Nous sommes le 09 août 2020, 02:17

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
Message non luPosté : 04 mars 2020, 14:20 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 28 avr. 2018, 15:16
Messages : 45
Dans ses récapitulatifs , CR mentionne un "scénario" donné par la police et à partir duquel il a élaboré le récit de ses aveux.
Or, si une personne est contrainte d avouer un crime auquel elle est étrangère, son récit tient compte des éléments fournis mais aussi de sa structure psychique: caractère, éducation, vécu.
Si le canevas donné est vécu, le récit prendra corps sans heurt. Dans le cas contraire de nombreux éléments trahiront le hiatus entre le réel et le fictif.
Voit on cela dans les aveux?
On a dit à CR: tu as enlevé une petite fille.
Or, les aveux commencent par:" C est bien moi effectivement qui ai invité la jeune fille à venir avec moi dans ma voiture". Comme tous les garçons de vingt ans , CR a invité(ou souhaité inviter) des filles dans sa voiture. Des filles de son âge qu il courtise, pas des petites filles.C est ainsi que par un glissement inconscient mais révélateur, le terme " petite fille " est naturellement substitué par celui de " jeune fille".

On a un autre exemple de ce glissement quand CR dit qu il a été conduit à Marseille dans une Mercédes. C est faux bien sûr. Mais comme CR souhaitait ardemment posséder ce genre de voiture, la Renault blanche de la police( réelle) est remplacée par cette Mercédes blanche fictive mais désirée.

Le prétexte du " gros chien noir" ne semble éveiller aucun écho dans la mémoire de CR. Il évoque, lui, une " bête" un " animal". Or, parler de "bête" à des enfants serait plus propre, par la connotation fortement négative de ce terme , à les faire fuir plutôt qu à les intéresser.
Après l éviction du petit frère le prétexte du chien est totalement oublié. Avec la petite, il n est plus question que d aller se promener. Et l enfant ne manifeste apparemment aucune surprise du changement de programme!

Pareillement, à Marseille CR décide d aller voir un camarade, pour aussitôt changer d avis( ou oublier le motif qu on lui fournit...) et décider ni plus ni moins de ravir une enfant!
Heureusement que Fratacci nous assure: "On ne le dépeint pas sous les traits d un être versatile, sujet à des mouvements contradictoires. Tout au contraire. "

En cours de route, CR nous apprend que la petite veut rentrer chez elle car elle a faim. Dans un contexte normal ce serait tout à fait vraisemblable. Pas ici. A supposer que l enfant ait été parfaitement à l aise avec son ravisseur elle aurait évoqué l inquiétude de sa famille, sa crainte d être grondée pour avoir suivi un inconnu.Les propos prêtés à cette enfant de huit ans ne sont en aucun cas de l ordre du vécu.
Ajoutons à cela que CR se remémore la couleur de la barrière de la champi mais pas celle des vêtements de la petite. Le blanc est pourtant une teint facile à retenir!

Le plan. Quand on lui demande de décrire le lieu où il est allé à Marseille, CR évoque " une cité, cette rue était assez étroite... elle n était pas bordée d arbres ".
Or, on remarquera que sur le plan aucune de ses indications ne sont reprises. Absolument aucune. On y trouve même une criante contradiction: Interpellé par nous , Ranucci a confirmé qu il avait pris la petite Marie Dolorès à proximité dudit platane". Pour CR un platane ne serait donc pas un arbre?
Autre surprise: dans ses aveux chez la juge, celle ci ne lui demande à aucun moment ni de décrire le lieu du rapt, ni d en dessiner le plan. Elle se contente de lui montrer le plan donné par la police et de lui faire confirmer qu il en est bien l auteur.
Bouladou affirme que la juge n avait pas les aveux de CR à la police. Mais la lecture des aveux chez la juge montre de par leur structure même que CR se contente de répondre à des questions: "je reconnais... je reconnais... " font suite aux questions: "reconnaissez vous".
Notons aussi que Bouladou se garde bien de reproduire le texte des aveux chez la juge dans son livre...
Rappelons nous aussi qu il n y a pas eu de reconstitution du rapt, que si CR reconnaît avoir signé le plan "acceptant de signer tout ce qu ils ont voulu" il n est indiqué nulle part qu il a annoté.
Aucune légende n apparaît sur le plan mis à part l indication: Marseille. On aurait attendu quelque chose comme :plan du rapt le 3juin 1974. On ne peut donc s empêcher au vu de tout cela d éprouver une déconcertante et fâcheuse impression d irréalité et de non vécu.

Le couteau. Dans ses aveux chez la police , la juge, les psy, on notera que le couteau est toujours caractérisé par l adjectif " automatique" . On pourrait penser que cette association est familière et spontané dans l esprit de CR. Mais alors pourquoi , en dehors de ces trois contextes, n est elle plus reprise?
" je reconnais que c est bien moi qui ai indiqué aux enquêteurs à quel endroit était le couteau m appartenant"
" le couteau m appartient"
"le couteau je l ai mis là"
On notera que personne à ces moments là ne lui demande de précisions supplémentaires sur le couteau...
On comprend mieux dès lors cette phrase de CR:" Machination dont la lâcheté n a d égale que son insidieuse perfidie".


Haut
   
Message non luPosté : 15 juin 2020, 11:55 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 200
Citation :
CR dit qu il a été conduit à Marseille dans une Mercédes. C est faux bien sûr. Mais comme CR souhaitait ardemment posséder ce genre de voiture, la Renault blanche de la police( réelle) est remplacée par cette Mercedes blanche fictive mais désirée.
Je pense que cet épisode (à la différence des autres mentionnés) est réel. Car quand cet événement est vécu Ranucci n'est pas encore accusé de meurtre et donc pas sous pression policière.
Certes il semble que Ranucci soit arrivé en voiture réglementaire à l'hôtel de police, mais une substitution a pu avoir lieu même si Ranucci ne l'évoque pas.
Pourquoi cette Mercedes ? pour se rendre + vite à Nice ? et pourquoi pas (c'est ma conviction) rendre une visite discrète à Aubert en fin d'AM début de soirée du 3, dans ce quartier résidentiel et tranquille du bas Faron une voiture réglementaire avec plusieurs hommes auraient tout de suite signalé des policiers, à l'inverse une Mercedes indiquait plutôt des relations d'affaires d'Aubert.


Haut
   
Message non luPosté : 15 juin 2020, 11:59 
Hors ligne
autres

Enregistré le : 04 sept. 2018, 20:29
Messages : 200
Lire "fin d'AM début de soirée du 5"


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com