Nous sommes le 26 avr. 2018, 17:03

Heures au format UTC+02:00


Shoutbox© Breizh Shoutbox v1.5.0



Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 198 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 514 Suivante
Auteur Message
Message non luMessage posté... : 09 mars 2005, 12:53 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 21 févr. 2005, 22:40
Messages : 27
Tout d'abord, je tiens à me présenter. Je m'apelle Nicolas et je suis nouveau sur ce forum. Comme vous pouvez le lire sur mon pseudo, je pense que Rannucci est innocent (ce n'est que mon avis).

Sinon, pour en venir au sujet, moi je pense 2 choses sur le témoignage des Aubert : soit ils ont menti à cause d'éventuelles pressions policières ou autres manigences (ce que je ne pense pas) ou alors ils ont bien vu l'assassin (qui n'était peut-être pas ranucci), ce qui expliquerait qu'ils disent avoir vu un homme sortir de la portière conducteur pour aller vers la portière passager (parce qu'il a été prouvé que la portière conducteur de la voiture de Ranucci était bloquée). Ce n'est qu'une intuition mais je pense qu'elle n'est pas si idiote que ça.

_________________
Pour moi, Ranucci est une victime, comme Marie-Dolores. J'espère que le véritable meurtrier sera arrêté.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 09 mars 2005, 22:48 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:07
Messages : 579
Localisation : AIX EN PROVENCE
Bonjour . Il n'a jamais été prouvé que la portière gauche était bloquée après l'accident pour la simple raison que personne n'était présent au moment des faits à part M et Mme AUBERT qui ont vu CR sortir par cette porte.
CR est sorti par cette porte. Celle-ci s'est certainement coincée par la suite à la suite de bricolages maladroits de CR. Au moment des faits, elle s'ouvrait de l'intérieur mais pas de l'extérieur, ce qui a provoqué des bricolages de la part de CR. Or; quand une personne avoue un crime après une longue garde à vue, après avoir résisté des heures aux pressions des policiers qui sont convaincus de la culpabilité, cette personne se trouve en position de soumission devant les policiers. Ce qui fait qu'elle avoue certaines choses trés intéressantes pour l'enquête (lieu ou se trouve le couteau, pantalon bleu porté lors des faits) mais lorsqu'un policier bloque sur un point comme sur le fait que la portière était coincée (ce que croient les policiers) celui qui avoue un fait grave qui est en train de foutre sa vie en l'air ne désire pas polémiquer sur ce qu'il considère comme un détail des faits et de ses aveux. Et il va répondre en conformité avec ce que lui dit le policier avec insistance.
PORTE insite pour dire que la portière est bloquée : dans le cerveau de CR, cela donne : "Bon je suis en train d'avouer le meutre d'une fillette de 8 ans que je sais avoir commis, le policier me pompe l'air avec une histoire de portière bloquée, alors ça suffit, M. PORTE, y'a pas de problème, je suis sorti par la portière droite et vous me laissez tranquille."
Mais pour comprendre cela, il faut avoir interrogé des meurtriers, dans sa vie ou avoir cotoyé des personnes expertes en études sur les aveux.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 00:27 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Vous nous faites là un formidable aveu. Vous êtes en train de confirmer ce que nous disons par ailleurs : Ranucci est en état de soumission et raconte donc n'importe quoi.

Mais pourquoi dire que certaines choses seraient vraies lors des aveux et d'autres fausses ? Cela n'a pas de sens. On ne peut retenir des aveux que les choses sûres et établies. Malheureusement, il n'y en a pas beaucoup, il faut en convenir.

Donc, lorsqu'il raconte que la portière était bloqué il se trompe ou il ment, et lorsqu'il parle du couteau, cette fois il dit la vérité. C'est à n'y rien comprendre. La vérité c'est qu'un enquêteur sérieux, confronté à de telles sornettes : la gamine pas effrayée, qui ne demande même pas à rentrer,qui discute sur le bord du chemin (parce que les enquêteurs ont un problème de timing), qui tout d'un coup se met à crier sans raisons, le couteau qu'on sort de la poche sans savoir pourquoi il s'y trouve....

J'en passe et des meilleures.

C'est tous les aveux qu'il faut rejeter. Tous et regarder les constatations.

Et là effectivement, on se heurte aux incohérences du témoignage Aubert, ce qu'ils disent aux policiers n'a strictement aucun sens. Ils auraient vu la gamine à quelques mètres ? Et elle ne serait pas venue vers eux, alors que par ailleurs il semble ne pas la contraindre ? Enlevée par un inconnu, montée dans une voiture alors que son père n'en possède pas, victime d'un accident ? Ils auraient vu Ranucci la faire descendre, ils auraient entendu sa voix "fluette" et ils ne l'entendraient pas crier alors qu'on l'égorge à vingt mètres.
Non, s'il n'y avait que cette question de porte bloquée, on pourrait essayer d'y croire. Mais l'ensemble de ce témoignage recèle de très fortes incohérences.

Et on en revient toujours au même point : pour faire entrer l'accusation dans les constatations, on est obligé de tordre, de retordre les élements. Et malgré cela, rien ne coïncide vraiment.

Le ravisseur n'avait pas de lunettes dit Jean Rambla, alors on est obligé de dire qu'il faisait beau et que donc peut-être, Ranucci avait sans raison, malgré sa myopie qui n'est pas anodine (voir flou à partir de 33 cm, c'est voir assez flou à 5 mètres et ne pas reconnaître où on est, enlevé ses lunettes, pour les remettre dans la voiture).

Les Aubert voient un type qui fait sortir la gamine, mais comme la voiture n'a que deux portes, c'est que la portière n'était pas bloquée. Oui mais comme on constate qu'elle est bloquée, alors on dit qu'elle n'était pas tout à fait bloquée même si elle l'était.

La vérité c'est que les choses ne vont pas si bien que cela pour l'accusation. Alors écrire un bouquin qui porte pour titre : Ranucci coupable, c'est prendre beaucoup de risques. Tout de même.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 10:45 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:07
Messages : 579
Localisation : AIX EN PROVENCE
Gihel a écrit :
Vous nous faites là un formidable aveu.
Réponse : Le fait de dire quelque chose qui est connu de tous les spécialistes n’est pas un aveu. Mais vous vous prenez tellement pour un spécialiste de tout et c’est là que votre folie ressort, que lorsqu’on vous dit quelque chose qui est banal finalement, pourvu qu’on soit « spécialiste » de la question, vous tombez des nues et vous poussez des cris !
Alors votre histoire d’aveu vous pouvez la remettre dans votre panier.

Gihel a écrit :
Pourquoi dire que certaines choses seraient vraies lors des aveux et d’autres fausses ?
Réponse : parce que cela crève les yeux sauf pour ceux qui ont les neurones coincés.

1) Lorsque CR indique qu’il va voir un copain de régiment qui habite près de la cité Sainte Agnès et qu’on constate que ce copain de régiment existe bien et habite bien à cet endroit, c’est que ce qu’il a dit est vrai.

2) Lorsque CR dessine le plan de la cité Sainte Agnès avec la murette qui crevait les yeux dessus et qu’on constate que ce plan correspond (rue qui monte, herbe, murette, etc…) c’est que ce qu’il dit est vrai. Alors là, pour les fatigués du bulbe qui veulent à tout prix que CR soit innocent il y’a deux solutions :
- le plan ne correspond pas et surtout CR n’a pas dessiné le platane. A la bonne affaire ! CR n’a pas fait de botanique ce jour-là ? Il aurait dû s’intéresser aux arbres ! Mais non, il ne s’interessait qu’aux petites filles apparemment…
- devant cette version débile pour tous ceux qui sont allés sur les lieux avec le plan dans les mains, les rédacteurs de la demande en révision de 1990 qui n’hésitent pas à parler de Simca Aronde et de truquer les mots d’une phrase de monsieur MARTINEZ pour lui faire dire autre chose que ce qu’il a dit, ont trouvé une autre version qui mériterait d’aller en correctionnelle :
C’est l’inspecteur divisionnaire PORTE qui lui a indiqué ce qu’il fallait mettre sur le plan. Mais dans ce cas l’ID PORTE a oublié de lui indiquer qu’il y’avait un platane, c’est donc la preuve flagrante qu’on pouvait oublier ce platane. Et pourquoi on l’a oublié. Parce que tout simplement, ce platane on s’en tamponne. Le reste du plan est assez explicite pour désigner les lieux. Il suffit d’aller sur place avec.

3) Lorsqu’il indique où se trouve le couteau et qu’on trouve le couteau à l’endroit qu’il vient d’indiquer, on est obligé de déduire que ce qu’il dit est vrai.

Lorsqu’il raconte que la portière était bloquée il ne ment pas, il ne comprend pas pourquoi les policiers lui cassent les pieds avec une histoire qui, à côté des aveux qu’il vient de faire du meurtre d’une fillette, lui paraît insignifiante et bon, si ça fait plaisir aux policiers, la portière était bloquée. C’est connu par tous les spécialistes.

La gamine pas effrayée : elle vient de passer un long moment avec CR qui a été très gentil avec elle. C’est le grand copain gentil. Elle n’a aucune raison d’avoir peur de lui. Il vient de lui dire qu’il la ramenait chez elle. Il vient de lui donner des bonbons (C’est ce qu’il raconte aux psychiatres) Après l’accident, il doit la rassurer, n’aie pas peur, ce n’est rien, etc…
Lorsqu’il la tire par la main, il faut le temps qu’elle se rende compte que la situation devient critique .(deux ou trois secondes). Tout d’abord elle doit être tirée assez fortement car CR n’a qu’une idée en tête, c’est de disparaître avec elle, qu’on ne le voit pas avec elle. Mais quand elle arrive dans les fourrés (j’y étais hier après-midi encore) elle est piquée aux jambes, perd son sabot et se retrouve à marcher sur des cailloux. Et elle se met à crier . Pour vous ça devient : elle crie tout d’un coup sans raison. Pour écrire des choses pareilles, c’est que votre niveau de compréhension est nul. Ce que j’écris a déjà été écrit. Mais vous ne comprenez rien vous ne retenez rien et quoi qu’on dise vous dites qu’on ne répond pas aux questions.
Quand vous écrivez dans votre post : « C’est à n’y rien comprendre », vous pouvez vous abstenir d’écrire ça, on a bien vu depuis longtemps que vous ne compreniez rien. Vous ne comprenez qu’une chose, c’est que quoi qu’on dise, cela va dans le sens de l’innocence de CR. Qu’il y’ait peu de sang sur le pantalon ou qu’il y’en ait trop vous trouverez toujours un raisonnement débile pour montrer que cela innocente CR. Cela me rappelle des email que vous m’aviez envoyés il y’a longtemps…
La gamine n’a pas été enlevée comme vous dites : elle a accepté de faire un tour en voiture, au début pour chercher un petit chien.
Les policiers n’ont pas de problème de timing, c’est CR qui leur dit qu’il s’est arrêté pour fumer une cigarette et discuter avec la fillette. Et ils le notent. C’est tout. Vous n’étiez pas dans le bureau des policiers quand CR a avoué, alors ne les insultez pas.
Le couteau qu’on sort de sa poche sans savoir pourquoi il s’y trouve : c’est votre inexpérience qui vous fait dire une chose pareille. Questionnez un policier pour savoir combien de personnes par an sont interpellées avec un couteau à cran d’arrêt dans la poche (le port est interdit) et après vous pourrez venir sur un forum discuter sans dire des âneries.
Jean RAMBLA n’a jamais dit que le ravisseur n’avait pas de lunettes, ça c’est vous qui l’inventez, relisez l’audition de Jean RAMBLA et vous viendrez discuter ensuite sur le forum. Et puis relisez l’audition de M. GUAZZONE qui ne signale pas les lunettes dans le signalement qu’il donne de CR. Ca veut dire que ce n’était pas CR ? Vous allez en sortir longtemps des sornettes comme ça ?
Pour ce que je raconte sur la myopie, c’est quelque chose que j’expérimente moi-même. Et vous allez me dire que cela n’existe pas ? Comme ceux qui me racontent que les chambres à gaz n’ont jamais existé ?
Les Aubert voient un type qui fait sortir la gamine…..les Aubert relèvent le numéro de la voiture a deux mètres de la plaque d’immatriculation et ce n’était pas CR ?
Avant d’écrire quelque chose et de se faire passer pour quelqu’un de sérieux, on vérifie ce qu’on écrit.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 11:36 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:53
Messages : 5704
J'ai fait des recherches sur des bouquins et auprès des gendarmes et jamais on ne m'a répondu qu'ils écrivaient paquet quand on leur parlait d'enfant, ils trouvaient même ça déplacé.

Et là on se retrouve dans la même configuration que le reste, pourquoi trouvez-vous des excuses, plus ou moins risibles, pour des faits qui iraient plutôt dans le sens de l'innocence et aucune pour ceux qui iraient dans l'autre sens.

Dans leur première déclaration, les Aubert disent voir l'homme monter le talus donc ils ne le voient pas sortir de la voiture. Si c'est la vraie version peut-être qu'effectivement Ranucci est sorti du côté gauche non?

Sinon pour le reste il faudra m'expliquer pourquoi vous ne prenez pas tous les éléments pour essayer de nous convaincre.
Pour le plan de l'enlèvement il aurait dessiner un arbre, même s'il n'y connait rien en botanique, il aurait pu indiquer les garages, mais il ne les a peut-être pas vu :roll: , et vous dîtes qu'il s'intéresse qu'au gamine ce qui est faux, relisez ses aveux.
Pour le couteau c'est pareil, je n'ai pas réussi de reproduire les dires de Ranucci et je ne suis pas le seul, et on ne sait même pas si c'est l'arme du crime, rien nous le prouve scientifiquement

Citation :
Qu’il y’ait peu de sang sur le pantalon ou qu’il y’en ait trop vous trouverez toujours un raisonnement débile pour montrer que cela innocente CR

Vous faîtes exactement pareil, le coup du paquet en enfant, la couleur bleu sombre foncée noir, la portière...........


Citation :
Il vient de lui donner des bonbons (C’est ce qu’il raconte aux psychiatres)

On a retrouvé le paquet de bonbon? et est-ce qu'elle les a mangé?
(Ah oui des questions sont la pupart du temps une phrase se finissant par des "?")

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 11:37 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Gérard B a écrit :
Gihel a écrit :
Vous nous faites là un formidable aveu.
Réponse : Le fait de dire quelque chose qui est connu de tous les spécialistes n’est pas un aveu. Mais vous vous prenez tellement pour un spécialiste de tout et c’est là que votre folie ressort, que lorsqu’on vous dit quelque chose qui est banal finalement, pourvu qu’on soit « spécialiste » de la question, vous tombez des nues et vous poussez des cris !
Alors votre histoire d’aveu vous pouvez la remettre dans votre panier.


Je la remets d'autant moins dans le panier que vous nous suggérez que l'interrogatoire durant ces dix-neuf heures a été plutôt musclé et qu'à la fin Ranucci racontait n'importe quoi pourvu qu'on le laissât tranquille. DOnc les aveux partent d'eux-mêmes à la poubelle.

Gérard B a écrit :
Gihel a écrit :
Pourquoi dire que certaines choses seraient vraies lors des aveux et d’autres fausses ?
Réponse : parce que cela crève les yeux sauf pour ceux qui ont les neurones coincés.

1) Lorsque CR indique qu’il va voir un copain de régiment qui habite près de la cité Sainte Agnès et qu’on constate que ce copain de régiment existe bien et habite bien à cet endroit, c’est que ce qu’il a dit est vrai.


Le problème c'est que Ranucci, on le sait maintenant, arrive à Marseille non pas le 3 au matin, comme il le prétend lors de sa garde-à-vue, mais le 2 au soir. Donc pourquoi attendre le matin pour aller chercher un "copain de régiment" et ne pas le faire le 2 au soir ? Après, il va traîner seul dans les bars, donc c'est qu'il est désoeuvré et qu'il avait tout le temps de chercher ce copain la veille. La matin, il peut supposer que cet ami dort, c'est férié. D'autant plus que Christian Ranucci revient d'Allauch, donc que vient faire cette histoire de "copain de régiment" ? Rien du tout, c'est tout ce que l'on a trouvé pour démontrer que Ranucci pouvait se trouver là à ce moment là. Mais en vérité, c'est idiot.

Gérard B a écrit :
2) Lorsque CR dessine le plan de la cité Sainte Agnès avec la murette qui crevait les yeux dessus et qu’on constate que ce plan correspond (rue qui monte, herbe, murette, etc…) c’est que ce qu’il dit est vrai. Alors là, pour les fatigués du bulbe qui veulent à tout prix que CR soit innocent il y’a deux solutions :
- le plan ne correspond pas et surtout CR n’a pas dessiné le platane. A la bonne affaire ! CR n’a pas fait de botanique ce jour-là ? Il aurait dû s’intéresser aux arbres ! Mais non, il ne s’interessait qu’aux petites filles apparemment…


Vous nous démontrez par la suite le contraire, il ne s'intéressait pas aux petites filles, il cherchait quelqu'un "pour aller se promener" dites-vous. Alors un jour il faudra savoir : ou bien il est là pour partir à la chasse aux petites filles pour abuser d'elles, ou il cherche une compagnie pour "aller se promener". Un jour il faudra peut-être savoir.

C'est facile, lorsque Ranucci s'accuse, ce qu'il dit est vrai. Mais à chaque fois on vous redis la même chose : comment Ranucci peut-il dessiner un plan où ne figure pas le rond point ni la rue qui y mène puisque visiblement le ravisseur s'est placé de telle façon qu'il n'ait pas à faire de manoeuvre pour repartir et qu'il n'ait pas à s'arrêter après l'enlèvement, afin bien évidemment d'empêcher l'enfant de descendre. Tout ce qu'il y a sur le plan, ce sont des choses que les policiers savent, donc de là à penser qu'on l'a forcé à dessiner à coups de matraques sur le crâne, il n'y a qu'un pas que nous sommes désolés de franchir. Au bout de 19h de garde-à-vue, on fait n'importe quoi, et c'est vous qui le dites.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 12:05 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Gérard B a écrit :
- devant cette version débile pour tous ceux qui sont allés sur les lieux avec le plan dans les mains, les rédacteurs de la demande en révision de 1990 qui n’hésitent pas à parler de Simca Aronde et de truquer les mots d’une phrase de monsieur MARTINEZ pour lui faire dire autre chose que ce qu’il a dit, ont trouvé une autre version qui mériterait d’aller en correctionnelle :
C’est l’inspecteur divisionnaire PORTE qui lui a indiqué ce qu’il fallait mettre sur le plan. Mais dans ce cas l’ID PORTE a oublié de lui indiquer qu’il y’avait un platane, c’est donc la preuve flagrante qu’on pouvait oublier ce platane. Et pourquoi on l’a oublié. Parce que tout simplement, ce platane on s’en tamponne. Le reste du plan est assez explicite pour désigner les lieux. Il suffit d’aller sur place avec.


Le seul problème c'est que Perrault dit, lui, que le commissaire Alessandra croyait que Ranucci avait dessiné le platane. Parce qu'on ne voyait que cela.


Gérard B a écrit :
3) Lorsqu’il indique où se trouve le couteau et qu’on trouve le couteau à l’endroit qu’il vient d’indiquer, on est obligé de déduire que ce qu’il dit est vrai.


On n'est d'autant moins obligé qu'on ne l'emmène pas sur les lieux, que les PV indiquent des choses bizarres qui viennent contredire cette version. Etc. etc.

Gérard B a écrit :
Lorsqu’il raconte que la portière était bloquée il ne ment pas, il ne comprend pas pourquoi les policiers lui cassent les pieds avec une histoire qui, à côté des aveux qu’il vient de faire du meurtre d’une fillette, lui paraît insignifiante et bon, si ça fait plaisir aux policiers, la portière était bloquée. C’est connu par tous les spécialistes.


C'est formidable, vous lisez maintenant dans ses pensées. Mais pourquoi sur la portière accepterait-il de dire n'importe quoi, comme pour la barrière, comme pour la nuit à Salernes, comme pour tant d'autres choses, et tout d'un coup pour le couteau, ce serait vrai... Si une partie est fausse, tout est à recommencer et il faut tout jeter.
On n'a aucune preuve que la portière n'était pas bloquée, et on peut même se persuader du contraire quand on voit le choc et la tôle froissée tout autour de la poignée. Qu'est-ce qui aurait pu bloquer la porte sinon l'accident ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 12:25 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Gérard B a écrit :
La gamine pas effrayée : elle vient de passer un long moment avec CR qui a été très gentil avec elle. C’est le grand copain gentil. Elle n’a aucune raison d’avoir peur de lui. Il vient de lui dire qu’il la ramenait chez elle. Il vient de lui donner des bonbons (C’est ce qu’il raconte aux psychiatres)


Ben voyons.

On atteint là au sublime. Vous pensez qu'une gamine qui se fait enlever de chez elle, qu'on emmène sur une route qui va tout droit dans un endroitt que le ravisseur connaît (donc ce ne peut pas être Ranucci, hé oui, désolé, ça ne marche pas) va trouver celui qui l'enlève sympathique ?
Vous pensez qu'elle croit qu'on la ramène chez elle alors que jamais il ne fait demi-tour ?

Ca ne vous vient pas à l'idée qu'elle pourrait au contraire avoir extrêmement peur ? Qu'elle était vraisemblablement plongée dans un mutisme le plus absolu, d'autant que dans ce genre de situation, le type n'a pas du tarder à caresser les cuisses ou autre. La gamine devait être morte de trouille. Tétanisée.

Mais non, Ranucci était très gentil paraît-il, mais alors pourquoi 15 coups de couteau ? D'où proviendrait cette rage puisqu'il n'a ni mauvaise intention, ni ne profère de menaces ?

Voilà encore une incohérence de l'accusation. Et on ne parle pas de détail là.

Il y a dans le film de Delestrade qui s'appelle : "qui a tué Cécile Bloch ?" une interview d'une fille qui s'est faite enlever à l'age de douze ans par un pédophile du genre de celui qui nous occupe, et elle, elle dit qu'elle était terrorisée, et qu'elle ne disait strictement rien. Elle dit qu'elle a eu la vie sauve parce qu'elle a accepté les relations sexuelles qu'il lui imposait.

Donc non, on se moque du monde là. La gamine ne peut pas être en confiance alors qu'elle sait que sa mère l'attend et qu'elle voit qu'on s'éloigne de chez elle à ce point. Et si elle est en confiance elle doit insister lourdement pour qu'on la ramène.

Mais à mon avis, elle n'a pas du dire un seul mot. Elle s'est rendue compte que c'était grave et qu'elle avait en quelque sorte désobéi à ses parents. On ne mesure pas assez le degré de culpabilité que développent les enfants placés dans de telles conditions.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 12:46 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Gérard B a écrit :
Après l’accident, il doit la rassurer, n’aie pas peur, ce n’est rien, etc…
Lorsqu’il la tire par la main, il faut le temps qu’elle se rende compte que la situation devient critique .(deux ou trois secondes). Tout d’abord elle doit être tirée assez fortement car CR n’a qu’une idée en tête, c’est de disparaître avec elle, qu’on ne le voit pas avec elle. Mais quand elle arrive dans les fourrés (j’y étais hier après-midi encore) elle est piquée aux jambes, perd son sabot et se retrouve à marcher sur des cailloux.



C'est surtout que le scénario que l'on nous propose :
1/ ne correspond pas aux constatations
2/ est incohérent

Elle en met du temps à se rendre compte que la situation devient critique. Ranucci essaierait de la rassurer ? Mais comment ? Il est lui-même sonné.
Il fait n'importe quoi, la preuve il s'arrête au vu et au su de tout le monde au bord d'une nationale au lieu d'enfiler le premier chemin venu pour se cacher. Avouez qu'il fait n'importe quoi, donc, il ne peut pas rassurer la gamine, il est préoccupé par autre chose.

Quand Mme Aubert dit que la gamine n'était pas effrayée, on rigole pour ne pas pleurer devant tant de bétise crasse. Cette femme raisonne à l'envers en plus d'être inconséquente.
Et vous nous dites : elle met deux ou trois secondes à se rendre compte. Mais il faut le temps que Ranucci descende, qu'il fasse le tour, qu'il ouvre la portière. Cela fait plus de trois secondes ça.
Et quand elle descend, elle voit les Aubert arriver : formidable, elle se précipite vers eux...

Ah ben non, Ranucci la tire dans les fourrés et elle perd sa chaussure, comme cela, plouf...
Comment tous ces gens peuvent-ils prétendre qu'elle n'est pas effrayée, et Ranucci lors de ses aveux, et les Aubert devant Alessadra ? Tout prouve le contraire, vous nous le dites vous-même : elle perd sa chaussure et elle se pique. Donc les Aubert mentent, donc leur témoignage ne vaut strictement rien. C'est tout.

Gérard B a écrit :
Et elle se met à crier . Pour vous ça devient : elle crie tout d’un coup sans raison. Pour écrire des choses pareilles, c’est que votre niveau de compréhension est nul. Ce que j’écris a déjà été écrit. Mais vous ne comprenez rien vous ne retenez rien et quoi qu’on dise vous dites qu’on ne répond pas aux questions.


Ben ce n'est pas pour moi, voici les aveux de Ranucci, ce tissu d'âneries qu'ont inventées les enquêteurs pour rafistoler une enquête qu'ils ne veulent en fait pas faire : " La petite fille a sauté un caniveau; j'ai également sauté ce caniveau; j'ai pris la main de la petite fille et nous avons parcouru ensemble une courte distance et nous nous sommes retrouvés en haut du talus. Je vous précise que j'ai dû aider la petite à grimper le talus. J'ai dû la tirer par la main."

- Pourquoi l'avoir tirée par la main?
Pour l'aider à monter le talus. La petite n'a pas manifesté de signes d'inquiétude, je l'affirme. Arrivés sur le talus, l'enfant s'est mise à crier, elle ne voulait plus me suivre, elle devait être effrayée suite à l'accident."


Effectivement mon niveau de compréhension de tels aveux est nul. Il dit qu'il l'aide à monter le talus, qu'elle n'est pas effrayée JE l'AFFIRME et soudain qu'elle se met à crier, à propos de quoi ? de l'accident qui a eu lieu bien avant... C'est délirant. Les enquêteurs écrivent des choses proprement délirantes.

Ou elle est effrayée, ou elle ne l'est pas.

Dans les aveux en fait elle est effrayée quand cela arrange l'accusation et elle ne l'est plus quand cela arrange le témoignage Aubert. Mais comment peut-on croire à de telles choses ?

Si elle perd sa chaussure c'est qu'au moins elle est effrayée, donc le témoignage Aubert tombe de lui-même, c'est incohérent.

Et je dois conclure que les constatations amènent à penser que non seulement la gamine était extrêmement effrayée de ce qui arrivait, mais qu'en plus elle était en train de s'enfuir et que donc la voiture du ravisseur ne pouvait pas se trouver à cet endroit.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 13:14 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 09 janv. 2004, 20:17
Messages : 5301
Gérard B a écrit :
Quand vous écrivez dans votre post : « C’est à n’y rien comprendre », vous pouvez vous abstenir d’écrire ça, on a bien vu depuis longtemps que vous ne compreniez rien. Vous ne comprenez qu’une chose, c’est que quoi qu’on dise, cela va dans le sens de l’innocence de CR. Qu’il y’ait peu de sang sur le pantalon ou qu’il y’en ait trop vous trouverez toujours un raisonnement débile pour montrer que cela innocente CR. Cela me rappelle des email que vous m’aviez envoyés il y’a longtemps…


Oui, à l'époque je n'avais pas percuté le coup du pantalon qu'on vient chercher en lousdé dans le garage. Désolé.

En fait je suis comme Dalakhani, j'attends qu'on réponde à un certain nombre d'incohérences qui figurent dans ce dossier et je dois constater que vous martelez trois choses :

1/ il est indécent de défendre un assassin, donc il est a priori coupable, comme cela, c'est plus facile,
2/ vous insultez les enquêteurs, vous irez en correctionnelle, pas touche aux institutions, elles ne déconnent jamais, confer Outreau et le reste...
3/ Tout a déjà été démontré, circulez il n'y a rien à voir.

Ben oui cela ne marche pas. J'attends des réponses à mes interrogations. Et je ne les ai pas.

Gérard B a écrit :
La gamine n’a pas été enlevée comme vous dites : elle a accepté de faire un tour en voiture, au début pour chercher un petit chien.


Aux yeux de la loi, c'est un enlèvement et une séquestration et à l'époque c'était puni de mort lorsque la mort s'ensuivait. Vous ne pouvez pas ignorer ce qui a constitué l'acte d'accusation contre Ranucci.
La gamine est donc particulièrement conne. Parce qu'elle fait une drôle de gueule la recherche du chien, on enquille une rocade direct et on va tout droit, sans rien regarder.

Donc la recherche du chien, le prétexte n'a duré que le temps de monter dans la voiture. En bas, au rond-point, elle avait compris, ou alors elle était gogol. Sur la rocade, elle pensait qu'on cherchait un chien ? Mais non, elle a bien qu'on l'enlevait et que c'était pas pour jouer. Donc le coup de la promenade, à d'autres.

Gérard B a écrit :
Les policiers n’ont pas de problème de timing, c’est CR qui leur dit qu’il s’est arrêté pour fumer une cigarette et discuter avec la fillette. Et ils le notent. C’est tout. Vous n’étiez pas dans le bureau des policiers quand CR a avoué, alors ne les insultez pas.


La teneur des aveux suffit à déconsidérer leur travail dans cette affaire, malheureusement.

Comme cela se trouve, il faut pouvoir relier 10h50 (enlèvement) et 12h15
(accident) alors que le trajet dure une demi-heure. Problème de timing malgré ce que vous nous dites, il y a une demi heure de trop. Alors Ranucci s'arrête et la gamine ne souhaite même plus rentrer chez elle alors que sa mère doit s'inquiéter. C'est formidable ! La psychologie humaine revue par les enquêteurs en mal d'aveux. C'est extraordinaire.

Elle ne s'enfuit pas ? Elle ne cherche pas du secours auprès de quelqu'un ?
La vérité, c'est qu'il ne peut pas y avoir d'arrêt et que le trajet jusqu'à la pomme s'est fait d'une traite. Et que la première fois que la voiture s'est arrêtée, la gamine a tenté de s'échapper, d'où le meurtre rageur d'un psychopathe.


Gérard B a écrit :
Le couteau qu’on sort de sa poche sans savoir pourquoi il s’y trouve : c’est votre inexpérience qui vous fait dire une chose pareille. Questionnez un policier pour savoir combien de personnes par an sont interpellées avec un couteau à cran d’arrêt dans la poche (le port est interdit) et après vous pourrez venir sur un forum discuter sans dire des âneries.


Oui mais enfin, quand on arrête ce genre de personnes, on ne leur demande pas parce que l'on connaît leurs motivations et qu'on a affaire à des loubards qui viennent d'agresser une mémé ou d'attaquer une banque, mais Ranucci ? Ce pauvre jeune homme qui est tout sauf un loub, qui n'a lui, aucune raison de détenir de telles armes, on ne lui demande rien ? Ben non.

Par ailleurs, fort heureusement, ces couteaux ne servent pas tous les jours à trucider les fillettes.

Le port interdit aggrave le cas des enquêteurs, il aurait dû être poursuivi pour cela aussi et on aurait dû d'autant plus enquêter sur sa provenance. Ce qu'on n'a pas fait. Comme c'est bizarre.

Gérard B a écrit :
Jean RAMBLA n’a jamais dit que le ravisseur n’avait pas de lunettes, ça c’est vous qui l’inventez, relisez l’audition de Jean RAMBLA et vous viendrez discuter ensuite sur le forum. Et puis relisez l’audition de M. GUAZZONE qui ne signale pas les lunettes dans le signalement qu’il donne de CR. Ca veut dire que ce n’était pas CR ? Vous allez en sortir longtemps des sornettes comme ça ?


Le problème c'est qu'il n'a pas dit qu'il en avait, alors qu'on ne voit que cela sur sa figure. Et que pour les confrontations, on a enlevé les lunettes de Ranucci, donc c'est que l'on pensait bien que lors de l'enlèvement, Ranucci ne portait pas de lunettes. Mais le problème c'est qu'il ne voit pas sans et que conduire sans dans un endroit qu'on ne connaît pas est la dernière des choses à faire, surtout si on se risque à enlever des gamines.

Le problème c'est que Guazzone, on était sûr qu'il reconnaîtrait Ranucci, il ne dit pas que Ranucci ne porte pas de lunettes.


Gérard B a écrit :
Pour ce que je raconte sur la myopie, c’est quelque chose que j’expérimente moi-même. Et vous allez me dire que cela n’existe pas ? Comme ceux qui me racontent que les chambres à gaz n’ont jamais existé ?


Mais on parle de quoi là ? Que viennent faire les chambres à gaz dans une histoire de guillotine ? Je ne vois pas.

Alors si c'est votre expérience, je ne dis plus rien. Moi je ne suis pas assez myope, désolé.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 14:41 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 02 févr. 2004, 23:53
Messages : 5704
Je crois qu'un petit récapitulatif sur l'affaire PAPPALARDO est nécessaire, parceque vu comme ça encore une fois sans tout les évènements il est difficile de se faire une idée des dires de Gérard.

Elle se passe le 15 Avril 1974 à Marseille, alors que Ranucci habite Nice et qu'aucune recherche n'a été effectué pour savoir où il se trouvait à cette époque, et la victime le petit Patrice ne reconnait pas Ranucci quand on lui montre.
Le 16 Avril cet homme se trouve toujours à Marseille et c'est là que le père le reconnait, sur les dires de son enfant, avant que l'individu ne prenne la fuite.
D'ailleurs dans sa plainte du 16 Avril, le père de la victime décrit l'auteur comme étant "un jeune homme de 17 à 18 ans, cheveux chatains clairs mesurant 1m72" et on entend pas parler de lunettes, qui apparaissent le 15 Juin"il portait des lunettes comme sur la photo", jour où la photo de Ranucci et son affaire font les grands titres des journaux.


Voilà après ça on va croire que c'est Ranucci qui est l'auteur de cet évènement

_________________
grruuuuuuiiiiiiiiiiiccccccckkkkkkkkkkk
Membre du conseil de l'ordre des marabouts de la forêt sacrée en Afrique de l'Ouest


Haut
   
 Sujet du message : message
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 16:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 16 mai 2004, 14:44
Messages : 154
Localisation : region parisienne
bonjour,


Pour faire suite à Dalakhani, l'homme décrit mesurait environ 1 mètre 72 et paraissait avoir 17 ou 18 ans. Or, Christian avait 20 ans, mesurait 1 mètre 76 pour 72 kilos, une silhouette élancée.


Ce témoignage est révélateur de grandes differences !!

au revoir, à plus
thierry


Haut
   
 Sujet du message : Re: message
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 17:25 
senormeteo2000 a écrit :
bonjour,


Pour faire suite à Dalakhani, l'homme décrit mesurait environ 1 mètre 72 et paraissait avoir 17 ou 18 ans. Or, Christian avait 20 ans, mesurait 1 mètre 76 pour 72 kilos, une silhouette élancée.


Ce témoignage est révélateur de grandes differences !!

au revoir, à plus

thierry


ranucci mesurait 1.76 m ,l'homme décrit 1.72 m, de loin je défie quiconque de faire une différence de 4 cm.

17 ans 18 ans un jeune homme, Ranucci a 20 Ans, ah! on n'est plus un jeune homme à cet âge???


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 17:33 
Dans histoire d'un jour, on nous dit que ce n'était pas la 1ere fois que Ranucci accostait des enfants.Que penser de cette émission???? Ils mentent dites moi?

Ranucci était représentant de commerce, je suppose qu'il prospectait autre part qu'a Nice, rien n'est moins sur, qu'il ne connaissait pas Marseille
comme beaucoup le prétendent.


Haut
   
 Sujet du message : message
Message non luMessage posté... : 10 mars 2005, 17:42 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 16 mai 2004, 14:44
Messages : 154
Localisation : region parisienne
Rebonjour Régine,

les faits évoqués dans cette émission ne concernent pas Christian, les enfants ne l'ont pas reconnu.

(affaire Papalardo et Szpinek).

au revoir
thierry


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 198 messages ]  Aller à la page 1 2 3 4 514 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com