Nous sommes le 15 mai 2021, 23:13

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4
Auteur Message
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 avr. 2010, 20:40 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Je ne sais pas qui fait ici un excès de language. Voyons plutôt ce que dit la physique.

Ils n'ont pas été télé-transportés à la sortie du virage, ils y sont arrivés à une certaine allure et avec une certaine inertie. A 50 km/h, ils parcourent 14 m par seconde, à 60 km/h 17 m. Quand ils sortent du virage et aperçoivent la voiture, avant de freiner s'écoule une seconde donc de 14 à 17 m, ils ne sont plus qu'à moins de 50 m et Aubert n'a pas encore touché le frein.

Comment fait-on pour caser tout ce qu'ils disent dans les 4 secondes (on peut ajouter la seconde du temps de réaction pour faire 5 secondes pour être large) qui restent pour arriver à la hauteur de la 304:
- Ranucci sort par la portière conducteur
- il fait le tour de la voiture
- ouvre la porte passager
- extrait la fillette
- ils sautent le fossé

Quand enfin Aubert arrive à la hauteur de la 304, après cette suspension miraculeuse du temps, il voit comment le fugitif s'enfonce dans les broussailles.

A combien faut-il abaisser l'allure des Aubert pour que cela devienne possible? A 40, 30 ou 20 km/h. Ce n'est plus de l'excès de language, c'est du mensonge caractérisé.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 avr. 2010, 20:50 
Citation :
Très bien. On aurait donc que Martinez ment depuis trente ans. Pourquoi donc ? Par sa propre initiative ou est-il poussé à le faire pour que le témoignage des Aubert continue à tenir debout ?
Vous l'avez dit vous-même plus haut.
La mascarade se déroule le 6 à l'Evêché. M Martinez et les Aubert sont influencés par les policiers et ils en rajoutent.
Il est possible que M Aubert n'ait jamais dit à M Martinez qu'il avait vu le type s'enfuir avec un gosse dans la colline et donc M Martinez n'en a pas parlé aux gendarmes. Dans sa déclaration, il n'en fait pas état.
Mais ça n'implique pas automatiquement qu'il n'en ait pas vu.
Citation :
- la description des faits par M. Aubert contient un bon nombre de contradictions et d'impossibilités physiques et géographiques
là, comme vous le savez, nous divergeons sur l'appréciation de ces impossibilités.
Citation :
- Ranucci ne fut reconnu par aucun des Aubert de manière régulière
tout à fait.
Et c'est un point qui permet d'envisager qu'ils aient pu voir un autre homme que C Ranucci.
Citation :
- Martinez non plus, ne pourra reconnaitre Ranucci, on le lui présentera.
c'est moins grave que pour les Aubert.
Rien ne dit qu'il lui était impossible de le reconnaitre, leurs regards se sont croisés.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 avr. 2010, 20:51 
Citation :
Très bien. On aurait donc que Martinez ment depuis trente ans. Pourquoi donc ? Par sa propre initiative ou est-il poussé à le faire pour que le témoignage des Aubert continue à tenir debout ?
Vous l'avez dit vous-même plus haut.
La mascarade se déroule le 6 à l'Evêché. M Martinez et les Aubert sont influencés par les policiers et ils en rajoutent.
Il est possible que M Aubert n'ait jamais dit à M Martinez qu'il avait vu le type s'enfuir avec un gosse dans la colline et donc M Martinez n'en a pas parlé aux gendarmes. Dans sa déclaration, il n'en fait pas état.
Mais ça n'implique pas automatiquement qu'il n'en ait pas vu.
Citation :
- la description des faits par M. Aubert contient un bon nombre de contradictions et d'impossibilités physiques et géographiques
là, comme vous le savez, nous divergeons sur l'appréciation de ces impossibilités.
Citation :
- Ranucci ne fut reconnu par aucun des Aubert de manière régulière
tout à fait.
Et c'est un point qui permet d'envisager qu'ils aient pu voir un autre homme que C Ranucci.
Citation :
- Martinez non plus, ne pourra reconnaitre Ranucci, on le lui présentera.
c'est moins grave que pour les Aubert.
Rien ne dit qu'il lui était impossible de le reconnaitre, leurs regards se sont croisés.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 avr. 2010, 21:08 
Citation :
Comment fait-on pour caser tout ce qu'ils disent dans les 4 secondes (on peut ajouter la seconde du temps de réaction pour faire 5 secondes pour être large) qui restent pour arriver à la hauteur de la 304:
- Ranucci sort par la portière conducteur
- il fait le tour de la voiture
- ouvre la porte passager
- extrait la fillette
- ils sautent le fossé

Quand enfin Aubert arrive à la hauteur de la 304, après cette suspension miraculeuse du temps, il voit comment le fugitif s'enfonce dans les broussailles.

A combien faut-il abaisser l'allure des Aubert pour que cela devienne possible? A 40, 30 ou 20 km/h. Ce n'est plus de l'excès de language, c'est du mensonge caractérisé.
vous faites une erreur.
Les Aubert n'ont jamais dit qu'ils avaient vu tout ce que vous dites.
Ils n'ont pas vu le type sortir côté conducteur, ni faire le tour de la voiture et ni ouvrir la portière droite.
A l'Evêché, ils disent avoir vu un type sortir un enfant quand ils arrivent à hauteur de la 304.

Pour moi, le truc qui cloche et c'est ce qui me fait penser qu'ils en ont rajouté, c'est qu'ils sont à hauteur de la 304 quand ils prétendent voir le type sortir l'enfant qu'ils vont entendre parler et pourtant ils sont incapables de dire si c'était un garçon ou une fille.
Le témoignage de M Aubert à la gendarmerie le 5 me parait plus crédible.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 10 avr. 2010, 21:49 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Citation :
Vous l'avez dit vous-même plus haut.
La mascarade se déroule le 6 à l'Evêché. M Martinez et les Aubert sont influencés par les policiers et ils en rajoutent.
Il est possible que M Aubert n'ait jamais dit à M Martinez qu'il avait vu le type s'enfuir avec un gosse dans la colline et donc M Martinez n'en a pas parlé aux gendarmes. Dans sa déclaration, il n'en fait pas état.
Mais ça n'implique pas automatiquement qu'il n'en ait pas vu.
Mais ça implique qu'il n'en ait pas parlé avant le 6 et ceci joint au paquet consigné par les gendarmes jette un énorme doute sur le fait qu'il ait pu voir une fillette.
La conséquence est que ça permettra d'établir une limite à la fourchette horaire pour l'heure du crime. Un a priori de plus.

Vous rendez-vous compte du cumul d'hypothèses psychologiques qu'il faut faire pour croire à la fillette des Aubert ?

Quant au ballet auquel les Aubert ont prétendu assister voilà ce qu'ils disent à l'Évêché, le 6:
Citation :
« J’ai constaté qu’aussitôt après l’accident, la Peugeot 304 prenait la fuite au lieu de s’arrêter. Ma femme et moi , avons été outrés de ce comportement et avons aussitôt décidé de prendre en chasse le véhicule qui s’enfuyait. La poursuite a été assez mouvementée car le conducteur s’est certainement aperçu qu’il était poursuivi ; il roulait donc très vite dans cette route tortueuse. Après avoir parcouru une distance de 1 à 2 kilomètres, la 304 Peugeot s’est immobilisée au bord de la route. A ce moment je me trouvais à deux ou trois cents mètres de lui. Je l’ai rejoint quelques secondes plus tard. Au moment où je suis arrivé à hauteur de la voiture, j’ai assisté à la scène suivante : J’AI VU CET INDIVIDU TIRER PAR LE BRAS UN ENFANT QUI SE TROUVAIT A L’INTERIEUR DU VEHICULE. JE ME SOUVIENS NOTAMMENT QUE CET ENFANT PORTAI UN SHORT OU UNE CULOTTE DE COULEUR BLANCHE. EN REVANCHE, JE DOIS VOUS DIRE QUE LES FAITS SE SONT DEROULES SI RAPIDEMENT QUE JE N’AI PAS REALISE DANS CE MOUVEMENT S’IL S’AGISSAIT D’UN GARCON OU BIEN D’UNE FILLE. L’INDIVIDU A TIRE L’ENFANT PAR LE BRAS, L’A TIRE DANS LES BROUSSAILLES QUI BORDAIENT LA ROUTE. A PARTIR DE CE MOMENT, JE N’AI PLUS VU L’INDIVIDU NI L’ENFANT QUI AVAIENT DISPARU DANS LES BROUSSAILLES. ----
Aubert déclare l'avoir vu s'arrêter alors qu'il se trouvait à 200 ou 300 m de la 304. Déjà, essayez de faire coller ça avec les lieux de la découverte du cadavre, vous m'en direz des nouvelles. Ensuite s'il le voit s'arrêter, il le voit descendre sinon expliquez-moi.

Par contre Mme Aubert aide mieux, elle déclare:
Citation :
Nous avons parcouru environ un kilomètre, et à la sortie d’un virage, nous nous sommes aperçus que la voiture s’était arrêtée et arrivés à sa hauteur, sans descendre de notre véhicule, j’ai constaté qu’un homme avait ouvert la portière droite et tirait un enfant par le bras. J’avais la vitre baissée. L’enfant était plaqué contre l’homme et je n’ai pu voir s’il s’agissait d’une fille ou d’un garçon. J’ai seulement entendu l’enfant déclarer : « QU’EST-CE QU’ON FAIT ? ». D’après l’intonation de la voix, je ne pense pas que l’enfant avait peur. A ce moment-là et très rapidement, l’homme a disparu dans les buissons avec l’enfant.
Bon très bien, elle contredit son mari, mais qu'a-t-elle constaté avant d'arriver à la hauteur de la 304? L'homme était-il figé contre la portière? D'où est-il sorti?

Devant la juge, le 10, Mme Aubert confirme mais ajoute:
Citation :
« Je dois dire que les faits s’étant produits pendant les vacances de Pentecôte - quand je parle de faits, je veux dire l’enlèvement – je n’ai pas, étant très occupée par mes enfants en vacances, écouté les nouvelles de sorte que c’est seulement le lendemain que j’ai appris qu’un enlèvement avait eu lieu. J’ai immédiatement fait le rapprochement entre l’enlèvement et l’homme et l’enfant que j’avais vus car vraiment le comportement de l’homme m’avait paru vraiment bizarre. ---


Or ce sont les gendarmes par le biais de la gendarmerie de Toulon qui l'ont contactée suite à l'appel de Martinez.

Mais M. Aubert remet la pagaille en disant devant la juge:
Citation :
Dans ma poursuite j’avais passé deux ou trois virages lorsque sortant de l’un de ceux-ci j’ai vu la 304 Peugeot s’immobiliser au bord de la route. J’ai vu le conducteur près de la portière côté passager ouvrir la portière de l’extérieur, tirer par le bras un enfant, l’entraîner hors du véhicule, sauter avec lui le caniveau bordant la route, grimper dans la colline dans les fourrés.
Alors, ils ont vu ou pas la voiture s'immobiliser ? Sur quels critères faire le tri quand il y a des mensonges et des contradictions aussi évidentes ?


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 avr. 2010, 11:22 
Citation :
Aubert déclare l'avoir vu s'arrêter alors qu'il se trouvait à 200 ou 300 m de la 304. Déjà, essayez de faire coller ça avec les lieux de la découverte du cadavre, vous m'en direz des nouvelles. Ensuite s'il le voit s'arrêter, il le voit descendre sinon expliquez-moi.
On a déjà discuté de ce point.
M Aubert a probablement exagéré les distances car à aucun endroit sur la rn8bis (entre le carrefour et la 2eme champignonnière), il n'y a une telle vision, donc effectivement M Aubert n'a pas le compas dans l'oeil !
Là, je me répète mais il brode il s'emballe et dit n'importe quoi avec l'aide des policiers.
C'est de l'invention, il fallait absolument qu'il ait vu tout ce qu'il raconte.

D'ailleurs, ils ont forcément du leur poser la question : "vous dites avoir vu la voiture s'arrêter, donc vous avez forcément vu le conducteur sortir ?"
si cela avait été le cas, alors les Aubert auraient forcément répondu que oui et cela aurait été noté et là adieu ce problème de portière gauche bloquée.
Mais non, il faut croire qu'ils ont répondu non parce qui'ls n'ont vu sortir personne de la 304.
Citation :
Par contre Mme Aubert aide mieux, elle déclare:
Citation:
Nous avons parcouru environ un kilomètre, et à la sortie d’un virage, nous nous sommes aperçus que la voiture s’était arrêtée et arrivés à sa hauteur, sans descendre de notre véhicule, j’ai constaté qu’un homme avait ouvert la portière droite et tirait un enfant par le bras. J’avais la vitre baissée. L’enfant était plaqué contre l’homme et je n’ai pu voir s’il s’agissait d’une fille ou d’un garçon. J’ai seulement entendu l’enfant déclarer : « QU’EST-CE QU’ON FAIT ? ». D’après l’intonation de la voix, je ne pense pas que l’enfant avait peur. A ce moment-là et très rapidement, l’homme a disparu dans les buissons avec l’enfant.
ça confirme que les Aubert n'ont pas vu d'homme sortir du véhicule stationné et l'on peut donc penser qu'ils ont raconté des histoires à propos de cette "poursuite mouvementée". Ils n'ont jamais eu en point de mire la 304. C'est du pipo !
Selon moi, quand ils sont sortis du virage, la 304 était stationnée, un homme était peut-être en train de sortir l'enfant de la 304, sinon plus probablement déjà en mouvement de fuite avec l'enfant.
Là, c'est beaucoup plus rapide, si les Aubert ont vu cela, ça dure 2 ou 3 secondes.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 avr. 2010, 12:01 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 3828
Localisation : Ile de France
Tout cela en admettant que ce soit bien une 304 qui soit stationnée le long de la route m???:

_________________
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 avr. 2010, 13:50 
je pense que l'on peut l'admettre dans la mesure où M Martinez dit bien dans sa déclaration du 3 juin que l'automobiliste (M Aubert) lui a donné le numéro d'immatriculation de la "204".


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 avr. 2010, 14:49 
Hors ligne
autres
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 12 juil. 2005, 21:20
Messages : 3828
Localisation : Ile de France
Mouais, je veux bien

_________________
http://www.presume-coupable.com


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 avr. 2010, 16:40 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Vous dites:
Citation :
Là, je me répète mais il brode il s'emballe et dit n'importe quoi avec l'aide des policiers.
C'est de l'invention, il fallait absolument qu'il ait vu tout ce qu'il raconte.
et,
Citation :
ça confirme que les Aubert n'ont pas vu d'homme sortir du véhicule stationné et l'on peut donc penser qu'ils ont raconté des histoires à propos de cette "poursuite mouvementée". Ils n'ont jamais eu en point de mire la 304. C'est du pipo !
Je me demande quel est le critère que vous suivez pour séparer le vrai du faux. J'ai plutôt l'impression que vous le faites à la bonne franquette pour protéger une hypothèse que vous voulez vraie. Rappelons-nous, que ce fut aussi, la méthode qu'à appliqué l'enquête avec les résultats que l'on connait: interprétations abusives et élaboration de fausses pièces à conviction. C'est pas grave, c'est pour la bonne cause.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 avr. 2010, 18:12 
Citation :
Vous dites:
[...]

Je me demande quel est le critère que vous suivez pour séparer le vrai du faux. J'ai plutôt l'impression que vous le faites à la bonne franquette pour protéger une hypothèse que vous voulez vraie.
Vous me forcez à me répéter mais je suis certain, et vous aussi il me semble, que sous l'influence et la protection policière, les Aubert en ont rajouté : la coursuite poursuite, la 304 en point de mire, l'enfant qui parle mais dont on ne sait pas si c'est un garçon ou une fille...tout ça c'est du pipo.

sur la distance parcourue par les Aubert pour rattraper la 304, nous avons :
- le 3 juin à Gréasque, M Martinez rapporte que selon M Aubert, la voiture était stationnée à environ 1km.
- le 5 à la gendarmerie de Roquevaire, M Aubert dit qu'il a parcouru environ 1km.
- le 6 juin à l'Evêché, M Aubert parle d'une distance de 1 à 2km.
- le 6 juin à L'Evêché Mme Aubert parle d'une distance d'environ 1km

Il me semble difificile d'affirmer comme vous le faites qu'il est impossible que C Ranuci se soit arrêté dans la portion de route où se trouve le Lieu du crime situé à environ 700 mètres du carrefour.

L'absence de PV de tapissage peut tout à fait laisser penser que les Aubert n'ont pas reconnu C Ranucci parce qu'ils ont peut-être vu un homme plus grand ou un homme ne portant pas de lunettes ou un homme aux cheveux plus courts ou plus raides.
Citation :
Rappelons-nous, que ce fut aussi, la méthode qu'à appliqué l'enquête avec les résultats que l'on connait: interprétations abusives et élaboration de fausses pièces à conviction. C'est pas grave, c'est pour la bonne cause.
sauf que je n'aboutis pas aux mêmes conclusions que l'enquête officielle puisque je suis convaincu de l'innocence de C Ranucci.
Je ne pensais pas que ça vous avait échappé.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 11 avr. 2010, 19:07 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Citation :
Il me semble difificile d'affirmer comme vous le faites qu'il est impossible que C Ranuci se soit arrêté dans la portion de route où se trouve le Lieu du crime situé à environ 700 mètres du carrefour.
Ce n'est pas ce que j'affirme. Je crois plus probable que l'endroit ne soit pas le bon et qu'il n'y a jamais été vu un enfant que le contraire pour plusieurs raisons:

- les descriptions des faits auxquels ils ont prétendu assister en conjonction avec la configuration des lieux est impossible (la conjonction du tout).

- l'attitude des Aubert et de Martinez, autant le 3 comme les jours suivants ne correspond pas du tout à celle qu'il est logique d'attendre: on ne parle pas aux gendarmes d'un enfant mêlé à un délit de fuite

- il n'y a aucun document officiel attestant que les Aubert reconnaissent l'endroit malgré que cette reconnaissance est fondamentale et les enquêteurs le savent puisque ça se fait systématiquement dans n'importe quelle affaire .

- il y a une impasse totale dans le dossier sur ce qui concerne l'heure de la mort et personne n'y apporte de motifs sérieux. Celle-ci est déterminée, contre toute logique, par le témoignage des Aubert. Il n'y a même pas de traces d'une intention d'établir une fourchette de temps autrement que par ce que déclare les Aubert. C'est pratique de témoigner dans ses conditions et encore plus d'enquêter. Il suffit d'avoir un témoin complaisant et de tout blinder autour de sa déclaration.

Ces quelques points peuvent être développés pour aboutir à une liste énorme de mensonges et de contradictions dans tout ce qui à trait aux témoignages Martinez et Aubert. Mensonges et contradictions qui aujourd'hui sont soutenues grâce à de nouveaux mensonges et contradictions inspirés par nous savons tous qui. Alors, dire que c'est le bon endroit parce que les Aubert le disent et qu'on y a trouvé un cadavre assassiné à l'heure qu'ils disent, est un à priori, à mon avis.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 avr. 2010, 07:46 
Citation :
Citation :
Il me semble difificile d'affirmer comme vous le faites qu'il est impossible que C Ranuci se soit arrêté dans la portion de route où se trouve le Lieu du crime situé à environ 700 mètres du carrefour.
Ce n'est pas ce que j'affirme. Je crois plus probable que l'endroit ne soit pas le bon et qu'il n'y a jamais été vu un enfant que le contraire pour plusieurs raisons:

- les descriptions des faits auxquels ils ont prétendu assister en conjonction avec la configuration des lieux est impossible (la conjonction du tout).
Si les Aubert n'ont vu, en sortant du virage, qu'un type s'enfuyant avec un gosse, c'est possible. C'est d'ailleurs le témoignage de M Aubert à la gendarmerie le 5 juin.
Je suis convaincu qu'ils en ont rajouté à l'Evêché avec l'aide des policiers.
Citation :
- l'attitude des Aubert et de Martinez, autant le 3 comme les jours suivants ne correspond pas du tout à celle qu'il est logique d'attendre: on ne parle pas aux gendarmes d'un enfant mêlé à un délit de fuite
On peut effectivement penser qu'ils n'ont pas parlé de l'enfant ni le 3 ni le 5 puisque ce n'est noté nulle part.
Il est possible que M Aubert n'en ait pas parlé le 3 en revenant au carrefour, l'essentiel étant de ramener le n° d'immatriculation.

J'ai donné une explication pour le paquet vu par M Aubert dans sa déclaration le 4 et le 5, la crainte d'être tenu responsable de ne pas être intervenu avec les sanctions pénales que cela pouvait entrainer.
On n'est pas tous des héros.
Citation :
- il n'y a aucun document officiel attestant que les Aubert reconnaissent l'endroit malgré que cette reconnaissance est fondamentale et les enquêteurs le savent puisque ça se fait systématiquement dans n'importe quelle affaire.
lacunes, incompétence, empressement ?
même la reconstitution au carrefour est incomplète : sur les photos, on voit juste la voiture de M Martinez et rien derrière. On pourrait penser que les Aubert n'ont rien vu du tout. D'ailleurs, quand ils arrivent "quelques minutes après" M Martinez déclare le 3 qu'il leur a expliqué ce qui s'est passé ce qui tend à prouver qu'ils n'ont pas vu grand chose, peut-être à cause du camion.

Combien de retard avaient ils lorsqu'ils ont pris en chasse la 304 ?
On ne sait pas.

Tout cela a été négligé à tort tellement l'évidence de la culpabilité de C Ranucci l'emportait.
Citation :
il y a une impasse totale dans le dossier sur ce qui concerne l'heure de la mort et personne n'y apporte de motifs sérieux. Celle-ci est déterminée, contre toute logique, par le témoignage des Aubert. Il n'y a même pas de traces d'une intention d'établir une fourchette de temps autrement que par ce que déclare les Aubert. C'est pratique de témoigner dans ses conditions et encore plus d'enquêter. Il suffit d'avoir un témoin complaisant et de tout blinder autour de sa déclaration.
D'après ce que m'a dit un médecin légiste, le professeur Durigon, l'heure approximative est donnée si le juge le demande expressément.
Au delà d'un certain délai, le médecin légiste n'a pas l'obligation de la donner parce que la fourchette sera large et donc imprécise.
Citation :
Ces quelques points peuvent être développés pour aboutir à une liste énorme de mensonges et de contradictions dans tout ce qui à trait aux témoignages Martinez et Aubert. Mensonges et contradictions qui aujourd'hui sont soutenues grâce à de nouveaux mensonges et contradictions inspirés par nous savons tous qui. Alors, dire que c'est le bon endroit parce que les Aubert le disent et qu'on y a trouvé un cadavre assassiné à l'heure qu'ils disent, est un à priori, à mon avis.
mensonges dus à la manipulation policière et judiciaire.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 avr. 2010, 14:29 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 17 nov. 2007, 16:31
Messages : 2686
Justement, Vuillet ne donne aucune fourchette horaire estimative de l'heure de la mort car la juge ne le lui demande pas. C'est bien la preuve que cette heure fut assumée sur la base du témoignage des Aubert. L'endroit de l'arrêt fut, lui, assumé comme correspondant à l'aplomb, après la découverte du corps. Que ces deux faits furent assumés mais pas avérés, fait preuve l'absence de déclarations dans le dossier, sur ces points. Alors pourquoi continuer à les assumer, s'il y a une explication beaucoup plus simple et rationnelle ?
Face à toutes les hypothèses possibles, qui sont légion, on a l'outil magique: le rasoir d'Ockham.


Haut
   
 Sujet du message :
Message non luPosté : 12 avr. 2010, 15:35 
pour finir par le rasoir national !


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com