Citation :
"Dans le journal le lendemain ou le surlendemain, Ranucci apprend que ses complices sont morts tous les deux cette nuit-là dans un accident à bord de la Simca 1100"

Je suppose qu'on devrait facilement retrouver la trace de cet accident ?
2 morts ça ne passe pas inaperçu !
Oui, il serait facile de retrouver la trace. Encore faudrait-il la chercher. Si les hommes sont morts dans un autre département, ou un autre pays (l'Italie, la Suisse), ça devient plus compliqué. Mais dans ce cas, bien sûr, Ranucci apprend la nouvelle autrement. Il peut aussi apprendre que Gringalet s'est tué en moto, et plus tard, en prison, il apprend qu'homme au pull over-rouge s'est fait tuer dans un réglement de comptes. Il commence par se rétracter, car il le faut bien, puis il désigne l'homme au pull over-rouge quand il est sûr que celui-ci est mort.
Citation :
MARC, Autant je suis d'accord avec certaines de tes théories mais calme me tios un peut, sur tes certidudes
Il n'y a aucune certitude là-dedans, Bruno. C'est juste un scénario (perfectible, d'ailleurs) auquel je ne crois pas une seconde. Mais si j'arrive à l'améliorer, il sera bien difficile de dire qu'il n'est pas possible.

Je suis obligé de raconter les choses comme si je savais comment elles s'étaient passées, dans une hypothèse globale. Ça ne veut pas dire que je suis sûr qu'elles se sont passées comme ça. Loin de là.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 20:55 
Citation :
Je ne vois pas trop ce que vous voulez dire... Cracher le morceau ? Avant d'avouer, Ranucci passe la matinée du 6 à se contredire, à dire tout et n'importe quoi, alors quand il raconte la vérité aux policiers, eux, ils prennent ça pour un bobard de plus ; juste un pas en direction des aveux qu'ils attendent. Il ne font pas plus attention à cette histoire qu'aux autres. Il est aussi possible que Ranucci ne la leur donne pas en entier, car il tente de minimiser son implication, alors il la modifie et finit par la rendre absurde.
Ca ne semble pas trop coller à ce qui semble établi, à savoir que Ranucci ne cesse de nier tout en bloc jusqu'a ce que la mère Aubert le secoue le 6, vers 16h00.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 21:32 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 03 févr. 2006, 22:42
Messages : 15
Localisation : Bruxelles
Citation :
Voici un scénario à trois, probablement incomplet :
Pourquoi pas :wink:

Questions :
- le mobile serait la demande de rançon ? enlever une gamine qui traine en bas d'une cité HLM pour une demande de rançon ? ou alors les trois sont trois détraqués sexuels ?
- les deux complices qui disparaissent dans un accident, là c'est quand même du domaine des suppositions.

_________________
La vie d'un être ne vaut que par sa droiture. Sans droiture elle ne tient qu'au hasard.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 21:46 
Sans vouloir répondre pour Marc ...
Citation :
- le mobile serait la demande de rançon ? enlever une gamine qui traine en bas d'une cité HLM pour une demande de rançon ? ou alors les trois sont trois détraqués sexuels ?
Pas nécessairement. Marc se contente de dire que le trio reçoit une compensation financière en échange de leur action.
Citation :
- les deux complices qui disparaissent dans un accident, là c'est quand même du domaine des suppositions.
Ca peut être autre chose qu'un accident. Ils partent à l'étranger, par exemple.

De toute façon, l'expérience montre que la vraie vie est parfois plus extraordinaire que le plus imaginatif des romans ...


Haut
   
 Sujet du message : Re: Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 22:02 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Citation :
Ca ne semble pas trop coller à ce qui semble établi, à savoir que Ranucci ne cesse de nier tout en bloc jusqu'a ce que la mère Aubert le secoue le 6, vers 16h00.
Ce qui est établi c'est que Ranucci avoue à 14heures, une grosse heure après la confrontation avec les Aubert.

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message : Re: Variante compliciste
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 22:55 
Citation :
Citation :
Ca ne semble pas trop coller à ce qui semble établi, à savoir que Ranucci ne cesse de nier tout en bloc jusqu'a ce que la mère Aubert le secoue le 6, vers 16h00.
Ce qui est établi c'est que Ranucci avoue à 14heures, une grosse heure après la confrontation avec les Aubert.
Citation :
A midi, on descend Christian Ranucci dans les geôles de l'Evêché pour qu'il y prenne son déjeuner. Il est environ 13 h 30 lorsqu'il en remonte. Les auditions reprennent à 14 h. C'est au cours de cette seconde partie que nous le présentons une nouvelle fois aux époux Aubert. Cette seconde confrontation a raison de sa résistance. Il craque. Il est 16 h.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 20 févr. 2006, 23:50 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 26 janv. 2006, 16:20
Messages : 3096
Localisation : Normandie
Vous avez bien fait de répondre à ma place, Antoroma, car j'allais justement inviter Girardot à se reporter à votre thèse et ses variantes au sujet des différents motifs pour l'enlèvement.

C'est peut-être homme au pull over-rouge qui paye les deux autres pour convoyer la petite jusqu'à une planque, où il abusera d'elle sans risquer de se faire surprendre comme à Marseille quelques jours plus tôt. Cette fois, d'autres courent les principaux risques à sa place. C'est lui qui fait monter l'enfant dans la voiture, car il a déjà plus ou moins la technique, mais il faut rapidement brouiller les pistes, alors on poursuit avec une autre équipe.

Il y a sûrement plein d'autres explications.

Pour ce qui est de la mort des complices, c'est idem. On peut trouver de nombreuses variantes, et remplacer la mort par un départ à l'étranger, comme le suggère Antoroma.

Si c'est homme au pull over-rouge qui payait pour l'enlèvement, il me semble qu'il doit rémunérer ses complices malgré l'échec. Ranucci l'appelle le 4 juin, et homme au pull over-rouge lui dit qu'il part le jour-même pour l'Amérique du Sud. Il dit à Ranucci qu'il lui enverra son argent une fois l'affaire du délit de fuite tassée. Ranucci a confiance, et deux ans après, il espère toujours être innocenté, et rejoindre homme au pull over-rouge là-bas pour toucher son argent ; ou bien il n'a pas confiance, et a la ferme intention de le retrouver pour le tuer. Quant à l'assassin, soit homme au pull over-rouge lui règle son compte avant de partir, soit il lui paye un billet pour les antipodes.

Si c'est un autre qui payait, il n'y a sûrement pas d'argent au bout. Les deux autres partent à l'étranger, et Ranucci, qui n'a pas les moyens de le faire, et ne peut quitter sa mère comme ça, avec l'affaire du délit de fuite derrière lui, est obligé de rester pour essayer de régler cette histoire (contravention, retrait de permis et peut-être prison avec sursis), en espérant qu'on ne trouvera pas le corps avant des mois. Après, dès qu'il a assez d'argent, il part à son tour à l'étranger.

Pour ce qui est de l'heure des aveux, et de comment ils ont été amenés, nous n'avons que les témoignages de ceux qui les lui auraient dictés, donc ils peuvent mentir un peu, surtout à Perrault.

Mais s'il faut refaire cette partie :

Ranucci nie tout jusqu'à ce que les Aubert le reconnaissent. Là, c'est un peu confus dans sa tête. Il se souvient leur avoir parlé, mais il ne se souvient pas avoir été vu sortant de la voiture. Enfin, ils ont dû confondre deux moments, et c'est quand il allait se cacher lui-même qu'ils l'ont vu, alors. Il se dit qu'il est cuit. Il ne peut plus nier s'être enfui dans les bois, puisqu'on l'a vu. Guidé par les policiers, il raconte l'enlèvement, mais commet des erreurs parce qu'il ne faisait que guetter. Il ne sait pas, lui, si c'est un chien ou un chat dont a parlé homme au pull over-rouge, puisqu'il était à 20 mètres de là. Comme ils se sont arrêtés un certain temps au garage, il invente à la place une pause cigarette, pour rester dans le timing. Il ne peut pas trop raconter le meurtre et la façon dont le corps a été enterré, parce qu'il n'a rien vu de tout ça. Il dit où il a caché le couteau, mais ne dit pas qu'il a caché le pull, car ça n'est pas à lui, et il ne tient pas à ce qu'on lui mette d'autres affaires sur le dos. Pour l'instant, il avoue être coupable de tout, mais essaye de faire passer ça pour un simple moment de panique au cours d'une promenade qui n'est en aucun cas un enlèvement. Naïvement, il pense qu'on ne le condamnera qu'à quelques années de prison pour ça, surtout s'il dit qu'il n'était plus lui-même au moment de frapper, et qu'il ne s'explique pas son geste. Par la suite, ayant jugé qu'il avait eu tort de raconter tout ça, car apparemment on va lui faire payer un maximum, il se rétracte, et veut absolument démontrer son innocence.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 21 févr. 2006, 00:35 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
PV n° 828/10 pour la deuxième audition de RANUCCI Christian, le 6 Juin 1974 à 14h

Si Ranucci avoue à 16h comment les policiers peuvent-ils le savoir à 14h?

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 21 févr. 2006, 01:14 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Citation :
Que faire pour s'en sortir ?
Dire qu'il n'était au courant de rien, il pensait juste conduire 1 ou 2 hommes avec leur nièce ou filleule, ou pour la ramener chez elle.
Il a été mis devant le fait accompli sans qu'il puisse aider la pauver enfant.
Citation :
Il dit où il a caché le couteau
Mais ne dit pas comment.

Citation :
Il effectue les réparations. Ayant mis beaucoup de terre sur son pantalon bleu, il n'a pas remarqué que sous ces taches de terre, il y a du sang que Gringalet lui a mis involontairement en le touchant. Il laisse le pantalon dans son coffre après s'être changé.
On retrouve des traces de sang :
"à la jambe gauche, en dessous de la braguette,
à la jambe droite, au voisinage de la poche,
à la jambe droite, à la hauteur de la face interne de la cuisse.
De même quelques taches ayant l'aspect habituel des taches de sang sont observées à l'intérieur de la poche droite, sur le devant"

Gringalet aurait touché Ranucci à ses endroits sans que celui-ci ne s'en rende compte?

Citation :
Ranucci, lui, se dit qu'il le lui paiera
Si vous vous appuyez sur les dires de Mr Guazzone(du 10 Juin) pour tirer une telle conclusion vous devriez lire sa déclaration qui date du 5 et vous verrez qu'il y a une légère différence

Le fait que les Aubert déclarent que la 304 était plus loin que l'endroit où l'on retrouve le corps ne vous dérange pas?

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 21 févr. 2006, 01:17 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 22:53
Messages : 5704
Citation :
Seulement, homme au pull over-rouge, qui avait promis de l'attendre, a dû se déplacer car des voitures passaient. Il a fini par s'en aller, faisant confiance à Ranucci pour s'en sortir rapidement
Il s'en va où? Il retourne sur Marseille?

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 21 févr. 2006, 05:07 
Citation :
PV n° 828/10 pour la deuxième audition de RANUCCI Christian, le 6 Juin 1974 à 14h
Si Ranucci avoue à 16h comment les policiers peuvent-ils le savoir à 14h?
Ils ne le savent pas à 14h00. L'audition commence à 14h00.
Citation :
A midi, on descend Christian Ranucci dans les geôles de l'Evêché pour qu'il y prenne son déjeuner. Il est environ 13 h 30 lorsqu'il en remonte. Les auditions reprennent à 14 h. C'est au cours de cette seconde partie que nous le présentons une nouvelle fois aux époux Aubert. Cette seconde confrontation a raison de sa résistance. Il craque. Il est 16 h.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 74 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 5 Suivante

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com